Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Vos jeux du moment
Nintendo-Difference Forum > Zone Actu (Jeux Video, BlaBla et Cie) > Jeux Vidéo
Pages : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102, 103, 104, 105, 106
Suliven
haaa Zelda 1... c'est clair qu'il a pris un méga coup de vieux
Et encore... bien que très connu je vais quand même mettre une balise spoiler
une fois la 1ère aventure fini et Ganon mort, une 2nd monde s'ouvre avec 8 nouveaux donjons et là ça devient un immense n'importe quoi, comme le donjon planqué sous un arbre... genre du te retrouver à tenter de bruler les milliers d'arbres qui peuple Hyrule pour le trouver
Mais je crois que mon plus gros blocage dans un donjon était un **** de mur où l'on pouvait passer à travers

Au moins c'est un jeu qui marque, je ne l'ai fini qu'une fois mais je me rappelle encore d'un paquet de coin où j'ai galéré en tournant en rond pendant des jours... des semaines....
Xeen
YIIK. Je verrai si le titre est ou non décevant (les tests sont particulièrement divisés).

En revanche, pas mal de gros soucis de finition et surtout de bugs.

Je suis sur la version PS4 et comme d'habitude avec certains jeux indés, on a encore affaire à des problèmes liés à la langue définie dans les paramètres de la console.

En gros, si la PS4 est paramétrée en français, absence totale de musique. On n'a que les bruitages (cela me rappelle Detention pour lequel il était impossible de sauvegarder avec une console paramétrée en français).

En attendant un éventuel patch, pour contourner le bug et avoir la musique, il faut passer sa console en anglais (anglais "United Kingdom", je ne suis pas sûr que le anglais "USA" fonctionne).

Je ne sais pas si le problème existe sur la version Switch mais c'est possible. Pour le jeu Angels of Death, il fallait bien, avant qu'un patch ne paraisse, passer sa console en japonais pour contourner un bug lié à des dialogues ne s'affichant plus.

Mortifuce
Je suis retourné sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild.
Oui oui, 2 ans après.
Oui oui, après plus de 200h de jeu.
J'avais commencé le mode expert, et comme je ne savais pas trop à quoi jouer, je me suis dit : "Pourquoi pas Zelda".
Je me demandais si je n'allais pas m'ennuyer à refaire la même chose... Je lance le jeu, je retrouve Link, de dos, à cheval, à contrejour sur un soleil couchant. La magie est toujours là, intacte.
Les monstres sont plus agressifs, mais j'ai 200h d'expérience de jeu, je fais attention aux armes, trop fragiles, que je prends ; je réactive une tour, découvre une région puis je traque toutes les noix avant de m'intéresser aux quêtes. Je retrouve les sanctuaires, me creuse la tête sur des énigmes, déjà faites, mais il y a 2 ans...
J'ai fini le Prélude, j'ai été au village Cocorico, au village d'Elmith ; prochain objectif : les Bois Perdus, pour retrouver la lame purificatrice, histoire d'avoir une arme solide en permanence. Puis je pourrai m'attaquer aux créatures divines.

Côté nouveautés, pour l'instant, je m'ennuie un peu sur la Switch. Ces derniers temps j'ai surtout joué à des jeux à plusieurs (Super Mario Bros, Mario Party), mais des jeux qui ne me tentent pas seul.
J'attends des nouvelles côté Dragon Quest (Dragon Quest XI s, Dragon Quest Builders 2), j'attends avril pour redécouvrir les FF, mais je vais devoir traverser 3 mois de désert vidéoludique...
R.Z.
Moi je m'éclate bien Sur Travis Strikes Again : No More Heroes.

Je ne sais pas si on peut vraiment le recommander à tout un chacun, mais pour les fans de NMH et des autres jeux de SUDA51 (de The Silver Case à Shadows of the Damned, je crois que les références s'arrêtent là) c'est un vrai bonheur. Mention spéciale à la nouvelle intro fournie en MàJ avec Dan Smith de Killer7 en featuring.
Déjà le gameplay BTA bien que répétitif est moins moisi qu'il n'en a l'air. Avec des ennemis un peu poilus on est rapidement puni si on fait trop n'importe quoi et de manière étonnante les quelques subtilités de chaque niveau arrivent à prodiguer l'impression d'un renouvellement.
Et puis la bonne surprise c'est que l'histoire qui avait pourtant l'air particulièrement ridicule vue de loin arrive à se montrer sacrément intéressante et dérangeante autant en terme de déroulement, avec la multiplication des méthodes de narration dans le plus pur style Grasshopper, que de background, introduisant des adversaires très intéressants dont on se doute qu'on les reverra dans un éventuel NMH3 et enrichissant considérablement l'univers de la série.

Enfin bref, je suis très agréablement surpris par ce jeu que j'ai acheté avec un beaucoup d'appréhension sur sa qualité et principalement en tant que fanboy de Goichi Suda. Il s'avère finalement assez solide en terme de gameplay, conséquent en terme de contenu et vraiment riche pour tout ce qui est histoire et background.
Vraiment indispensable pour les fans. punk.gif
Ziell
J'ai fini Wasteland 2 en décembre, en une grosse cinquantaine d'heures. Version Mac correctement optimisée —ça reste très relatif à raison de 25-30 fps, mais j'ai cru comprendre que même sur PC ça n'a jamais été la grande joie. C'est super moche et le character design est à chier (je déteste les chapeaux, et j'aime encore moins lorsqu'une vingtaine de portraits est utilisée tout au long du jeu pour illustrer une centaine de NPC).
En dépit d'un univers assez intéressant malgré la redite de la thématique, j'ai passé bon nombre de dialogues car les NPC manquent souvent de charisme ou l'histoire, de teneur. En arrivant à la fin du jeu on a quand même un gros sentiment de déjà-vu... Ouf, la durée de vie est raisonnable. Le jeu se découpe en deux grandes régions, je commençais à trouver le temps long à la fin de la première, heureusement la seconde est moins longue, on s'éternise pas et la fin arrive (relativement) vite. Les combats sont assez agréables même si l'aspect tactique passe assez vite en retrait : il est très difficile de positionner son escouade de façon dispersée sans y passer des plombes ; autre grand problème, en mode Temps Réel il aurait fallu pouvoir donner plusieurs instructions d'affilée (façon STR). Par ailleurs si on n'équipe son équipe qu'avec des fusils d'assaut et de précision, ça devient vite trop facile (passées les premières heures où les munitions sont vraiment rares). Du coup je me suis forcé à garder quelques spécialistes des armes blanches pour garder un peu de challenge... En revanche j'ai pour une fois trouvé l'argent assez bien géré, il n'y a que sur la fin du jeu que je me suis senti tel Crésus, mais le reste du temps j'utilisais régulièrement mes thunes pour acheter des munitions, ce que je ne faisais que rarement dans Fallout.
La mise en scène est un peu voire très nulle. Parfois, vaut mieux pas du tout de cinématiques, que des cinématiques moisies... Là-dessus, WL2 choisit la laideur ET l'incohérence, avec certains écrans statiques ultra cheap qui tombent à plat et deux cinématiques (une vidéo sympathique au début, une anim 3D dégueu au milieu). Ça sent vraiment les manques de moyen, le jeu expédié, ou un peu des deux... Ça donne lieu à une fin assez minable façon téléfilm M6 où on te raconte textuellement les conséquences (ultra-binaires) de tes choix au fil du jeu. Ah oui, j'ai oublié de le préciser : dans Wasteland 2, on est gentil, ou on est neutre, mais impossible de faire des choix moralement mauvais. Ce n'est pas Fallout (où l'on part en temps que "sauveur" certes, mais ensuite on peut passer du côté obscur grâce au karma et à certains choix, notamment auprès des guildes), il vaut mieux le savoir avant de se lancer dedans —ce n'était pas mon cas et je n'ai jamais joué à Wasteland 1, donc même si j'ai tendance à être du côté du bien dans les RPG, j'ai trouvé le jeu très dirigiste, et l'illusion du choix, ce n'est clairement pas ce que j'attendais de la suite du père spirituel de Fallout. Je devrais me faire Tyranny pour compenser, tiens.
Bref, c'était pas génial mais au moins c'est fait. hibouc.gif Je ne sais pas si j'attends vraiment le 3e épisode. D'un côté on a vu que Brian Fargo avait encore sorti un jeu à moitié fini avec Bard's Tale IV, et en même temps le bonhomme reste attachant et il a forcément un peu plus de sous maintenant qu'il est passé sous l'aide de Microsoft. Visuellement on repart sur de la 3D, avec à priori des environnements beaucoup plus jolis mais je reste méfiant ; la 2D me manque sur les top-down ambitieux.


Là je suis en train de boucler Hollow Knight sur Switch, qui est une putain de claque. Pas mécontent de rôder ma télé OLED dessus vue la prééminence des décors sombres, par contre pour la Katka Hachedéère on repassera : le jeu est en 720p même en docké, c'est dramatique pour une DA aussi fantastique cryingsmiley.gif La BO est encore meilleure que le jeu, dont j'aime beaucoup l'univers même s'il est (volontairement) très cryptique : sans jeter un œil au Wikia du jeu je passerais à côté des 3/4 de l'histoire. Le jeu reste plaisant même sans tout saisir à l'histoire (de toute façon lors d'un premier run il me semble impossible d'y comprendre quoi que ce soit avant au moins les 3/4 du jeu), le "lore" est dévoilé par des tablettes et NPC lors de rencontres facultatives. Le character design et les NPC sont tellement réussis qu'en trouver le maximum devient vite nécessaire même quand ils ne filent rien, c'est assez rare pour être souligné en ce qui me concerne (surtout après Wasteland 2 et sa population insipide).
Côté progression le jeu est parfaitement rythmé, il y a un très grand nombre d'éléments à collecter. Je comprends que certains se soient découragés à cause des cartes du monde parfois difficiles à choper, je dois avouer que j'ai cherché de l'aide sur internet pour certains emplacements car je ne voulais pas y passer des plombes.
La maniabilité est excellente et au fil des upgrades on peut se sentir à l'aise soit avec l'arme principale (l'aiguillon), soit avec les sorts qu'on collecte ; ou encore, alterner sans difficulté puisque le profil du joueur se configure en équipant des artefacts (les "charmes"). Le nombre limité d'emplacements pour les charmes qu'on peut porter simultanément offre une dimension réellement stratégique au jeu et notamment aux affrontements de boss. Il y a beaucoup de charmes mais peu d'emplacements pour les équiper, il faut donc faire des choix et le setup idéal n'existe pas.
J'ai mis une bonne quarantaine d'heures à arriver près de la fin, j'en suis à 101% de complétion (le maximum est 112% il me semble), et je galère comme un porc devant le vrai boss final Radiance depuis 4-5 heures. L'idée de finir le jeu sur Youtube m'a traversé l'esprit une bonne cinquantaine de fois ces dernières heures mais 1) la honte d'avoir fait ça pour God of War 1 n'est toujours pas effacée, et 2) c'était une trop belle aventure pour que ça se finisse comme ça. grrr.gif Je me donne encore une paire d'heures pour persister. nerd.gif
Je reste estomaqué de découvrir que ce bijou est issu d'une campagne Kickstarter (d'une part) qui n'a récolté que 35 000 balles (c'était en 2014, forcément), et qu'ils ont fait ça principalement à trois. J'espère qu'ils nagent suffisamment dans l'or et les diamants pour pouvoir prendre tout le temps qu'il leur faudra pour un futur jeu.
Draco
J'ai terminé Assassin's Creed Odyssey (Niveau 70, toutes les quêtes et DLC sortis à ce jour). Si j'avais détesté la série depuis Black Flag, je suis heureux de retrouver un épisode qui a su se remettre en question en offrant un vrai jeu d'action et d'aventure au cœur de la Grèce antique. Un peu répétitif dans ses quêtes secondaire, le jeu est énorme, regorge de détail, offre une histoire principale sympas et d'excellents doublages en français. Je regrette et ne comprendrais jamais pourquoi les romances sont aussi pourraves alors que le jeu est +18 ? On voit rien, on assiste à rien... là ou The Witcher proposait de vrais trucs. Du coup je regrette quand même que ce tous n'ait pas poussé de nombreuses choses à commencer par ces romances inutiles.

Énorme durée de vie au passage et magnifique épopée dans laquelle on rencontre tout les grands de la Grèce antique d’Hérodote, en passant par Socrate et Hippocrate. Un beau boulot d'Ubisoft, même s'il y aurait à dire sur les nombreuses quêtes secondaires inutiles et chiantes, les romances pourraves, et les graphismes qui bien que magnifiques sont très en dessous de ce qu'il aurait été convenu de proposer sur PC, machine ou j'ai fait le jeu.
R.Z.
Ayant fini de jouer à Travis Strikes Again pour le moment, après un peu d'hésitation quant à la suite du programme et ce que j'allais insérer dans ma Switch, je me suis mis à Poi qui traînait sur mon étagère depuis bientôt un an que je l'ai commandé en promo sur CDiscount (Un peu en dessous de 20€ je crois).

Ayant joué à Yooka Laylee juste avant, il est difficile de ne pas faire un parallèle entre les deux tant ils s'inspirent chacun des fleurons de la plateforme 3D parus sur N64. Là où Yooka Laylee effectue un copier-coller plutôt convaincant de Banjo Kazooie (sans pour autant améliorer la formule en quoi que ce soit et en arrivant à créer des tares inédites [oui j'ai peut être été un peu trop gentil dans ce que j'ai écrit dessus probablement en réaction au bashing que je voyais à son encontre]), Poi choisit de singer Super Mario 64., autant sur les aptitudes de ses héros que sur la structure du jeu (avec son Hub et ses niveaux que l'on démarre avec un objectif précis et qui parfois changent un peu en fonction) et y arrive selon moi, un peu moins bien.

Du point de vue de la maniabilité, Poi s'en sort plutôt bien mais donne le sentiment d'être plus mou, lent et approximatif que Mario, ce qui peut décevoir, frustrer et rendre quelques rares passages un peu pénibles. Je n'ai par contre presque jamais eu à me plaindre de la caméra que j'ai trouvé exemplaire l'immense majorité du temps.

Concernant son univers il faut bien avouer que Poi donne dans le très très générique. Entre ses personnages vraiment quelconques (des bonhommes sans rien de remarquable), sa réalisation très neutre (des modèles oscillant entre du 128 bits et de la N64, un pseudo cell-shading inspiré de WW mais qui ne va pas au bout de ses idées) et ses items lambda (on collecte des médailles ... des médailles d'explorateur ... perdues par un explorateur qui les avait lui-même trouvées à l'époque ... ?) il n'y a pas beaucoup de choses auxquelles on pourrait s'accrocher. Le jeu ne joue pas non plus la carte de l'humour, tout est très premier degré et je crois n'avoir rencontré qu'une unique "blague" tout au long de mon aventure. Il y a aussi un ou deux petits clins d'œil à Mario qui pourraient en faire sourire certains et quelques créatures au look un peu déjanté, mais juste un peu. Bref, rien qui ferait une impression durable.
Les environnement eux aussi font dans l'ultra basique en revisitant les classiques plaine/volcan/désert/caverne/glace des jeux de plateforme sans jamais vraiment oser donner une réelle identité ou originalité à aucun d'entre eux. Finalement les seuls décors un peu marquants sont à mon avis le hub situé dans le ciel dans lequel on peut voltiger librement qui se remplit peu à peu d'îles flottantes et le tout dernier segment du jeu.
Reste qu'il se dégage tout de même un charme bon enfant de l'ensemble qui m'a fait ressentir une sorte de nostalgie. Les artworks qui trahissent quelquefois un certain amateurisme donnent aussi l'impression que le dessinateur a fait vivre ses personnages et s'y est attaché, et ce côté touchant transparaît dans le jeu qui baigne dans une sorte d'onirisme enfantin léger et bienveillant. Les musiques relaxantes et plutôt agréables soulignent bien cet aspect de l'univers.

Concernant son contenu même, Poi est un jeu assez court et plutôt facile. Il y a quatre mondes principaux de taille semblable à ceux de Super Mario 64, un cinquième monde coupé en deux qui a l'air d'avoir été rajouté sur une mise à jour, plein de petits défis de diverses natures accessibles depuis le hub (parcours, voltige, mini-jeux ...) et une section finale que j'ai trouvée assez sympa. L'ensemble s'avère agréable à jouer et remplit bien son rôle de "jeu d'aventure-plateforme 3D à l'ancienne".
Au niveau des défauts, le jeu propose quelques boss qui sont tous, sans exception, ratés, reposant sur des patterns trop basiques et souffrant parfois d'un manque de lisibilité dans leurs réactions. Ses ennemis génériques sont aussi parfois un peu trop pénibles et la relative imprécision du gameplay fait qu'on n'est jamais sûr de parvenir à les éliminer efficacement.
Mais ces défauts ne sont pas vraiment rédhibitoires et ne perturbent pas vraiment l'aventure qui reste agréable.
Reste que contrairement à Yooka Laylee par exemple, Poi n'arrive jamais à donner l'impression de se hisser au moins au niveau de son illustre modèle (Super Mario 64).

J'ai fini le jeu à 100% en 10 heures et quelques minutes sans avoir vraiment été impressionné par quoi que ce soit mais j'y ai quand même passé un bon moment.
Il valait bien ses vingt euros, il en vaudrait probablement vingt-cinq voire trente en poussant un peu, au delà j'aurais été déçu.
CooLJeDi
Bon ça y est j’ai enfin fini GOW et j’ai mis un sacré paquet d’heures...bon, non seulement c’est le plus beau jeu du monde mais en plus je ne me suis pas emmerdé une seconde. Ces points forts se situent également sur son écriture (on retrouve beaucoup de The Last of Us) et dans son gameplay ultra-dynamique qui rappelle dans sa structure très fortement les Resident Evil 4 et 5.

Alors ce n’est pas non plus parfait, j’ai eu quelques sévères chutes de frame-rate en 4K sur PS4 Pro, notamment dès qu’on se retrouve au niveau du Lac ou dans n’importe quelle zone un peu trop ouverte. Pareil, certaines textures peuvent mettre un peu de temps à charger, bref le jeu n’est techniquement pas optimal mais ça reste néanmoins supportable. Le plus gros soucis concerne l’inventaire bien trop chargé d’objets ou de pouvoirs totalement inutiles (j’ai fait quasi tout le jeu avec la même armure et les mêmes pouvoirs) et une fin absolument pas à la hauteur du reste. Néanmoins un caméo de taille se cache dans le second ending très facile à obtenir mais qui relance un peu ce goût d’inachevé au jeu. Dernier mot sur le bestiaire qui au final n’est pas très riche, notamment au niveau des boss, peu nombreux, contrairement aux anciens GOW.

Mais bon, cela reste tout de même un excellent jeu à ne rater sous aucun prétexte.

Slayne
Citation
Le plus gros soucis concerne l’inventaire bien trop chargé d’objets ou de pouvoirs totalement inutiles (j’ai fait quasi tout le jeu avec la même armure et les mêmes pouvoirs) et une fin absolument pas à la hauteur du reste.

Yep, j'ai adoré le jeu mais j'ai eu la même reflexion. La fin vite expédiée et tout le côté pseudo RPG avec armure/pouvoir/gemme machin ne m'a pas convaincu et aurait pu être beaucoup plus simple.
Xeen
Citation (Slayne @ mercredi 20 février 2019, 09:31) *
Citation
Le plus gros soucis concerne l’inventaire bien trop chargé d’objets ou de pouvoirs totalement inutiles (j’ai fait quasi tout le jeu avec la même armure et les mêmes pouvoirs) et une fin absolument pas à la hauteur du reste.

Yep, j'ai adoré le jeu mais j'ai eu la même reflexion. La fin vite expédiée et tout le côté pseudo RPG avec armure/pouvoir/gemme machin ne m'a pas convaincu et aurait pu être beaucoup plus simple.



En même temps, il est prévu qu'il y ait 3 épisodes pour ce nouvel arc (2 minimum en tout cas, c'est sûr, et le second, à priori, ce sera pas sur PS4). Donc, que le jeu se finisse de manière abrupte, c'est un peu logique. Pour moi, il n'y a pas de fin à proprement parler avec cet épisode. On s'inscrit plus dans une logique de cliffhanger.
Slayne
C'est pas tant la fin en elle même mais plutôt comment elle est amenée. Les épisodes précédents nous avaient habitué à un combat épique en fin de jeu, là on est en pleine période creuse, je m'attendais à un montée en tension et ... *fin* fear2.gif
Xeen
Citation (Slayne @ mercredi 20 février 2019, 10:41) *
C'est pas tant la fin en elle même mais plutôt comment elle est amenée. Les épisodes précédents nous avaient habitué à un combat épique en fin de jeu, là on est en pleine période creuse, je m'attendais à un montée en tension et ... *fin* fear2.gif


Je ne vois pas trop le problème. Ton combat final épique, c'est celui contre Baldur. Enfin, sauf si tu trouves ce combat et sa mise en scène ratés. Après, lorsque tu incarnes Kratos et que tu vas dans le Jotunheim avec Atreus, c'est ça ta "fin" d'épisode. Tu ne fais pour celle-ci que pas regarder une simple cinématique, tu la joues.

Ca se fait de plus en plus souvent d'avoir un affrontement final n'étant pas calé à la toute fin du jeu même, surtout pour les jeux dont les scénarii sont découpés sur plusieurs épisodes. Tu prends le 1er épisode de l'arc Cold Steel de Trails, l'affrontement final à lieu 3H avant que tu ne vois apparaître le générique de fin et le "à suivre". Et tu continues pourtant à jouer comme dans un JRPG classique durant ces dernières heures. Pour le second épisode, l'affrontement final a lieu durant l'avant-dernier donjon, et non le dernier.

Pour le jeu El Shaddai, tu affrontais un boss de fin mais qui n'était pas "LE boss de fin" attendu, celui-ci étant mort avant que le héros n'entame son périple (ou pendant, je ne sais plus).

Kayle Joriin
Je vais à nouveau me fâcher sur les spoilers. mad.gif
CooLJeDi
Justement, je n’ai pas non plus trouvé l’affrontement final épique. Le combat est même très en deçà du premier.
Xeen
Citation (CooLJeDi @ mercredi 20 février 2019, 13:03) *
Justement, je n’ai pas non plus trouvé l’affrontement final épique. Le combat est même très en deçà du premier.


Non, tu préfères sérieusement le combat contre Ares façon fin d'épisode de Bioman ou Ultraman mais dans la Grèce Antique ?

Ceci-dit, en tant que scène comique ou digne d'un bon nanar, elle est effectivement pas mal.
CooLJeDi
Non mais je parle du combat au tout début du jeu contre l'étranger, Balladur , damnerd.gif qui est assez impressionnant, pas le final de GOW 1 mario.gif

Tiens d'ailleurs ça me donne envie de le platiner, je vais tenter d'enchaîner les valkyries même si je les ai déjà rencontré et que je me suis fait totalement laminé hibouc.gif

Pareil, il y a 2 endroits du jeu que je n'ai pas fait je crois (qui s'ouvrent avec des clefs).
Mortifuce
J'essaie de donner une chance à Pokémon Let's Go... mais j'ai vraiment beaucoup de mal avec le gameplay.
Capturer des Pokémon par centaines juste pour entraîner son équipe, balancer des tonnes de pokéball, je trouve ça d'une absurdité absolue. Je n'y prends aucun plaisir. Au contraire, ça m'énerve.
Je vais avoir du mal à aller au bout de cette aventure...
Firebrand
Ils ont simplement repris le principe de Pokémon Go, ces jeux étant censés faire le lien entre l'application mobile et les jeux console. mario.gif
Ca reste une expérience sympa mais assez one shot.
Sinon, fais des chaînes de capture pour gagner plus d'expérience, les combats ne rapportant quasiment rien.
CooLJeDi
Quelques mots sur le endgame de GOW PS4 (même si ça n'intéresse probablement personne damnerd.gif).

C'est assez dingue de comprendre qu'au final tu finis le jeu à quoi...30 % des capacités de Kratos. Ce jeu a un réel soucis avec l'équipement, en gros, quand tu débloques les mondes annexes, on arrive enfin à craft une armure runique niveau 7 de base et on drop tous les enchantements uniques qui vont avec (alors que j'ai fini le jeu avec un équipement niv.3...). Du coup, on arrive enfin à poutrer en 10 secondes n'importe quel adversaire niv. 7 et + (je me suis même fait facile une valkyrie sur un second try) alors qu'en mode histoire, c'était souvent la mort assurée.

En gros, c'est comme si tu pouvais finir un jeu LV30 alors que le endgame te permet en quelques heures de monter LV100. Ils ont vraiment eu un réel soucis d'équilibrage sur la difficulté du jeu et de l'inventaire durant le développement, c'est assez incroyable et vraiment regrettable car le jeu est clairement plus jouissif quand tu arrives enfin à faire tout péter de partout.
Mortifuce
Citation (Firebrand @ jeudi 21 février 2019, 22:32) *
Ils ont simplement repris le principe de Pokémon Go, ces jeux étant censés faire le lien entre l'application mobile et les jeux console. mario.gif
Ca reste une expérience sympa mais assez one shot.
Sinon, fais des chaînes de capture pour gagner plus d'expérience, les combats ne rapportant quasiment rien.

J'essaie de faire des chaînes, ce qui contribue à l'ennui, tourner en rond pour attendre que le bon Pokémon arrive...
Je trouve ça très énervant que l'expérience de mes Pokémon dépende du bon vouloir des Pokémon sauvages à se laisser capturer.
Je viens d'avoir des Pokémon assez puissants pour battre le 3e champion d'Arène (après avoir transféré plus de 100 Pokémon au Pr Chen pour l'entraînement), ça recommence à bouger un peu, enfin des routes avec des combats pour casser la monotonie.
La route me mène à Lavanville, je me dis "la tour de Lavanville est remplie de Pokémon Spectre, il va falloir que j'entraîne un Pokémon Psy" mais non, encore une fois, j'oublie que dans cette version, les Pokémon sauvages ne se battent pas.
Si ce système d'expérience par la capture est reproduit sur les prochains épisodes, je ferai l'impasse. Au mieux ça m'ennuie, au pire ça m'énerve.
Sans parler du motion gaming omni-présent, même en mode portable avec le gyroscope très sensible, impossible de capturer des Pokémon quand on est dans le bus par exemple.
R.Z.
L'autre jour j'ai gagné un code pour me télécharger Reverie : Sweet as edition via l'e-shop sur Destructoid. punk.gif
Du coup j'y ai joué. laugh.gif

Pour rappeler un peu de quoi il s'agit, Reverie est un Zelda-like avec des graphismes à la Earthbound se déroulant dans un environnement inspiré de la Nouvelle-Zélande, d'abord sorti sur PSVita il me semble. Il doit coûter une grosse dizaine d'euros en temps normal mais il va aussi y avoir une édition physique disponible en exclu sur Play Asia pour ~ 24€ +FDP (code "HAMSTER" applicable) et Taxes éventuellement.
Perso j'ai été assez séduit par quelques screens et trailers et j'aurais peut être craqué pour la version physique si je ne l'avais pas gagné.

J'ai fini le jeu assez vite et je trouve le résultat mitigé. En fait le jeu en soi n'est pas mauvais, il n'y a pas grand chose à reprocher au gameplay (en dehors peut être du peu de nombre de touches pour assigner des items et de l'absurdité d'avoir lié la capacité de nager à un item à équiper), les quatre ou cinq donjons sont plutôt bons et proposent même quelques énigmes (surtout à base de blocs à pousser et autres interrupteurs) qui m'ont semblé originales et inédites pour un Zelda-like. Le jeu est néanmoins assez court et plutôt facile, mais il n'y a rien de scandaleux pour le prix.

Le gros problème à mon sens c'est surtout que le jeu manque de folie, ce qu'on attend en général d'un jeu grimé à la Earthbound. L'histoire a beau tourner autour d'une légende qui induit quelques scènes vaguement trippantes, proposer quelques ennemis/personnages farfelus et quelques blagues tournant autour des symboles de la Nouvelle-Zélande, on reste quand même globalement dans un contexte naïvement terre-à-terre. Le héros traverse des décors tous très classiques et se bat surtout contre des spécimens agressifs de la faune local à coup de batte de cricket et de jouets divers.
Autre petit défaut, la séquence de jeu, à peu près linéaire, avance un peu au pif sans vrai fil rouge à suivre et reposant sur des évènements qu'on rencontre au gré de l'exploration sans qu'il y ait de vraie logique derrière. Il y a une carte sur laquelle s'affiche l'emplacement du prochain donjon, donc on se doute bien qu'il faut chercher dans le coin, mais c'est vraiment tout ce qui nous pousse vers les lieux permettant d'avancer.
Ce n'est pas un gros problème l'île étant relativement petite mais je n'ai jamais vraiment eu l'impression de vivre une aventure cohérente avec un objectif.

On notera qu'il y a aussi une "grande" quête secondaire à base de plumes à collecter, ce qui est bien le seul élément pouvant pousser à revisiter les zones qui sont autrement à usage unique. La plupart sont assez évidentes à trouver mais il m'en manquait quand même une ou deux après avoir fini le jeu, ce qui m'a d'ailleurs un peu étonné. J'avoue que je n'avais pas spécialement envie de retourner fouiller l'île après avoir fini le jeu, je verrais peut être avec une soluce.
Il y a aussi un donjon bonus post-game basé sur des salles faisant arènes de combat. Là aussi j'ai laissé tomber parce qu'avec mon stick moisi il arrive souvent à mon personnage de foncer sur les ennemis et de se prendre des dommages et sur la longueur ça complique les choses.

En bref Reverie est un petit Zelda-like sympa et plutôt bien fini avec des donjons réussis mais très court et manquant cruellement d'originalité. On peut envisager l'achat si on est en manque de jeux du genre mais il y a certainement mieux ailleurs. Reste qu'en promo à moins de dix euros le rapport qualité-prix serait plutôt bon.

-
-

Sinon je me suis aussi pris YumeNikki : Dream diary qui a été disponible hier.
J'y ai passé quelques heures et pour l'instant je suis assez convaincu.
Par rapport au mythique jeu d'origine il y a quelques zones zones qui sont devenues des séquences linéaires à vague tendance survival horror, mais l'exploration libre d'environnements surréalistes aux objectifs cryptiques subsiste dans d'autres et je trouve que l'esprit général est sauf malgré le passage à la 3D. En gros le côté "fait maison sur RPG Maker" a été à mon avis plutôt bien traduit en "fait maison sur Unity", et c'est bien ce qui compte.
Suliven
Tales of Vesperia
Verdict : un peu déçu... allez hop ça va vite comme ça !
Dans les détails on se retrouve devant un bon vieux JRPG à l'ancienne avec un système de combat hérité des précédents Tales of qui tente de moderniser l'ensemble mais avec une approche parfois bancale. Très clairement les combats de ce Tales of sont remplis de plein de petits trucs agaçants (les limites mal expliquées surtout niveau 3 et 4, les alliés qui deviennent très génant à te péter sans cesse tes combo .... )
Sur du combat "temps réel" Xenoblade 2 est laaaaaargement au dessus
A partir de 20h de jeu les ennemis deviennent des sac à PV (avec des combats tournant autour des 45 sec) bref c'est long et chi*** ... Le pire étant que sur certains donjons avec un approche "labyrinhte / non linéaire" on se retrouve à tourner en rond et s'enchainer des combats par dizaines ... car bien que les mobs soit visible sur la map on est très (trop) souvent obligés de les combattre

2 points positifs quand même :
- la technique : c'est exactement ce que j'attend d'un jeu Switch : beau, propre, fluide... parfait ! Bien sur c'est pas "ouf" comme un Red Dead 2, mais je trouve sa technique très bien adaptée à la Switch
- Yuri Lowell : le protagoniste principal... une vraie réussite (les autres membres de la team valent le détour aussi) avec en parallèle du scénario principal une vraie question morale qui se pose vis à vis de ses "meurtres" (même si ce thème est bien trop expédié sur la fin.. voir carément mis de côté)

Par contre la gamine pirate.. bienheureux les possesseurs de Xbox 360 à ne pas avoir eu à la supporter ! Autant son scénario est sympa (avec un final tout aussi touchant que WTF niveau cohérence), autant le personnage dans le groupe sert à rien. Ses interventions n'apporte rien aux différents dialogues... on dirait un vieux gars bourré au coin d'un bar qui refait le monde.

Bref clairerement déçu de ce qui était présenté comme "le meilleur" des Tales of. Je l'ai quand même fini (près de 45h) en me forçant un peu sur les 15 dernières heures.


la démo de Trials
Très sympa, plutôt joli et fluide (même si on a toujours de grain assez crado hérité des adaptations de jeux PS4)... je n'ai jamais fait de Trials mais le peu que j'en ai vu m'a vraiment tenté


Wargroove
Nouveau jeu lancé après avoir finis tales of Vesperia, donc pas beaucoup joué jusque là (j'en suis à 5 ou 6 missions) mais un excellent feeling ! Jusque là j'accroche et je comprend pas trop ceux qui critiquent l'aspect trop difficile du jeu dès ses premières missions.... Alors oui très rapidement on se retrouve sur des missions qui se finissent en 15-20 tours mais jusque là j'ai jamais vraiment senti le danger...
Kayle Joriin
Citation (Suliven @ dimanche 24 février 2019, 17:39) *
Jusque là j'accroche et je comprend pas trop ceux qui critiquent l'aspect trop difficile du jeu dès ses premières missions.... Alors oui très rapidement on se retrouve sur des missions qui se finissent en 15-20 tours mais jusque là j'ai jamais vraiment senti le danger...

C'est parce que t'es un PGM. mario.gif
Suliven
Citation (Kayle Joriin @ dimanche 24 février 2019, 17:45) *
Citation (Suliven @ dimanche 24 février 2019, 17:39) *
Jusque là j'accroche et je comprend pas trop ceux qui critiquent l'aspect trop difficile du jeu dès ses premières missions.... Alors oui très rapidement on se retrouve sur des missions qui se finissent en 15-20 tours mais jusque là j'ai jamais vraiment senti le danger...

C'est parce que t'es un PGM. mario.gif


mouais damnerd.gif j'aurais pas cette prétention, même si le 4x est un des rares domaines du JV où je suis pas trop mauvais whistle.gif (je m'étais fait la même réflexion à l'époque de Mario & Lapins) enfin même si ce n'est pas un vrai 4X j'applique toujours la même stratégie : défense jusqu'au moment où j'ai des tonnes d'unités pour être sur de raser l'adversaire.... même si ce jeu impose quand même pas mal de mouvements empéchant de rester bien au chaud dans so coin de map.
J'avais d'ailleurs zappé que ND avait publié un test à son sujet et au final je me retrouve plus dans le "Quelques missions un peu longues et laborieuses" où par moment tout est fait pour faire trainer le combat.
Enfin j'en suis loin d'en avoir vu le bout mrgreen.gif
Enfait ma grosse surprise sur Wargroove c'est que.... le personnage principal est une femme... j'ai toujours cru que c'était un mec fear2.gif
Kayle Joriin
Citation (Suliven @ dimanche 24 février 2019, 21:16) *
Enfait ma grosse surprise sur Wargroove c'est que.... le personnage principal est une femme... j'ai toujours cru que c'était un mec fear2.gif

Espèce de binaire ! nerd.gif
Sinon, la difficulté n'est globalement pas insurmontable, mais il y a des pics un peu étranges lors de certaines missions.
Suliven
Juste pour dire que j'ai achété Trials sur l'eshop... déjà c'est loin d'être aussi moche techniquement qu'annoncé, la démo suffit largement à s'en rendre compte. Aussi je ne trouve aps que les temps de chargement soient si honteux ! peut être parceque la version Switch est sensiblement plus légère (8 go) que les autres plateforme (22 go)...
Sinon le gameplay très fun, pour le moment j'accroche bien !

A noter une particularité : le jeu est vraiment pas cher ! 25€ day one pour un jeu Ubi Soft relativement ambitieux (ok c'est pas le prochain assassins creed) c'est plutôt sympa ! Je m'attendais vraiment à le trouver à 50 €/... c'est d'ailleur cet argument qui m'a fait craquer (je cherchais un jeu sur l'eshop ayant finis Wargroove ... et hop !)
Sabidbol
Bon ben les gars, je joue à pas mal de jeux en parallèle mais là depuis hier j'ai chopé Baba is You...ben c'est une petite claque hyper addictive !
Si vous aimez les jeux originaux, différents, malins et surtout, les jeux casse-tête, vous pouvez y aller les noeils fermés !
Kayle Joriin
Citation (Sabidbol @ vendredi 15 mars 2019, 16:25) *
vous pouvez y aller les noeils fermés !

T'abuses ! C'est pas si moche que ça. damnerd.gif
R.Z.
Moi je joue surtout à Valkyria Chronicles en ce moment.
C'est vachement bien, même si cette saleté de jeu a planté sur la cinématique à la fin de la mission où on affronte Jaeger.
C'était ma seconde tentative, j'étais super content de la finir en huit petits tours ... "the software has closed because of an error".
AAAAARG !!! taz.gif

D'ailleurs ce n'est pas la première fois que ça arrive, j'ai l'impression que ça merde systématiquement après 3-4 missions (Sauf que jusque là le jeu avait la délicatesse de planter sur des chapitres sans gameplay).
Enfin bref, si vous y jouez sur Switch, pensez à l'éteindre de temps en temps. damnerd.gif
Suliven
Citation (R.Z. @ vendredi 15 mars 2019, 23:43) *
Moi je joue surtout à Valkyria Chronicles en ce moment.
C'est vachement bien, même si cette saleté de jeu a planté sur la cinématique à la fin de la mission où on affronte Jaeger.


EN parlant de Valkyria je viens de voir que le 4 est proposé à -50% sur l'eshop.
A noter aussi que la démo du dernier Monster boy est enfin disponible smile.gif
Bref je vais sans doute prendre l'un des 2 en attentant Yoshi...
quackshot
Au taf, je joue à DoA6.
Je galère et je me fais ramasser la me collègue qui les a tous dosés, mais au final je trouve le jeu super rafraîchissant dans son approche du combat. J'ai toujours un peu eu du mal avec les doa par rapport à d'autres jeux de baston, mais au final c'est vraiment que la philosophie de jeu est différente. Et là j'apprends, donc j'accroche plus.

À la maison, j'ai réinstallé le vive sur ma bécane qui commence à faire tourner les jeux VR un peu comme une panda monte les côtes...
Et je joue à sairento en ce moment. En gros c'est un arena fig hter qui mélange du superhot, du parcours, du beat'em up, du tir etc. Avec un système de loadout
En gros t'es un cyber ninja dans un tokyo du futur qui dézingue les méchants qui attaquent la ville et menacent ton clan, avec des fins, des sabre (laser ou non) des uzis, du backflip, du wallride et du bullet time.

Au début c'est galère à manier mais plus on avance plus ça se fait naturellement. Je trouve ça cool.
R.Z.
Bon alors du coup j'en ai à peu près fini avec Valkyria Chronicles premier du nom.
Comme je crois que presque tout le monde ici y a déjà joué je ne vais pas m'étaler sur la description, juste laisser quelques impressions.

Globalement c'est excellent, je considère le jeu comme une évolution idéale de Fire Emblem adaptée à un univers et des plateformes plus modernes.
J'y retrouve mes aspects préférés de la série de Nintendo, à savoir les personnages uniques, le perma-death (je préfère largement la version light proposée par le jeu de Sega), une histoire prenante et tragique (ce qui est loin d'être le cas de tous les FE) et un gameplay qui force à jouer stratégiquement pour bien s'en sortir.
Je peux certes lui trouver quelques défauts comme une IA souvent débile, une difficulté limitée dans la campagne principale pour peu qu'on développe son équipe et le fait que le jeu met du temps à décoller, mais c'est bien peu de choses par rapport aux qualités du jeu.
Pendant les premières heures j'avoue que je me suis un peu fait chier, que les personnages m'ont semblé plutôt niais (même si le jeu avait le bon goût de montrer que la guerre c'est moche dès le départ et ce malgré beaucoup de scènes tendant vers la colo de vacances) et que j'avais du mal avec son histoire alternative. Les Suisses-Estoniens contre l'empire Germano-Russe et la persécution des techno-juifs ça m'a semblé peu intéressant voire carrément maladroit jusqu'à ce que le jeu offre enfin un aperçu complet de son univers dans sa seconde moitié et mette fin de cette manière aux comparaisons inévitables avec l'histoire Européenne réelle.
Autre truc qui m'a un peu embêté c'est la gestion du post-game. Devoir refaire tout le jeu dans des conditions quasi-identiques avant de pouvoir rejouer librement les missions m'a fait abandonner le truc, mais j'aurais probablement persévéré si je n'avais pas d'autres trucs à jouer.
J'ai rien à redire à part ça.

Enfin bref, j'ai adoré le jeu. Pour moi c'est une réussite sur presque tous les plans.

---

Sinon, j'ai aussi à peu près fini Yume Nikki : Dream Diary.

Le bilan est mitigé, il n'est pas aussi intéressant que l'original, mais je pense que ça reste une proposition décente dans la catégorie "jeu trippant/WTF".
Il ne faut surtout pas y aller en espérant "jouer à Yume Nikki mais en vraie 3D". A partir de là, si on le prend comme son propre truc on peut passer un assez bon moment. Reste que vu le contenu et la qualité, au delà de 12-13€, c'est un peu cher pour ce que c'est.

---

Enfin je me suis lancé dans The Caligula Effect : Overdose.

Je suis loin de pouvoir donner un avis définitif dessus vu que j'ai à peine dépassé les 15 heures de jeu, mais j'aimerais quand même signaler que le titre prend son temps avant de dévoiler son potentiel et qu'il faut s'accrocher au début mais qu'il semble que ça puisse valoir le coup.

Les dix premières heures ont été une douche froide, entre la réalisation d'un autre temps (visages inanimés, beaucoup de modèles et textures semblant sortir de l'aire 128 bits contrastant vilainement avec la mise en scène se voulant pêchue), l'écriture médiocre (personnages peu intéressants et clichés au départ, doublage japonais donnant trop souvent dans les aigus) et des systèmes laissant entrevoir des défauts de conception assez énormes et prenant leur temps avant de dévoiler leur intérêt.
Le pire a été quand je me suis rendu compte que le jeu bazardait absolument tous les dialogues lambda avec les NPC (y compris les membres de son équipe) sous forme de fragments aléatoires entrecoupés d'une ellipse temporelle. Vu le nombre de dialogues qu'il faut se taper (trois dialogues dénués d'intérêt de suite [une absurdité complète] pour débloquer certaines possibilités, heureusement qu'on peut les sauter) pour avancer dans le sociogramme démesuré rempli de clones qui fait office de "quête secondaire principale", c'en était presque insultant.
Concernant ce fameux sociogramme, une myriade de petits défauts le ferait passer, durant les premières heures, pour l'idée la plus débile jamais vue dans un JRPG. Il apparaît alors comme une chasse au NPC rendue particulièrement pénible par le nombre de ces derniers, leur côté osef (des dizaines de clones se distinguant uniquement par leur nom ne laissant entrevoir un petit peu de personnalité vaguement distincte (là aussi il y a des clones) qu'après leur avoir parlé trois fois), leur mobilité constante et l'incapacité du héros du jeu à effectuer des mouvements précis (surprise, le personnage ne se déplace qu'en courant lmaosmiley.gif ). Enfin bref, c'est super chiant, on sait que c'est important alors on joue le jeu, mais il faut attendre la seconde moitié du deuxième "chapitre" du jeu avant de pouvoir s'attaquer aux quêtes liées au système à proprement parler et donc de commencer à y percevoir une once d'intérêt. Même là le truc reste une sorte de foutoir désorganisé mais on peut commencer à se prendre au jeu.
On pourrait aussi parler du système de combat très intéressant au départ (Un truc basé sur une frise d'action à la Grandia 2 avec possibilité d'ajuster le timing etc.) qui commence à devenir une usine à gaz dès qu'il faut gérer plus d'un personnage vu les restrictions qu'il y a sur la façon d'entrer les commandes (chaque personnage a droit à trois commandes à la suite, impossible de revenir à un personnage avec lequel on a fini, certaines actions qui s'emboîtent étrangement ...). La difficulté même en mode hard étant anecdotique, il faut pas mal de bonne volonté pour essayer d'apprivoiser le truc, surtout quand on atteint les quatre personnages dans l'équipe. Mais quand on arrive à faire un bel enchaînement contre des ennemis un peu résistants c'est kiffant.

J'étais prêt à laisser tomber après cinq heures mais mon fétiche pour les donjons tarabiscotés m'a poussé à continuer un peu et je trouve que le jeu commence vraiment à décoller après un (long) moment avec des décors, des thèmes abordés et des systèmes de jeux assez intéressants.
Enfin bref, tout ça pour dire que si on veut goûter à l'effet Caligula, il faut quand même pas mal s'accrocher.
Suliven
Citation (R.Z. @ dimanche 24 mars 2019, 19:39) *
Bon alors du coup j'en ai à peu près fini avec Valkyria Chronicles premier du nom.
Comme je crois que presque tout le monde ici y a déjà joué je ne vais pas m'étaler sur la description, juste laisser quelques impressions.

Globalement c'est excellent, je considère le jeu comme une évolution idéale de Fire Emblem adaptée à un univers et des plateformes plus modernes.
[...]


Je suis à une vingtaine d'heure sur le 4 (jamais fais le 1.. ni le 2 et le 3) et je retrouve sensiblement les mêmes qualités / défauts dans ta description le Vakyria 1.
En tout cas pour le moment je suis très content, c'est mon premier jeu de l'année où je retrouve cette sensation d'avoir "presque" hate de prendre mon train demain matin pour lancer ma partie.
Après beaucoup de déceptions depuis ce début d'année (Tales of vesperia, Wargroove... ils sont pas mauvais, mais en dessous de ce que j'attendais) ça fait du bien de retrouver un jeu comme ça
R.Z.
Vite fait mal fait, voilà un petit avis sur Car Quest que j'ai pris avant-hier en promo sur Switch à 0,99 euros et que j'ai fini depuis.

Le jeu est présenté comme un platformer/collectathon dans lequel on incarne une voiture, mais en fait ce n'est pas exactement ça puisque le jeu ne présente qu'une longue séquence au déroulement linéaire et ne laisse presque pas de latitude au joueur dans son évolution avant le "post-game".

La présentation et la réalisation sont probablement les points forts du jeu. Les graphismes sont simples mais propres et certains décors assez réussis pourraient même sembler beaux. Les doublages, bien que les voix frisent l'insupportable, font très pro et les musiques sont globalement agréables.
La maniabilité est assez réussie aussi. La voiture qu'on incarne se dirige agréablement et précisément et on arrive à faire ce qu'on veut sans aucun problème. Il y a juste la caméra coincée derrière la voiture qui peut parfois poser problème quand on entame des marches arrière, auquel cas on préfèrera faire demi-tour pour voir où on va.

Jusque là, tout va bien. Malheureusement la liste des bons points s'arrête là. Le plus gros défaut du jeu est son déroulement. On arrive dans un hub très restreint au départ où une tête de pépé flottante en 3D terriblement bavarde nous renseigne sur l'histoire du jeu et ce qu'il y a à faire etc. On commence par collecter des batteries pour pouvoir passer un portail derrière lequel on accède à un nouveau petit monde dans lequel on doit récupérer un artefact et le ramener dans le hub. De retour dans le hub l'artefact nous ouvre un nouveau chemin vers une zone un peu plus étendue, et à partir de là et ce jusqu'à la fin du jeu on passe son temps à faire des allers-retours dans le hub, à récupérer des artefacts qui débloquent un autre artefact (en général à l'opposé de la map, principe de design qui empoisonne la totalité du jeu) et ce jusqu'à avoir accès à un nouveau portail dans lequel on fera à peu près la même chose mais dans un autre décor puis rebelotte.
Ça n'a déjà pas l'air passionnant présenté comme ça, mais en fait c'est pire. D'une part la tête de pépé profite de la moindre occasion pour nous immobiliser et balancer au choix des jeux de mots qui deviennent vite lourds ou des conseils très superflus, d'autre part le jeu nous pousse à jouer très prudemment avec des pénalités importantes en cas de chute dans le vide (perte de 25 batteries et donc nécessité d'en re-collecter autant, sachant que dans certains petits environnements il faudra attendre un moment qu'elles re-spawnent) tuant les velléités de pilotage que l'on pourrait avoir et qui pourraient rendre le jeu plus intéressant.

Donc voilà, on passe six ou sept heures à faire des allers-retours très guidés dans des mondes pas toujours intéressants avec un bonhomme qui nous casse les oreilles toutes les deux minutes avant de voir la fin de l'histoire.
Le post-game est un peu plus sympa dans le sens où il nous laisse explorer le monde plus librement à la recherche de quelques objets supplémentaires. Le monde est un peu plus vivant car repeuplé d'autres têtes flottantes qui malheureusement arrivent à être encore plus insupportables que celle qui nous accompagne depuis le départ et la pression des batteries se fait moins sentir grâce à des gros packs de 10-25-50 qu'on peut trouver ça et là dans le hub.

Au final le bilan est très mitigé, tout n'est pas à jeter mais le déroulement du jeu est carrément pénible. Il semble s'adresser avant tout aux enfants mais je ne sais pas si ces derniers auront la patience de se coltiner tout ça, surtout s'ils se trouvent avoir du mal à exécuter les actions demandées et tombent un peu trop.
Maintenant il faut voir que le jeu est offert pour un prix modique (cinq euros en temps normal je crois bien), que c'est le boulot (finalement assez honorable) de deux personnes seulement et qu'il y a tout de même quelques beaux passages qui pourraient plaire aux amateurs (surtout dans la seconde moitié).

Ce n'est certainement pas un jeu recommandable mais je ne découragerais pas les éventuels intéressés à satisfaire leur curiosité vu le prix et la finition tout de même chiadée du truc.
R.Z.
Vilain comme je suis j'ose le double post pour parler un peu de The Missing: J.J. Macfield and the Island of Memories qui est (enfin) en promo sur l'e-shop, passant de son prix plutôt dissuasif de 24,99€ à 16,49€ ce qui est bien plus raisonnable au vu de ce que le jeu a à offrir. Autant le dire tout de suite, on paye "la marque" SWERY et quelques choix de production un peu grandiloquents (des chansons enregistrées pour le jeu).

Pour ceux qui n'auraient pas vu les trailer il s'agit d'un jeu d'aventure/plateforme en 2,5D un peu du genre Oddworld où on incarne une jeune fille blonde et dont l'originalité est que cette dernière ne pouvant pas mourir à moins d'être complètement réduite en bouillie et pouvant se régénérer à volonté il faudra se servir des éléments dangereux et mutilants du décor pour progresser à travers les énigmes d'un monde un peu tordu mais généralement désert inspiré de l'Amérique rurale fantasmée à la Twin Peaks (pour changer ... damnerd.gif ).

The Missing se veut être un jeu d'auteur et il remplit plutôt bien ce rôle avec pas mal d'éléments poussant le joueur à s'interroger sur ce qu'il fait (pousser une jeune fille vers des scies circulaires géantes en général) et une histoire qu'on qualifiera d'engagée et qui arrive à prendre aux tripes. La narration passe principalement par des SMS intégrés au déroulement du jeu ou optionnels qui se récupèrent à coup de Donuts (les items plus ou moins cachés à collectionner dans le jeu) et qui permettent de connaître le passé du personnage, qui apparaît comme une gamine de 19 ans surdouée, admirée mais aussi exploitée par son entourage et qui subit une grosse pression de la part de sa mère. Je trouve qu'on s'y attache assez vite et on est motivé pour fouiller les décors et trouver le plus de donuts possible afin d'en apprendre d'avantage.
J'ai aussi été surpris par un certain twist final alors que j'ai passé la majorité du jeu à me dire que j'avais déjà tout compris et que tout était évident. Après il faut dire que les indices là dessus permettant de véritablement comprendre le fin mot de l'histoire n'arrivent qu'à la toute fin et que sinon le jeu passe surtout son temps à faire parler des cerfs de transfusion sanguine.

Il y a par contre aussi quelques élément que j'ai trouvé plutôt maladroits. SWERY est un fanboy de David Lynch et va copier certains éléments chez le réalisateur qu'il emploiera de manière cosmétique et purement gratuite à mon sens. Je pense notamment à toutes ces voix enregistrées "à l'envers" qui ne semble servir qu'à faire bizarre ou encore à la citation systématique de ces fameux éléments américains emblématiques (l'équipe est pourtant composée à presque 100% de Japonais). Je trouve qu'on dépasse le simple hommage/clin d'œil qui pourrait rester élégant pour tomber dans un fanatisme lourdaud et peu original, contrairement à ce que fait un SUDA51 par exemple en digérant et mélangeant un peu plus des inspirations similaires. Reste qu'avoir l'impression de se faire une fanfic Twin Peaks n'est pas forcément désagréable en soi.

Concernant le gameplay, il faut dire qu'au delà de l'élément "mutile toi pour progresser" le jeu reste plutôt classique dans sa progression et son design. Il y a différents "obstacles" qui permettent d'obtenir des effets différents et on s'en sert pour traverser les décors. Un coup on va se faire réduire à une tête roulante pour passer dans des passages étroits, un coup on va se mutiler un bras pour le lancer sur un bidule plus loin, un coup on va se faire cramer pour bruler des vignes qui bloquent une porte et un coup on va se prendre un trauma crânien pour inverser la gravité ainsi que pas mal de combinaison de ces éléments. Il y a aussi un peu de gestion de son état de santé et du timing pour se régénérer qui intervient. Trop mutilé on ne pourra pas effectuer certaines actions comme pousser des caisses ou se hisser et il arrive qu'il faille se détruire juste assez pour pouvoir avancer ou prévoir le temps pour se soigner avant de se faire avoir par un obstacle.
Le tout est plutôt intéressant à jouer, par contre s'il nous arrive par malheur de mourir vraiment, vu la longueur des puzzles et la lenteur du personnage, ça peut devenir très chiant surtout que les checkpoint sont parfois un peu trop espacés à mon goût.
Je suis aussi tombé sur une erreur de conception assez impardonnable à la toute fin d'un puzzle long et pénible qui m'a fait rager et m'a obligé à tout me retaper : Les programmeurs ont oublié de faire un élément pour nous faire crever si on "tombe" dans le ciel en gravité inversée et sur la fin de cette zone il n'y avait rien nous obligeant à nous retourner. Du coup j'ai sauté d'une corniche, suis passé à travers une toiture sans masque de collision et ait passé quelques minutes à tomber dans le vide avant de me résoudre à recharger la zone. Point positif néanmoins : les donuts ramassés le sont restés, ouf.
Sinon il y a aussi quelques phases de poursuite à tendance Die'n'retry sur lesquelles je n'ai pas grand chose à redire, en dehors du fait que les sticks foireux de mes joycon m'y ont tué plus d'une fois.
Pour en revenir au côté "auteur", notre héroïne communique bien le fait qu'elle souffre le martyre tout au long du jeu, entre ses gémissements et les bruitages immondes de chair déchirées et d'os brisés (avis à ceux qui auront kiffé le remake de Suspiria leo.png ). J'ai été franchement gêné de lui faire subir tout ça pendant une bonne partie du jeu et je l'ai été encore plus quand j'ai fini par m'y habituer. Et de manière plutôt classe tout ça est bien justifié par l'histoire.
Et du coup, quoiqu'il arrive je conseille de jouer à The Missing avec des écouteurs histoire de ne pas passer pour un psychopathe. whistle.gif

Enfin dernier point à aborder, la réalisation du jeu.
Techniquement parlant c'est plutôt sommaire. La modélisation est souvent grossière, le tout n'est pas toujours très lisible et le jeu saccade assez souvent aussi.
Le jeu reste plutôt joli à regarder la plupart du temps avec des arrière plans animés parfois carrément majestueux, mais sinon ce n'est vraiment pas impressionnant.
Je me pose aussi pas mal de questions sur la D.A.. Le jeu adopte un style plutôt réaliste tout en ayant beaucoup d'éléments qui font très "jeu vidéo", je ne trouve pas ça hyper réussi. De même les problèmes de lisibilité engendrés par le style graphique et l'éloignement de la caméra obligent à surligner les éléments interactifs rendant l'image assez laide la plupart du temps.
Enfin je soulignerais un choix assez étrange concernant le rendu de l'héroïne qui fait qu'elle perd toutes ses textures à la moindre mutilation et devient une forme en surbrillance. Je soupçonne de la censure liée à la volonté de ne pas se taper une classification AO vu que son sang rependu sur les décors est rendu en blanc aussi. Au fond je trouve ça quand même dommage pour la cohérence de l'ensemble.
Concernant la bande son je n'ai pas retenu de musiques particulièrement mémorables mais ça reste sympa. Il y a aussi pas mal de chansons chantées dans un style pop/folk/americana que je ne trouve vraiment pas terribles et qui a mon avis ont du faire gonfler la facture.

En conclusion j'ajouterais encore que la durée de vie est plutôt courte et que malgré un final assez réussi et le fait que je considère avoir passé un moment que la décence m'oblige à qualifier d'intéressant plutôt que de bon, je n'ai pas du tout eu envie de me replonger dans le jeu pour récupérer les quelques donuts manquants une fois l'aventure bouclée. On peut sélectionner les zones/chapitres déjà accomplis à tout moment et le post-game offre quelques "cheats" rendant le jeu plus confortable, et pourtant après m'être fait chier à traverser la moitié d'une zone pour arriver à un endroit où j'avais repéré des donuts auxquels je n'avais pas trouvé comment accéder précédement, n'arrivant pas à trouver la solution rapidement j'ai tout simplement laissé tomber, il faut dire qu'une fois résolues une première fois les énigmes du jeu n'apparaissent plus que comme des corvées au cours de desquelles on va en plus devoir entendre son personnage gémir de douleur.
Bref, c'est peu ragoûtant, je considère la rejouabilité n'est pas vraiment assurée.
Et du coup, pour en revenir au prix du jeu, à 25€ en démat', je trouve qu'on se fait plutôt entuber. Je le déconseille hors promo même s'il s'agit d'un jeu globalement plutôt intéressant.
Mortifuce
C'est un peu la dèche pour moi en ce moment niveaux jeux.
Il faut dire aussi que je limite beaucoup mes achats en ne cherchant que des versions physiques.
J'ai acheté Aragami il n'y a pas longtemps mais j'y ai à peine touché... Je ne suis pas dans l'ambiance, mais je ne doute pas que je m'y mettrai plus sérieusement plus tard.
J'ai beaucoup joué à Hyrule Warriors, j'ai encore des cartes à finir, j'ai débloqué les 2 derniers personnages (Yuga et Zelda version Spirit Tracks), j'ai encore énormément de choses à faire... Mais j'arrive à saturation.
Alors, comme Final Fantasy XII arrive bientôt, je me mets dans l'ambiance en me replongeant dans Octopath Travelers. Seulement une vingtaine d'heures à mon actif, j'ai eu une période où j'ai eu du mal avec les blabla à rallonge, mais c'est reparti. Je n'ai pas encore touché au scénario, la prochaine histoire me conseille d'être au niveau 21, alors j'enchaîne les combats, j'amasse l'expérience et l'argent pour acheter de meilleurs équipements, j'explore la carte à la recherche de grottes et de temples... Je ne pense pas que j'aurai fini le jeu d'ici la fin du mois mais je suis sûr d'être bien occupé tongue.gif
CooLJeDi
Quelques jeux en vrac, tous sur PS4 PRO :

The Witness : Fini, j'avoue j'en ai chié et je me suis aidé de soluces pour en venir à bout car certaines énigmes sont justes infaisables. Le jeu développe un aspect de puzzle très intéressant mais bordel, qu'ils y aillent de façon bien plus progressive ou qu'ils abaissent la difficulté d'un cran pour le suivant. Pour ceux qui aiment rester bloquer pendant des semaines devant une énigme, ça devrait leur plaire.
Petite remarque sur le rendu HDR du jeu qui est vraiment excellent, ça sublime vraiment le jeu contrairement à d'autres titres...qui a dit RDR2 ??? hibouc.gif
5/10.

Yakuza Kiwami : Je ne l'ai pas encore fini mais bon au bout d'une grosse dizaine d'heures, je dirai que c'est un peu le même problème que Shenmue, jeu très sympa à sa sortie, beaucoup moins en 2019. Par contre, la refonte graphique apporte un gros plus, c'est certain, et le gameplay est plutôt efficace. Globalement c'est un bon jeu mais sans plus au final. Pour les inconditionnels de la franchise dont je ne fais pas parti.
6/10

Kingdom Hearts 3 : Bon je n'en suis qu'au début (je viens de finir le second monde) et en gros c'est vraiment très bon. En 4K on note quand même un frame rate assez chaotique, obligé de passer le jeu en 1080p par la console pour obtenir un rendu certes bien plus stable mais pas totalement optimal (bon après les KH n'ont jamais été des références à ce niveau). Sinon les combats m'ont l'air très facile via l'abus de supers pouvoirs en tout genre, du coup on passe plus de temps à invoquer des trucs dans tous les sens qu'à réellement combattre les monstres, à voir si ça ne gâche pas le côté beat-em-all du titre...Après graphiquement, c'est splendide, vraiment.
R.Z.
Avec Mortifuce qui n'arrête pas d'en parler, j'ai fini par craquer et déballer Hyrule Warriors Definitive Edition.
Je m'étais promis d'essayer de me remettre à FE Warriors ou One Piece Pirate Warriors plutôt que de retourner sur ce jeu sur lequel j'avais déjà passé près de 150 heures sur WiiU, mais force est de constater que la formule Warriors, avec des persos et des univers qui m'en touchent une sans trop faire bouger l'autre, ça prend pas (du coup je continue à fantasmer sur un portage Switch de Berserk and the Band of the Hawk, histoire d'avoir une chance de me faire plaiz' sur un autre Warriors que HW).

J'ai retrouvé un plaisir immédiat, le jeu a la gentillesse de mettre des missions inédites assez tôt pour qui aurait joué à la première version et les ajouts sont sympa, même si ça me fait un peu chier d'avoir à naviguer entre tant d'items en pleine partie.
Par contre je joue en mode portable et je suis un peu déçu par l'aspect technique. Ça me paraît pas mal plus moche que sur WiiU et les ralentissements sont parfois monstrueux (les traveling sur un paysage un peu ouvert qui tournent au slideshow ... helpme.gif ). Mais sinon j'ai toujours autant de mal à poser la console quand je m'y met.
Xeen
Citation (CooLJeDi @ mercredi 03 avril 2019, 18:43) *
Kingdom Hearts 3 : Bon je n'en suis qu'au début (je viens de finir le second monde) et en gros c'est vraiment très bon. En 4K on note quand même un frame rate assez chaotique, obligé de passer le jeu en 1080p par la console pour obtenir un rendu certes bien plus stable mais pas totalement optimal (bon après les KH n'ont jamais été des références à ce niveau). Sinon les combats m'ont l'air très facile via l'abus de supers pouvoirs en tout genre, du coup on passe plus de temps à invoquer des trucs dans tous les sens qu'à réellement combattre les monstres, à voir si ça ne gâche pas le côté beat-em-all du titre...Après graphiquement, c'est splendide, vraiment.


KH3 est surtout très propre visuellement. Ce qui est impressionnant, ce sont les scènes reprises des films et animé: il n'y a quasiment aucune différence entre la séquence de film et sa transposition en jeu. A part pour Pirate des Caraïbes où on voit la différence entre acteurs réels et modélisations, il est souvent quasiment impossible de faire la différence.

Mais pour le reste. Oui, c'est joli, c'est beau, mais ce n'est pas non plus impressionnant. D'autant qu'à part le premier monde et celui de Pirate des Caraïbes, on est plus finalement dans une logique couloir ou environnement en arène façon FFXIII.

J'ai franchement pas été convaincu par cet épisode (pour moi, c'est une des plus mauvais épisode, en plus d'être un titre peu intéressant intrinsèquement).

- Un manque de mondes flagrant;

- Cet aspect couloir plus prononcé, à part des mondes comme Olympus ou La reine des neiges. Seul Pirates des Caraïbes est une sorte de véritable open world ;

- Le fait que le jeu se rapproche plus d'un BTA avec aucune difficulté (certes, l'aspect aventure était de moins en moins présent au fil des épisodes, mais là, c'est encore plus flagrant)

- Du fait de mondes plus grands, on ressent encore plus l'abscence de PNJs, que la partie aventure est en retrait;

Et surtout, un scénar OSEF. Les histoires des mondes Disney, quand elles sont tirées des films ou animés, sont encore moins bien traités qu'auparavant. Et celles inventées sont inintéressantes. Mais le plus problématique, c'est qu'à part les dernières heures de jeu qui servent à quelque chose (et encore, rien de phénoménal, les rebondissements étaient totalement prévisibles), on progresse dans un scénario qui ne sert absolument à rien.

En fait, limite, Square aurait pu faire se contenter de faire un film/cinématique d'1H ou 2H sans gameplay (genre KH Back Cover), cela serait revenu au même.

Le problème, c'est qu'une fois le jeu terminé, on se dit "on a attendu tant d'année, on s'est farci une chiée de spin off assez importants, pour ça".

Disons que le jeu fait plus épisode spin off qu'épisode canonique en termes de richesse de contenus, de rythme. Il est clairement inférieur à KH1 et KH2.

Ceci-dit, KH3 s'inscrit bien dans la logique initiale :il fallait se débarrasser de cet épisode pour ENFIN en finir avec l'arc Xehanort (depuis KH1 donc) qui s'était étiré en longueur et devenait trop encombrant, chiant au fil du temps (et qui scénaristiquement, devenait du grand n'importe quoi). Un jeu qui est une sorte de mal nécessaire.

Effectivement, le prochain arc, lui risque d'être être beaucoup plus intéressant (en lien principalement avec l'épisode mobile KH Chi, KH Back Cover), vu les enjeux de la fin, des séquences post crédit et cachée de KH3.
CooLJeDi
De toutes façons le scénario de KH, ça fait belle lurette que j'ai fais une croix dessus (depuis le 2 je pense damnerd.gif), j'avais un peu raccroché les wagons sur l'épisode 3DS mais j'ai tout oublié depuis. En continuant ma game, j'en arrive toujours au même défaut rédhibitoire pour moi : quel putain de bordel les combats. J'aimerai presque un mode de jeu où l'on puisse désactiver toutes les aides à la con : partenaires + manèges + familier, l'écran pop pour lancer une super attaque toutes les 10 secondes.

La j'en suis au monde de Toy's Story, sympa le côté miniaturisé dmais bon, jamais accroché l'univers de Toy's Story (j'avais soigneusement évité d'acheter le jeu sur SNES). J'espère arriver vite à des mondes un peu plus sympa car pour le moment Hercule, ben ça fait 100 fois qu'on se le tape et clairement l'intrigue est à chier, pareil la ville j'ai rien contre elle mais putain depuis le 2 on se la bouffe dans chaque épisode, j'en ai clairement une overdose avec la putain de scène où ils se bouffent des glaces sur le clocher qu'on voit à chaque épisode mario.gif

Xeen
Citation (CooLJeDi @ vendredi 05 avril 2019, 12:30) *
De toutes façons le scénario de KH, ça fait belle lurette que j'ai fais une croix dessus (depuis le 2 je pense damnerd.gif), j'avais un peu raccroché les wagons sur l'épisode 3DS mais j'ai tout oublié depuis. En continuant ma game, j'en arrive toujours au même défaut rédhibitoire pour moi : quel putain de bordel les combats. J'aimerai presque un mode de jeu où l'on puisse désactiver toutes les aides à la con : partenaires + manèges + familier, l'écran pop pour lancer une super attaque toutes les 10 secondes.

La j'en suis au monde de Toy's Story, sympa le côté miniaturisé dmais bon, jamais accroché l'univers de Toy's Story (j'avais soigneusement évité d'acheter le jeu sur SNES). J'espère arriver vite à des mondes un peu plus sympa car pour le moment Hercule, ben ça fait 100 fois qu'on se le tape et clairement l'intrigue est à chier, pareil la ville j'ai rien contre elle mais putain depuis le 2 on se la bouffe dans chaque épisode, j'en ai clairement une overdose avec la putain de scène où ils se bouffent des glaces sur le clocher qu'on voit à chaque épisode mario.gif


C'st le souci, les mondes sont peu intéressants et sous-exploités. On est loin de KH2 en regard de ce qui avait été fait sur Twilight Town, l'étrange Noêl de Monsieur Jack, Tron, etc.


Sinon terminé également Devil May Cry 5 mon impression reste la même que lorsque je l'avais commencé. Cela fait le taf, mais à part ça, rien de spécial. Je comprends peut être rien à la série, parce qu'apparemment, il est désormais considéré comme le meilleur épisode.

Globalement, sur de nombreux aspects, je le trouve très inférieur au reboot, que ce soit par rapport à l’esthétique générale, au gameplay, à la qualité d'écriture du scénario ou le traitement des personnages.

DMC5 m'a fait penser à un jeu pour fanboys, une sorte de DMC3-bis (jeu qui était jusqu'à présent considéré comme le meilleur) avec éléments piqués par ci par là au reboot. Cela se ressent sur les environnements/progressions. Les deux épisodes commencent dans des environnements urbains, pour ensuite se dérouler dans une immense structure (la tour pour le 3, l'intérieur d'un arbre géant avec une esthétique HP Giger pour le 5). Si, dans DMC 5, on a davantage d'environnements urbains, mais beaucoup moins varié que dans le reboot.

C'est d'ailleurs le problème de DMC5 je trouve. Autant la première moitié du jeu est plutôt pas mal finalement, autant la seconde est inintéressante. Pour celle-ci, on se farci le même environnement ad nauseaum (l'intérieur de l'arbre, d'autant que niveau technique et esthétique, il n'y a pas grand chose à en retenir); à l'exception d'un niveau, le level design des niveaux se résument plus qu'à des couloirs, soit à un combat contre des monstres ou un boss dans une arêne. Le jeu semble donc devenir au fur et à mesure plus paresseux. Et puis bon, le dernier affrontement, copy-paste complet de DMC3 et du reboot. Donc, zéro surprise de ce côté là.

Côté scénario, on est pas au niveau de la narration de ce qui avait été fait sur le reboot, même si on voit des inspirations (Nero a un côté petit con très prononcé et proche du jeune Dante du reboot). Il reste scepenant sympa mais par contre, il n'apporte quasiement rien au background de la série. Le truc le plus important et à retenir de cet épisode, c'est ce qui va être révélé à Nero sur son passé, mais bon, on se doutait bien dès DMC4 qu'il est le fils de Vergil (le fait qu'il soit capable de se servir de Yamato, l'épée de vergil), et donc le neveu de Dante.

Côté gameplay, du bon et du moins bon. Le felling DMC est toujours là, et on a effectivement la possiblité d'incarner 3 persos (Nero, Dante et V) qui ont un style de gameplay différents, avec comme d'hab la possiblité d'acheter de nouvelles compétences/mouvement à chaque fin de mission grâce aux orbes rouges accumulés au cours des noiveaux (rien de neuf sur cet apsect).

Le problème est cependant le suivant. Le jeu est composé de 20 niveaux et la plupart sont attribués à un personnage spécifique. Le souci, c'est que les aptitudes de certains héros ne se dévérouillent que tardivement dans l'aventure, genre Nero pour lequel on découvre un nouveau style de jeu... lors de l'affrontement final.

Au final, on profite réellement de DMC5, de tous les persos, de toutes les possiblités offertes en termes de coups qu'une fois le jeu terminé, en le recommençant à des niveaux de difficulté plus élevés que ceux proposés au départ.
R.Z.
'Chier, j'arrive plus à lâcher Hyrule Warriors (definitive edition). cryingsmiley.gif
Je trouve qu'ils ont quand même vachement bien répartiles armes, costumes et persos à travers les modes de jeu. Il n'y a plus de ces cartes du mode aventure qui ne servent pas à grand chose ou de persos sans contenu pertinent et presque tout le monde a droit à sa petite heure de gloire en mode légende.
Les seuls trucs qui m'agacent un petit peu c'est la gestion de plusieurs persos, la mobilité accrue avec les statues de hibou et la surmultiplication des objets alors que c'est vraiment chiant de passer de l'un à l'autre dans le feu de l'action. J'aimais bien le côté optimisation de trajectoire dans l'original, là avec la difficulté revue pour les nouvelles options de mobilité avec des missions simultanées aux quatre coins on passe beaucoup de temps à jouer les généraux et à switcher entre les persos. Comme dans FE Warriors je trouve que ça casse un peu la transe, mais au moins les persos de HW arrivent assez bien à se survivre tout seuls donc on peut les ignorer quand ça nous arrange sans la pression du triangle d'armes et de la permadeath.
Enfin bon, quoiqu'il en soit ça a l'air vraiment ultime dans le genre, pour moi gros fan de Zelda en tout cas.
Mortifuce
Petite routine pour le mois d'avril.
Octopath Travelers pendant les transports. Belles musiques, beaux paysages, personnages attachants, mais pas sûr que le jeu reste gravé dans ma mémoire.
Les chapitres sont vraiment trop nettement découpés, mettant en avant la mécanique du jeu : début du chapitre, utilisation de la capacité du personnage concerné, traversée d'un petit chemin où on peut trouver des monstres, on trouve le grand méchant, blablabla, grosse baston, on clôt le chapitre.
Les petites saynètes où l'on peut faire discuter 2 personnages n'apportent pas grand-chose, on ne sent pas les personnages proches les uns des autres, juste des compagnons de route.
Mais bon, je compte bien aller jusqu'au bout quand même. S'il y a un 2e opus, j'espère qu'il y aura des améliorations concernant les liens entre les personnages.

Le soir, un peu de Kirby Star Allies. C'est un jeu facile, ce serait idiot de ne pas le terminer.

Le week-end, un peu de Hyrule Warriors avec ma fille. Histoire de continuer les cartes, car effectivement il y a toujours quelque chose à faire dans ce jeu, et bizarrement, on ne s'ennuie jamais.

Ce week-end, je me suis remis à Red Dead Redemption II, jeu auquel je n'avais pas touché depuis les vacances de Noël. Mais pourquoi ? Pourquoi ai-je boudé ce jeu si longtemps ? Ah oui, peut-être parce que j'avais plein de boulot et que j'étais crevé le soir mrgreen.gif
Je n'en suis qu'au début, plein de choses à faire, plein de paysages à découvrir smile.gif
R.Z.
Bon, finalement en une grosse semaine intensive sur Hyrule Warriors definitive edition je suis arrivé à un point où j'arrive à lâcher le jeu sans trop de regrets.

J'ai débloqué tous les personnages et la plupart des armes (de niveau 1, hein) ayant fini le mode légende, récupéré tous les éléments essentiels de la première carte du mode aventure et picoré sur les autres pour en extraire les personnages notamment.
En dehors des grosses baisses de framerate, du pop up d'éléments de décor souvent abusé et de quelques problèmes de cohérence et de "planification", c'est quand même très très positif.
Par rapport à mon expérience sur l'original sur WiiU, j'ai presque eu l'impression de jouer à une suite. J'imagine que c'est par contre quasiment identique à la version 3DS. Dans le mode aventure même on a rapidement accès à des missions bonus avec Linkle et la possibilité de jouer plusieurs personnages sur la même carte et de se téléporter change assez fondamentalement le déroulement des missions.
Et puis le côté "allez, encore une petite partie" est toujours présent grâce au mode Aventure et ses missions courtes mais souvent intenses et intéressantes.

Dans les défauts de "planification" il y a notamment des redondances dans le déblocage de personnages et d'armes entre le mode légende et aventure, toujours un horrible déficit de matériaux provenant des effrois qui apparaissent finalement dans très peu de missions et sont nécessaires à l'évolution de nombreux personnages au point qu'il "faut" les farmer sur une longue mission du mode aventure (ce qui est assez impardonnable vu que c'était déjà le cas dans la version de base) et enfin le mode MyFairy potentiellement chronophage mais aussi complètement anecdotique et qui fait "rajout" de dernière minute autant dans ses fonctions que dans son aspect. D'ailleurs j'ai trouvé ma première fée sur la toute fin de ma partie, j'ai dû sauter le tuto explacant comment les récupérer (elles sont cachées dans des pots lambda dans certaines bases) et je n'ai vraiment essayé d'en trouver une qu'après être retombé sur ce tuto pendant un écran de chargement. Le truc embêtant c'est qu'il y a beaucoup d'éléments à récupérer dans les missions qui ne sont débloqués qu'en ayant au moins une fée, c'est dommage que sa récupération ne soit pas incluse dans le mode légende ou dans une mission obligatoire.

En conclusion , je dirais que c'est quand même une version ultime très complète qui vaut largement le coup et le coût du repassage à la caisse pour ceux qui n'y auraient joué que sur WiiU.

edit du 16/04 :
Sinon je me suis aussi lancé dans Yoshi's Crafted World.
Malgré un challenge plutôt relevé pour le 100%, je dois dire que je suis plutôt déçu, même s'il y a beaucoup d'idées marrantes je m'emmerde un peu, l'aspect plateforme en a pris un coup. Contrairement à Woolly World je trouve que ça reste un petit jeu assez moyen.
Ziell
Mes derniers jeux depuis février :

Flashback 25th Anniversary (Switch)
Madeleine de Proust aux animations et l'univers indémodables. Impossible d'être réellement objectif sur cette tuerie mais pour moi, le jeu reste intéressant même aujourd'hui, une fois le saut maîtrisé (pas évident, certaines combinaisons de touches ne sont absolument pas naturelles à la manette). J'ai bien entendu désactivé l'option de lissage, en revanche certaines des retouches (sonores notamment) de ce remaster n'étaient finalement pas à jeter.
Me reste plus qu'à aller voter pour Bermuda Syndrome sur GoG pour compléter le tableau du platformer cinématique punk.gif

Little Nightmares (Switch)
Sympa, une ambiance unique malgré une petite poignée de passages sur lesquels je me suis arraché les cheveux à cause de la faible lisibilité de certains environnements, voire parfois à cause de la maniabilité qui ne pardonne pas ; dommage car le jeu n'a ni les moyens ni (surtout) l'ambition d'être un vrai jeu de plateforme, donc ça casse parfois le rythme. Malgré une durée de vie juste comme il faut, j'ai trouvé certains tableaux un tantinet longuets, mais dans l'ensemble le jeu est assez varié et vaut le détour. En revanche, une fois le jeu principal plié, j'ai fini le premier des 3 DLC, et malgré son originalité offrir la perspective d'un enfant "ordinaire" sur le navire, donc destiné à finir en rôti il ne m'a pas convaincu de me motiver à boucler les suivants, donc à priori je m'arrêterai là.

Prey (One X)
Il y a plein de choses que j'ai appréciées dans ce jeu, mais l'accent sur l'action et l'arbre de compétences m'a un peu déconnecté de l'univers SF. Finalement je crois qu'on m'avait un peu survendu le jeu, et que je me suis retrouvé avec un FPS dans un univers et des thématiques spatiales que j'adore, alourdi par des idées visuelles et de gameplay au départ ambitieuses, à l'arrivée pas extraordinaires. Je pense notamment :
- au texturing des Typhons, assez ratée (le comble), et des environnements parfois splendides mais souvent pas assez détaillés, pas assez crédibles (et l'aspect "fouille" pas très intéressant) ;
- au côté RPG qui amène beaucoup de quêtes Fedex (ennuyeuses) dans une station spatiale qu'on devrait parcourir avec prudence ;
- à l'arbre de compétences qui ne m'a pas excité plus que ça (je n'ai pas trouvé les pouvoirs psy Typhons intéressants ou simples d'emploi donc j'en ai peu utilisé) ;
- à l'histoire intéressante mais alourdie, par des tonnes d'histoires secondaires souvent sans intérêt et qui partent dans trop de direction, ça fait beaucoup de lecture et d'écoute (j'avais eu exactement le même problème avec les Dishonored, et l'exacte même déception à leur sujet) ;
- à la mise en scène grandiose du début (souvenirs des HL), qu'on ne retrouve pas par la suite.
Bref, j'avais envie d'adorer le jeu, au final j'ai juste passé un bon moment, que j'aurais souhaité 5 ou 10 heures moins long. Au final, il m'a surtout donné envie de me refaire Dead Space 1 (ou sa suite) (ou d'attendre un remaster 8K 120fps, voilà un jeu qui le mérite nomdediousse...)

Katana ZERO (Switch)
Hotline Miami X Hyperlight Drifter X Celeste ? Le gameplay est simple et repose sur trois principes : la capacité à ralentir le temps (pour une durée limitée), une roulade-esquive et un coup de sabre (avec temps de recharge). Le résultat est très fun, maniable et défoulant (pas assez gore à mon goût, ça manque de membres qui se détachent). Jamais insurmontable, aucun tableau ne m'a pris plus de 5 ou 10 minutes, et le jeu se boucle ainsi en une (petite) demi-douzaine d'heures. J'apprécie notamment le fait que la proposition mette beaucoup en avant le pouvoir temporel mais qu'au final, le jeu soit amusant avec ou sans l'utiliser (le challenge est alors plus corsé). Quelques bémols cependant :
- lorsqu'on ralentit le temps, l'action devient peu lisible, la faute à des effets visuels inutiles
- la petite astuce narrative décorant le côté "die & retry" du jeu est sympathique (en gros : quand vous mourrez, le héros commente "Non, ça ne marchera pas..." et rembobine la scène, et si vous bouclez le tableau dans les temps, il commente "Ça devrait fonctionner" et vous repasse la scène en "temps réel", c'est-à-dire sans représenter au ralenti les moments où vous avez fait appel à votre pouvoir temporel). Ça ne sort pas de nulle part, cela s'insère dans l'histoire, ça c'est bien. Malheureusement, le replay n'a aucun intérêt car ils en effacent les ralentis liés au pouvoir, mais pas les petits ralentissements occasionnés par chaque coup de sabre ; du coup, pour moi l'effet blitzkrief attendu est complètement raté.
- l'histoire est prenante, la narration et même l'univers sont très inspirés de Hotline Miami en bien, tout en se démarquant avec goût ; en revanche, le jeu se conclut sur une fausse-fin appelant à un DLC ; si c'est payant, je trouve ça assez limite, mais j'imagine qu'ils attendent de voir les ventes pour se décider sur cela.

À part ça j'ai commencé God of War sur PS4 Pro, c'est absolument magnifique (pour une fois osef du mode Performance, le rendu en 2160p checkerboard tabasse) mais après 5-6 heures de jeu, pas non plus palpitant. Il faut que je m'accroche, mais la RPGisation des compétences de Kratos ainsi que le côté très dirigiste et la disparition du saut nuisent pas mal au dynamisme que j'appréciais dans la série. Le jeu a au moins un mérite : le superbe thème Memories of Mother du père McReary m'a enfin convaincu de me refaire BSG aime2.gif
Xeen
Citation (Ziell @ dimanche 21 avril 2019, 02:24) *
Katana ZERO (Switch)
Hotline Miami X Hyperlight Drifter X Celeste ? Le gameplay est simple et repose sur trois principes : la capacité à ralentir le temps (pour une durée limitée), une roulade-esquive et un coup de sabre (avec temps de recharge). Le résultat est très fun, maniable et défoulant (pas assez gore à mon goût, ça manque de membres qui se détachent). Jamais insurmontable, aucun tableau ne m'a pris plus de 5 ou 10 minutes, et le jeu se boucle ainsi en une (petite) demi-douzaine d'heures. J'apprécie notamment le fait que la proposition mette beaucoup en avant le pouvoir temporel mais qu'au final, le jeu soit amusant avec ou sans l'utiliser (le challenge est alors plus corsé). Quelques bémols cependant :
- lorsqu'on ralentit le temps, l'action devient peu lisible, la faute à des effets visuels inutiles
- la petite astuce narrative décorant le côté "die & retry" du jeu est sympathique (en gros : quand vous mourrez, le héros commente "Non, ça ne marchera pas..." et rembobine la scène, et si vous bouclez le tableau dans les temps, il commente "Ça devrait fonctionner" et vous repasse la scène en "temps réel", c'est-à-dire sans représenter au ralenti les moments où vous avez fait appel à votre pouvoir temporel). Ça ne sort pas de nulle part, cela s'insère dans l'histoire, ça c'est bien. Malheureusement, le replay n'a aucun intérêt car ils en effacent les ralentis liés au pouvoir, mais pas les petits ralentissements occasionnés par chaque coup de sabre ; du coup, pour moi l'effet blitzkrief attendu est complètement raté.
- l'histoire est prenante, la narration et même l'univers sont très inspirés de Hotline Miami en bien, tout en se démarquant avec goût ; en revanche, le jeu se conclut sur une fausse-fin appelant à un DLC ; si c'est payant, je trouve ça assez limite, mais j'imagine qu'ils attendent de voir les ventes pour se décider sur cela.



Du coup, pas besoin que j'en parle vu que c'est déjà fait. Autre titre sorti le même jour que KZ mais pas sur Switch, et plus dans la veine de HM niveau gameplay : God's Trigger.

Testé la version Switch de Cuphead pour voir sa gueule, mais pas la peine que je m'étende dessus non plus. Je pense qu'il y en aura d'autres ici qui le feront.

Autrement, parmi le titres sortis depuis le début d'année, quelques titres intéressants/de qualité. Vu par contre qu'il s'agit de portages de jeux il y a un an ou deux ans, pas la peine non plus que je disserte. Il doit certainement vu leur âge y avoir quelque part des tests dispos. D'autant que pour certains, je ne connais pas la qualité du portage Switch vu que fait sur autre support.

Puzzle Game : Tardy;

Aventure / Visual novel : Red String Club

Shoot'em up : Anger Force Reloaded;

(J)RPG : Doom & Destiny ; Legrand Legacy.
Suliven
Citation (Ziell @ dimanche 21 avril 2019, 02:24) *
Little Nightmares (Switch)
Sympa, une ambiance unique malgré une petite poignée de passages sur lesquels je me suis arraché les cheveux à cause de la faible lisibilité de certains environnements, voire parfois à cause de la maniabilité qui ne pardonne pas ; dommage car le jeu n'a ni les moyens ni (surtout) l'ambition d'être un vrai jeu de plateforme, donc ça casse parfois le rythme. Malgré une durée de vie juste comme il faut, j'ai trouvé certains tableaux un tantinet longuets, mais dans l'ensemble le jeu est assez varié et vaut le détour. En revanche, une fois le jeu principal plié, j'ai fini le premier des 3 DLC, et malgré son originalité offrir la perspective d'un enfant "ordinaire" sur le navire, donc destiné à finir en rôti il ne m'a pas convaincu de me motiver à boucler les suivants, donc à priori je m'arrêterai là.


Si tu as le courage va jusqu'au bout du 3ème dlc, la fin vaut vraiment le voyage!
Même si j'avoue que ces 3 dlc (qui s'enchaînent, c'est la même histoire) sont loin d'être passionnant ca s'arrange en avançant.

Bref essaie de le finir, quitte à le bâcler avec une soluce sur le genoux smile.gif
R.Z.
Au passage, je crois que quelqu'un ici était un peu intéressé par Lumo, je l'ai vu passer en promo à 9,99 sur l'e-shop en allant me payer Joker et activer mon code pour Trüberbrook il y a quelques jours, ça vaut vraiment le coup à mon avis, Reste que je ne sais pas si la promo dure encore.

Sinon concernant Yoshi ça s'améliore par la suite et je suis étonné de voir à quel point certains défis optionnels sont éxigeants (il est très très rare que j'arrive à tout trouver/réussir à la première traversée).
En tout cas il y a vraiment énormément d'idées qui sont explorées selon la formule habituelle 1 idée de gameplay = 1 niveau mais la liberté assez énorme offerte par le concept 2D/3D, arrière plan/1er plan fait qu'il y a une très grosse variété et que même quelques éléments recyclés des précédents épisodes sont rafraîchis.
Par contre la formule fait quand même souvent la part belle à la recherche et les passages de pure plate-forme épique sont assez rares même s'ils existent. On peut ne pas adhérer.
Suliven
Voici mes 2 jeux du moment... mais c'est clairement le jour et la nuit

Yoshi crafted World : ça va être rapide : je suis très déçu.

Déjà, c'est frustrant de ne pas pouvoir basculer dans le monde "à l'envers" à n'importe quel moment... limite on dirait un terrible downgrade de gameplay car cette feature semblait bien présente sur le trailer de l'E3 2017... et puis au final ils ont du galérer avec (ce qui expliquerai d'ailleur le retard qu'a subit le titre)
Au final le monde "à l'envers" se limite à la chasse aux poochy, activité annexe totalement dispensable... et j'ai eu autant de fun sur ces monde à l'envers que sur les circuit mirroir de MK8... ouais c'est marrant, parfois inventifs... mais ça ne sert à rien.
Au chapitre des autres trucs un peu moisi : la musique... sérieusement? le même morceau qu'on nous ressort jusqu'à la nausée (à quelques rares exceptions près) ? A quel moment ils ont pensé que c'était une bonne idée??

Et puis le truc qui tache : le manque d'idée flagrant sur la plupart des niveaux ! Je trouve que Yoshi se rapproche beaucoup de Donkey Kong (difficulté mise à part) mais il est a des années lumières de Tropical Freeze en terme d'inventivité ! Alors bien sur chaque niveau à son idée, idée qui ne sera jamais trop recyclée mais souvent l'idée est pas assez forte pour rendre le stage interessant.
Surtout que parfois ces bonnes idées sont totalement torpillées par un Yoshi qui peut voler non-stop (même en mode normal !) : oui, même en "normal" on peut survoler certaines zones dangeureuse sans problème.

Et pour finir : les fleurs qui ne servent à rien. Que le jeu soit facile, soit. Mais pourquoi en rushant les monde je trouve assez de fleur pour arriver au bout?? ils auraient pu nous pousser un peu plus à la recherche des fleurs quand même !


Des trucs à sauver... techniquement c'est joli. Le jeu est très facile mais le challenge se retrouve bien dans l'idée de le faire à 100% et il y a quand même bien quelques niveaux à sauver. Les boss sont plutôt correct et la cinématique que les précède est bien fun. Le simili speedrun pour la chasse aux Poochy est bien pensé aussi

C'est sans doute un jeu parfais en duo parent / enfant, mais en solo, pour un vieux comme moi, ça ne vaut pas grand chose

(2nb jeu à venir)
Ziell
Le second jeu n'a pas l'air de t'avoir beaucoup marqué damnerd.gif

C'est noté pour Little Nightmares, je vais me motiver à finir les 2 derniers DLC, merci pour le conseil ! (et gare à toi si je m'ennuie)
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.