Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Le film de la semaine
Nintendo-Difference Forum > Zone Actu (Jeux Video, BlaBla et Cie) > Blabla
Pages : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21
Toxicloac
QUOTE(quackshot @ Wednesday 19 January 2011, 16:59) *
QUOTE(Toxicloac dans une réponse énorme @ Wednesday 19 January 2011, 14:49) *
t'as pas plus fagocité

C'est toi le faggot cité ! smurf.gif


Maintenant c'est toi leo.png
quackshot
Citation (Toxicloac @ Wednesday 19 January 2011, 17:55) *
Citation (quackshot @ Wednesday 19 January 2011, 16:59) *
Citation (Toxicloac dans une réponse énorme @ Wednesday 19 January 2011, 14:49) *
t'as pas plus fagocité

C'est toi le faggot cité ! smurf.gif


Maintenant c'est toi leo.png

Tiens donc, regardez qui parle ! damnerd.gif
Kiklox
Citation (quackshot @ Wednesday 19 January 2011, 18:00) *
Citation (Toxicloac @ Wednesday 19 January 2011, 17:55) *
Citation (quackshot @ Wednesday 19 January 2011, 16:59) *
Citation (Toxicloac dans une réponse énorme @ Wednesday 19 January 2011, 14:49) *
t'as pas plus fagocité

C'est toi le faggot cité ! smurf.gif


Maintenant c'est toi leo.png

Tiens donc, regardez qui parle ! damnerd.gif


C'est lui : damnerd.gif ?
Zegema
Toxic.

J'entends bien que tu as une culture assez gigantesque en ce qui concerne le cinéma et que tu es capable de faire tout autant référence à des trucs des années 30 imprimés dans l'inconscient collectif qu'à des choses beaucoup plus récentes et dont plus de monde se souvient. Ca, je le conteste pas, ça transpire dans chacune de tes phrases, et c'est franchement quelque chose que j'admire.
Maintenant, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi quand tu dis qu'on doit débattre quasi-religieusement autour d'un sujet en exposant chacun ses idées sans l'once d'un second degré, sinon ça serait prendre les gens pour des cons. Faut quand même pas abuser: parler de cinéma et de pourquoi on a apprécié une oeuvre ou non s'apprécie différemment d'un débat sur le conflit au proche-Orient, ou la Tunisie en ce moment. Il est donc normal qu'on puisse au moins en rigoler un peu. C'est juste cette phrase qui m'a fait tiquer:

Citation
Moi que des membres cici trouvent le film naze, ça me pose aucun problème. Simplement, quand tu exprime ce genre opinion dans un domaine culturel, faut savoir s'armer en sachant que n'importe qui a le juste droit de lui répondre. Et c'est pas "les goûts et les couleurs gnagnaga" qui font avancer les choses, au contraire, t'as pas plus fagocité, abusé, détérioré et débilitant comme argument, de nos jours. Rien de mieux pour tuer un débat dans l'œuf et éviter de se justifier dans ses propos.


Je suis ok avec ça, que de répondre 'les goûts et les couleurs' est tout à fait stérile. Mais sur ce forum, tu m'excuseras, on en est pas encore là. Et même si je n'ai pas encore sorti un pavé de 'pourquoi-j'aimais-pas-Avatar' (ce qui en plus est faux), j'ai pas non plus dit que c'était de la merde. Mais je pense qu'il faudrait que je récapitule.

Il y a déjà une raison principale au fait qu'Avatar ne m'ait pas marqué. Et ça tient en deux caractères: 3D. Ca va évidemment relancer le débat halakon sur pourquoi certaines personnes n'aiment pas la 3D, mais moi, me vendre un film principalement parce qu'il utilise la 3D, ça m'attire pas. On aurait pu me dire qu'ils allaient sortir 'tes-chaussettes-en-3D', ça m'aurait fait bander autant. C'est-à-dire pas du tout. Ce n'est pas sur une prouesse technologique qu'on arrive à marquer les esprits. Encore aujourd'hui, la 3D m'emmerde. Parce que je ne vois pas l'intérêt fondamental qu'elle peut apporter. Parce qu'on essaye de te vendre des palettes de télés depuis un an et que, bizarrement, personne n'en achète (ou en tout cas, pas autant qu'escompté) parce que trop cher et trop limité. On me rétorquera que je suis le même genre de personnages dans les années 20 qui a dû se dire "mais le son dans un film? A quoi ça sert?". Je ne pense pas être ce genre de personnages. Le son, forcément, a pu introduire des dialogues, des vrais, dans une oeuvre de cinéma, et on n'était plus obligé de les lire toutes les 10 secondes. Mais la 3D, vous m'excuserez, c'est quand même tout autre chose. Dans un film simple, ou un truc de gonzesses (genre Love & Autres Drogues actuellement, qui m'a l'air sympatoche, sans plus), je n'y vois aucun intérêt.
Donc me foutre devant les yeux toutes les 5sec "mais putain c'est un film en 3d, ça va être méga-lol!", je dis non. J'en ai pas besoin, merci de me laisser le choix. Je trouve que regarder un film en VO est ... pfiou .. je sais pas comment le dire ... Je sais pas. Regarder un film en VO, c'est apprécier la vraie qualité des acteurs, entendre leur vraie voix. Apprécier chaque 'fuckin' dans 'The Departed'. Apprécier le vrai jeu d'acteur, et non pas celui d'un doubleur dans un studio fermé qui ne fait que lire son texte. Ce n'est pas la 3D qui me fera apprécier la qualité d'une scène, la beauté d'un personnage, ou d'une situation. Donc merde, on nous vante la 3D comme étant plus immersif, ben je les emmerde. La VO devrait être obligatoire, dans ce cas. Dialogue de sourd, balle au centre, mais j'aurais au moins exprimé mon ressenti là-dessus.

Deuxièmement: le scénario. Oui, je sais, à chacun de nos posts, on en a parlé d'une façon un peu vague, mais dans mon cas, le scénario, je le prends comme un tout. Forcément, Pandora, c'est innovant. Forcément, des girafes bleues à deux pattes qui courent, c'est innovant. Forcément, la performance capture, ça marque (un cran de plus par rapport à un Gollum). Mais ... c'est un tout. Et le tout, quand je le résume, moi ça ne me marque pas. J'apprécie la performance technique (la baston de fin est impressionante, c'est enlevé, y'a du rythme), j'apprécie toutes les scènes à peu de choses près, mais j'en attendais plus. Et pourquoi? Parce qu'il n'y pas d'acteur qui se démarque suffisament. Oui, et tu l'as rappelé, Cameron est un bon réal, directeur d'acteur (Mastrantonio + Harris dans une séance de massage cardiaque, je dis mille fois oui, forcément). Mais dans Avatar, il n'y a rien qui me transporte ou me révolte. Oui, la situation des Na'vis est révoltante. Mais ça aurait pû être des pissenlits ou des ragondins, ça aurait été pareil pour moi. Sam Worthington est bon, mais pas transcendant. Je le répète encore, Giovanni Ribisi joue pas un grand rôle, il assure, mais il me marque pas. Et le gros colonel caricatural des années 80, ben c'est caricatural. Ca aurait pu être drôle au second degré, mais il est trop au premier. Donc non.
On reste dans du Cameron? Ok. Alors Aliens avait Sigourney Weaver. Abyss avait Ed Harris/M.E. Mastrantonio. Merde, Titanic avait un putain de Leonardo di Caprio. Mais Avatar, pour moi, joue un cran en-dessous. C'est mon ressenti, et je vais pas dire 'les goûts et les couleurs', mais j'en suis pas loin. Donc le scénario qui, pour moi, sert un message écolo un peu trop Disney-esque, je le trouve correct sans plus. Y'a pas un Dark Vador qui te justifie Star Wars à lui tout seul, y'a pas un Joker non plus, y'a pas un acteur sans peur et sans reproches qui te sortirait la performance de sa vie pour que ça te prenne aux tripes. Ca reste de très bonne facture, mais ça ne me marque pas. C'est, pour moi, ce qui différencie un chef d'oeuvre d'un bon film. Et je classe Avatar dans la seconde.
Kiklox
Oulah. Je crois que tout ceci est un peu trop complexe pour discuter cinéma.
Cinéma = Divertissement = Tuer le temps sans se faire chier.
meduz'
Citation (Kiklox @ Thursday 20 January 2011, 12:40) *
Oulah. Je crois que tout ceci est un peu trop complexe pour discuter cinéma.
Cinéma = Divertissement = Tuer le temps sans se faire chier.
C'est réducteur à mort pour une forme d'art. Tu peux appliquer ton raisonnement à n'importe quelle création artistique, dont la littérature. Bizarrement, ça marche pas trop. Un peu comme les jeux vidéo pour les gamins ou violents, les mangas violents ou stupides, le rap avec des salopes ou des flingues.

Le paysage cinématographique n'est pas uniquement composé de films de divertissement, heureusement. Et ce que tu recherches toi dans le cinéma n'est pas ce que recherchent les autres.
Kiklox
Je pense juste que l'art, c'est un bon moyen d'éviter de se faire chier c'est tout ^^
Oui c'est réducteur, mais faut bien trouver quelque chose pour se convaincre que ça ne l'est pas heh.
quackshot
Citation (Kiklox @ Thursday 20 January 2011, 13:11) *
Je pense juste que l'art, c'est un bon moyen d'éviter de se faire chier c'est tout ^^
Oui c'est réducteur, mais faut bien trouver quelque chose pour se convaincre que ça ne l'est pas heh.

L'art, c'est plus transmettre quelque chose à ceux qui en sont témoin, je dirais.
Kayle Joriin
Tu leur transmets du divertissement, donc. smurf.gif
quackshot
Citation (Kayle Joriin @ Thursday 20 January 2011, 16:00) *
Tu leur transmets du divertissement, donc. smurf.gif

Tsssk. Je laisse tomber, on peut pas discuter avec quelqu'un dont l'anus considère le phallus dracoïque comme une oeuvre d'art nerd.gif
Zegema
C'est deja donner trop de considération a son anus xD
Toxicloac
@Zegema: J'avais bien compris déjà que tu avais aimé Avatar sans le trouver très marquant non plus, le "tu" que j'ai utilisé dans ma phrase cité est plus à titre général que particulier, mais ça c'est un tic chez moi. Enfin passons...

Concernant la 3D, disons que c'est encore une technique qui doit faire ses preuves. Pour une fois depuis sa création, nous avons une 3D pour le cinéma possible sans altérer la colorimétrie (sans lignes bleu-rouge et autres conneries) et qui peut être natif dès le début de la production (et non la post-prod). Comme je l'ai dit plusieurs, la maitrise et tout l'intérêt de cette technique se fera à travers son utilisation dans des médias courant et utilitaire, notamment la télévision.
Les reportages, match de foot, concert et autres couvertures d'évènement tendent à se faire de plus en plus en 3D, et c'est à partir de là que toute une génération de professionnel développeront l'habitude d'utiliser la 3D pour véhiculer des informations et transmettre leur point de vue à travers l'image. Ils sauront naturellement tirer parti des spécificités de l'image en profondeur-relief et rendront l'utilisation de la 3D relief au cinéma évidente, là où la plupart des réalisateurs de la génération passé, ancrés dans leurs méthodologies et habitudes de mise en scène née de ce qui fut avant les derniers matériaux, n'arriveront pas à en faire un réflexe évident et exploiter correctement cette nouvelle gestion de l'image.

Cameron fait parti des rares vétérans à savoir utilisé l'outil 3D-relief car il en est en des majeurs contribuables, vu qu'il a carrément inventé une caméra qui filme directement en 3D sans passer par une conversion de l'image plate en 3D via de la post-prod. Comme l'œil humain, sa caméra dual fusion capture la profondeur et de relief de façon naturel, et qui permet même de jouer avec la résolution et interminablement des images sur plusieurs couches successives (tu sais, foreground, background, toussa).
C'est comme ça qu'on arrive à avoir un arrière-plan aussi clair et haut en résolution que l'avant-plan, et vraiment donner l'impression qu'ils se rejoignent de façon naturelle et sans flou bizarre, un peu comme quand tu vois quelqu'un s'avancer progressivement du bout de la rue vers toi en te concentrant sur le trottoir qu'il y a entre toi et lui. Imagine maintenant cette même logique quand tu contemple un ravin, que tu observe les montagnes au loin depuis une certaine hauteur, ou que tu t'allonge au sol pour regarder la neige tomber dans tes yeux, même flocons illuminé par des guirlandes de noël faisant le tour de ton champ de vision.
Comme tu vois, il y a des choses plus intelligentes à faire avec la 3D que juste te balancer des bonbons haribos dans la gueule en faisant genre "ooooouuuuuh ça sort de l'écran, ça sort de l'écran lololol" (ce qui du coup implique que la 3D à le potentiel de s'adapter à presque tout les genres). Cameron fait justement parti de ces gens qui l'ont compris dans Avatar en utilisant cette 3D pour mieux apprécier le ciel de Pandora, la hauteur de ses montagnes, la profondeur de sa jungle, et surtout la fluidité des nombreuses scènes d'actions où on plonge, on glisse et tournoie sans pour autant que la caméra devienne cinglé et oblige le réal à faire des cuts en plan serré super court, tressautant et épileptique qui donne plus l'impression d'une action que montrer clairement l'action grâce à une caméra très mobile à la vision étendue (le genre de truc que j'aime pas et qu'on voit souvent chez Bruckheimer, Bay, Greengrass et désolé de le dire...Nolan).

Donc la vrai 3D bien faite et utile à la mise en scène qui ne soit pas juste de la poudre aux yeux qui sert à rien vendu par les studio avides qui bâcle la 3D post-prod en 3 mois sur des films pas prévu en 3D, c'est pour plus tard. Quand la plupart des films seront tourné en 3D natif et qu'elle sera démocratisé au point que la majoration tarifaire aura baissé; voir disparût, il me semble certains que ce ne sera qu'une étape normale dans l'histoire du cinéma. En tout cas y'a moyen que ça arrive, cette fois-ci.


Concernant la performance capture, attention à pas confondre avec l'exemple de Gollum, qui bien qu'étant une prouesse époustouflante est juste une des étapes qui mena à au développement de cette technique et qui s'avèrera plus tard n'être qu'une seule de ses composantes. On parle de performance capture comme on peut aussi utiliser le terme cinéma virtuel. Zemeckis et Cameron sont les pionniers qui ont développé cette méthodologie de création qui consiste en plusieurs techniques : 3D relief, prise de vue réelle, fond vert, motion capture super évolué qui capture maintenant les gestes les plus subtils ainsi que la complexité des expressions faciales (même les yeux), liberté totale du jeu d'acteur dans un espace tout à lui comme au théâtre, sélection des morceaux de mouvements des acteurs pour les combinés, caméra virtuelle librement piloté par le réalisateur, dans un décors fait par ordinateur, création de personnage-sfx-et décors entiers en cgi dans la veine de prod animé, changement complet de la pipeline de production (les notions de montage, découpage, story-boarding, chorégraphie,infographie, modélisation et etcétéra deviennent complètement entremêlé et peuvent se faire simultanément) et peut-être un ou deux trucs que j'oublie surement. Le fait est que cette technologie aura été raffiné, standardisé et en phase d'être démocratisé et complètement reconnu grâce à Avatar en fait sa force et témoigne à elle seule de son importance à l'échelle de l'Histoire du Cinéma.

Concernant le reste, je sais pas trop si ça prête à réponse. C'est pas du tout une attaque sur la qualité de tes déclarations, loin de là, mais disons qu'effectivement, ça confine plus au goût et aux couleur; par exemple pour les acteurs, je peux te dire que je suis tombé amoureux de Zoé Saldana en Neytiri comme certains l'ont été pour la Princesse Leïa ou Mononoké...et pourtant c'est pas une humaine dans le film. Et Quarritch, son gros robot qui roule des mécaniques et ses one-liner assassine et paternaliste méprisante me foutent la gniak. Mais c'est juste moi on va dire.
Ouais, il est normal qu'on puisse trouver le film premier degré, naïf, gentillet, le côté fable écolo puisse toucher une sans bouger l'autre, mais j'aimerais apporté une nuance pour la dernière fois.
Toi tu vois un coté écolo-moraliste disneyen, moi ce que je vois, c'est la morale est l'apanage de la fable, et qu'avant de servir à faire des long-métrages Disney, la fable, les légendes, les mythes, sont avant tout des récits qui parle avec clairvoyance de l'être humain et sa condition et lui donne matière à réfléchir sur lui-même et son monde. C'est pour ça que n'importe quel être humain se sent concerné par ce genre de chose et c'est pour ça que Disney a repris ces histoires à morales pour toucher un maximum de gens et imposer un storytelling limpide et béton qui file droit et qui passe à l'épreuve du temps, comme toutes nos plus vieilles histoires.

Ce que je vois dans Avatar, c'est pas que l'histoire d'un homme qui doit défendre la gentille forêt des méchants humains, c'est un homme qui retrouve quelquechose qu'il avait perdu; sa liberté (becauz pas de jambe), son âme sœur(becauz plus de jumeau), son innocence("Tu es comme un enfant" et "On apprends pas à ceux qui ont la tête pleine" -"Mais la mienne est vide"), sa capacité de rêvé d'un ailleurs où il peut être lui même et voir plus loin qu'un bout de caillou (le fait qu'il passe le clair de son temps à dormir pour être parmi les aliens alors que sa corporation en sont réduit pour leur survie qu'à loucher sur des caillou d'unobtanium et s'isole dans leurs machines alors que la machine informatique qu'est Eywa et son réseau réunis les gens, vivant ou mort, via aussi des cérémonies).

C'est des concepts "back to the roots", ça dit pas que la technologie c'est mal et la forêt c'est bien, mais quel meilleur symbole pour exprimer le besoin de retourner à quelquechose de plus pur, de plus vrai, de plus sincère pour justement laisser aller son humanité que revenir à la forme la plus primal de communion, de réunion: celle d'une tribu à l'ombre d'un grand arbre protecteur et témoin d'un vaste monde pas si cruel quand on l'accepte tel qu'il est. Cameron parlait justement du rapport de l'Homme avec la technologie et de sa capacité à communier et être lui-même. C'est le gars qui à soit la tête des la profondeur marine ou soi dans les étoiles (consultant pour la Nasa le monsieur), et quand on prend ça en compte, on a envie de croire que l'histoire qu'il avait à raconté est loin d'être bête et que ça s'émancipe de ses conneries autour de bon sauvage, de l'homme blanc du 19eme siècle, de l'écologie moderne et autres bullshit étroit d'esprit qui regarde encore vers le sol.

Pas pour rien que le leitmotiv du film est "i see you". Savoir voir au delà des planètes, de sa race, des histoires de fric ou de territoire à défendre, ou d'idéologie et tout, et voir le principal: le cœur, l'authenticité, l'être qu'on est censé devenir pour son propre bien. On a vu un homme mourir et renaitre deux fois, passant d'être incomplet à Avatar entre deux état, et d'Avatar à être complet et définitif. Et c'est de l'acuité, un regard sans a priori qui a permis à Jake d'arrivé là où il en est. Peu importe qu'il finisse Na'vi ou Humain, c'est pareil, les valeurs fondamentales sont les mêmes.
Et tout ça, c'est quand même un niveau d'enrichissement humain et de réflexion fondamentale autre que tout ce que les Zack et Crysta et Pocahantas de Disney au Monde pourra apporter.

Ravis de disserter avec toi, Zeg. punk.gif
----------------------------------------------------

Complètement hors-sujet: ci-joint, pour le délire, une critique des gens qui critique Scott Pilgrim.
Attention, bobo péteux inside. rocketwhore.gif
Kayle Joriin
Citation (quackshot @ Thursday 20 January 2011, 18:13) *
Citation (Kayle Joriin @ Thursday 20 January 2011, 16:00) *
Tu leur transmets du divertissement, donc. smurf.gif

Tsssk. Je laisse tomber, on peut pas discuter avec quelqu'un dont l'anus considère le phallus dracoïque comme une oeuvre d'art nerd.gif

Non, mais je m'en branle de votre discussion de merde.
Je poste juste pour vous faire chier. ptdr.gif
quackshot
Citation (Toxicloac @ Friday 21 January 2011, 16:55) *
tl;dq
Purée c'est tellement beau et bien argumenté ! j'en ai le zizi tout dur, le tête à nouveau pleine d'espoir et d'enthousiasme pour la 3D et un regard plus respectueux pour avatar ! (même si j'avais apprécié le spectacle, au niveau scénario j'ai plus eu l'impression "image d'épinal de civilisation mayshante vs. Vie into the wild tatoukompri" que ce que t'as décrit.) Mais les exemples sont bien trouvés, et même si y a toujours un coté "dissert' de français et tout (du genre : "on trouve ces significations, mais est-ce que l'auteur y a pensé ou on se branlettise un peu trop dessus ?), ça donne un nouvel éclairage à l'intrigue.Pour la 3D, j'étais vachement déçu par rapport à ce que je pensais que ça me ferait quand je venais de découvrir en "avant première" les nouvelles techno 3D (lunettes LCD actives avec une putain d'image et un excellent confort). La 3D ça semblait être plus un gimmick "en plus" sympa mais pas indispensable, la grammaire spécifique à la 3D me semble prendre un peu beaucoup de temps à se mettre en place par rapport à tout ce qui sort en ce moment et j'avais peur qu'en fait elle soit limitée par rapport à ce qui existe déjà. mais ce que tu viens de dire, j'y avais trop pensé, donc après on peut supposer qu'il y aura d'autres trucs cools à faire en 3D only.Donc c'est cool, depuis quelques jours je suis plus attentivement ce topic et le débat est super intéressant. thup.gif
Citation (Kayle Joriin @ Friday 21 January 2011, 17:55) *
Citation (quackshot @ Thursday 20 January 2011, 18:13) *
Citation (Kayle Joriin @ Thursday 20 January 2011, 16:00) *
Tu leur transmets du divertissement, donc. smurf.gif
Tsssk. Je laisse tomber, on peut pas discuter avec quelqu'un dont l'anus considère le phallus dracoïque comme une oeuvre d'art nerd.gif
Non, mais je m'en branle de votre discussion de merde.Je poste juste pour vous faire chier. ptdr.gif
Nan mais t'inquiète, je m'en branlais aussi de ta réponse, c'était juste pour le plaisir d'insinuer que tu avais des pratiques désapprouvées par l'islam avec notre draco national mrgreen.gif
Kayle Joriin
Citation (quackshot @ Friday 21 January 2011, 18:03) *
Nan mais t'inquiète, je m'en branlais aussi de ta réponse, c'était juste pour le plaisir d'insinuer que tu avais des pratiques désapprouvées par l'islam avec notre draco national mrgreen.gif

C'est vrai qu'on adore tous les deux le bacon. mario.gif
Draco
Je viens de voir : The Bone Collector : Excellent film ou c'est le premier grand role de Angelina Jolie a l'écran ! Elle joue avec Denzel Washington, c'est une sorte de Seven mais en différent, vraiment très bien fait, je recommande à tout ceux qui aiment le style Seven, Angelina Jolie et Denzel Washington ! Fil qui a plus de dix ans mais que je n'avais jamais vu !
Kayle Joriin
Ça fait un peu 22 fois qu'il passe à la téloche, mais c'est vrai qu'il est sympa.
meduz'
Vu Inception ce week-end, très bon film. Compliqué mais très bon nerd.gif.
Ziell
Vu Hana-bi et j'ai "bien aimé", mais sans plus (désolé Télérama nerd.gif). Je ne comprends pas pourquoi les critiques au sujet de ce film font toujours 2 à 3 pages alors que le message est très très simple... ah si, sans doute parce que lesdites critiques jugent bon de consacrer la moitié de leur contenu à la biographie de Kitano taz.gif
Puis j'ai regardé Sonatine et j'ai préféré, les rapports humains y sont traités plus en profondeur et c'est moins monotone, il y a de l'action sans aucune gratuité dans les exécutions.

Et hier soir j'ai regardé Monsters et j'ai beaucoup aimé. Bien meilleur que Cloverfield dans la catégorie « films de streums », et bien plus efficace que District 9 (dans la catégorie « ils sont *déjà* parmi nous ») avec un budget bien inférieur. Et quand on sait que c'était le premier long-métrage du réalisateur, qui est apparemment un fan du genre (son projet de fin d'études était déjà un flim de streums), ça promet ! smile.gif
Bref, je recommande chaudement.
meduz'
Putain, la première fois que Sonatine était diffusé à la télé, c'était y'a environ 13 ou 14 ans (c'était même sur TF1 leo.png), et je l'avais raté. Depuis, je ne l'ai toujours pas vu, honte sur moi cryingsmiley.gif.
Ziell
En même temps un film jap en VF, t'as pas loupé grand-chose nerd.gif
ramzabeoulve
Nominations pour les Oscars :



Ca me rappelle qu'il faut que je voie True Grit....nerd.gif
Kayle Joriin
FUCKING SHIT ! IL EST VIVANT !!!!
ramzabeoulve
Je t'ai manqué, enculé ?
Kayle Joriin
Non, mais ça surprend. nerd.gif
ramzabeoulve
Merci pour la sincérité nerd.gif
Kayle Joriin
Je t'en prie mon grand mario.gif
Ziell
Vu Scott Pilgrim, vraiment sympa dans l'univers, les effets (l'épée 8-bits à la fin...) et le choix des acteurs, par contre ça perd pied dans la seconde moitié du film.
Draco
Je viens de voir Le Frelon Vert (Green Hornet) et j'ai apprécié la légèreté de ce film de super-héro pas comme les autres ! Ce n'est pas un film impérissable que l'on gardera forcément en mémoire très longtemps mais il remplis sont but : on est diverti et on s'ammuse ! A voir... a par contre j'etais dégouté, ces enculés ne le diffuse qu'en 3D sur la région Marseillaise et le pire c'est que le film tire JAMAIS parti de la 3D, la 3D sert a rien a part te filer mal a la tete et t'alleger de 3€ ton porte-monnaie (la palce est a 12€ en 3D...) ! Bref belle enculerie ces système 3D ou aucun film tire partie de la 3D...

je me marre en pensant a tout ces cons qui achetent des télé 3D ptdr.gif ptdr.gif y a que dans les jeux que c'est utile et bandant CF les lunettes Nvidia qui sont vrmt impressionnantes !
Foxsleader
127 hours - Dès qu'il sort en France, allez le voir. Tous.
Ziell
Même si j'ai du mal à croire que ça occupe 1h30 (flashbacks à mort je suppose), le synopsis donne envie. Ça fait un peu penser au (apparemment très mauvais) Hunger, et surtout à l'équipe de rugby uruguayenne de 1972 dont les mésaventures ont donné naissance au livre + film Alive nerd.gif Sauf que eux sont restés non pas 127 heures, mais 72... jours, soit 1728 heures.
James Franco = petit joueur nerd.gif

EDIT : mea culpa, je n'avais pas compris la nature exacte du choix auquel est confronté le héros. Mais ça reste le même genre d'aventure affreuse un peu plus crédible qu'un Saw koa nerd.gif
Foxsleader
Bah ouais, surtout que c'est tiré d'une histoire vraie quoi...Donc niveau crédibilité c'est plutôt solide tongue.gif

Moi aussi au début j'étais septique, déjà je ne savais rien du film quasiment avant d'entrer dans la salle, et quand on voit le premier jour ou il est bloqué je me suis dit, "oh putain, y a moyen que ça soit très long et chiant", mais en fait pas du tout. Tu passes par beaucoup d'émotions fortes , du rire, à la rage, au dégout, aux larmes, et tout ça pendant une seule heure et demie. Ca faisait longtemps que j'm'étais pas senti comme ça après un film, vraiment puissant, et James Franco, tout petit joueur qu'il est (biggrin.gif), assure.
ramzabeoulve
Je doute que le vrai Aron Raltson se soit tapé un trip interview talk-show avec sa caméra nerd.gif.

Mais oui, excellent film.
Manmedaz
Hey, salut le revenu (ouais, je n'ai rien à apporté au sujet sinon, ça fait des plombes que je ne suis plus allé au cinoche...) !
Foxsleader
Certes la Ramz' mais bon, tu m'as compris tongue.gif
Foxsleader
Ah ! Et je vous conseille vivement d'aller voir Black Swan aussi =)
Ziell
Citation (Foxsleader @ Friday 28 January 2011, 03:39) *
127 hours - Dès qu'il sort en France, allez le voir. Tous.


Bon ben, vu.
Et c'est très bon, un grand récit "humain" mais... je sais pas si c'est à recommander à tout le monde finalement. Oui la scène dure à peine 5 minutes dans le film, mais moi qui suis pas sensible, je me suis pourtant bien tortillé en la regardant, c'est vraiment à gerber de réalisme nerd.gif
Foxsleader
On est d'accord Ziell haha, le pire moment pour moi c'est clairement quand il attaque et attaque et re-attaque son putain de nerf quoi ! Argh putain on ressent presque physiquement la douleur... >_< ! Comme toi je me suis bien tortillé sur mon siège, et mes potes pareil. Le film retranscrit ça tellement bien... Et t'en a pensé quoi émotionnellement parlant ? Autant beaucoup de films sont très bons, mais j'ai rarement eu une palette d'émotions aussi large en 1h30 en ce qui me concerne...

Au risque de passer pour une tata j'étais vraiment tout retourné à la fin quoi, et puis le petit parallèle fait à la fin avec le vrai mec (même si certain se plaignent qu'il est un peu court) est aussi assez poignant...


Enfin bref, faut que je revois ce film d'une manière ou d'une autre tongue.gif

j'ai l'impression d'être un peu trop enthousiaste, surtout que j'ai toujours pas vu The King Speech qui est censé être excellent, mais pour le moment j'espère que 127 Hours aura l'oscar du meilleur film...Devant Black Swan
Ziell
Effectivement c'est le moment où il prend ses nerfs à deux mains (olol nerd.gif) que les bras m'en sont tombés (olol nerd.gif), et la bande-son sur ces moments-là était parfaite (des percussions ultra-stridentes).

Sur le plan émotionnel ? En fait j'ai regardé le film en faisant autre chose donc j'étais dans l'histoire, oui, mais j'ai eu du mal à embrasser (olol nerd.gif) toute la psychologie du personnage. J'en ai surtout retenu que c'était un nice guy et que l'aventure symbolisait plus ou moins l'avènement de son « adulescence », mais par exemple je n'ai pas tout saisi de sa relation à sa gonzesse (hormis que c'était un con), et du coup je ne vois pas du tout à quel moment du film fait référence la phrase de fin qui dit que conformément à sa prédiction, il a rencontré sa femme 3 ans après...

Enfin bon, détails mineurs pour un spectateur pas à 100% dedans, mais le cœur (et les tripes) y étaient. nerd.gif
Foxsleader
Rooooh c'est trop dommage, t'aurais joui mille fois plus damnerd.gif

Pour le coup de la prédiction, je crois que ça vient de ses hallucinations pendant lesquelles il voit souvent un petit gamin blond courir autour du canapé... En gros dans ses hallucinations il perçoit quand même qu'il a un futur, que ce futur implique un gamin, et donc qu'il va copuler salement avec une femme après toute cette affreuse histoire ... !
Ziell
Après avoir lu principalement des avis fanatiques ici et ailleurs à son sujet, je viens de regarder Summer Wars et je suis partagé entre la sympathie et l'agacement pour ce film d'animation.

Ça a commencé surtout par de l'agacement, avec tout ce à cause de quoi un large pan de la japanimation m'insupporte (cliché de l'otaku qu'on sent devenir un héros, les avatars kawaï...), et puis je me suis rendu compte que le niveau de mièvrerie vocale était finalement assez raisonnable (c'est bête mais souvent ça peut se mesurer selon ce critère, et moi les animés où ça pigne et ça crie trop je ne supporte pas), et par rapport à l'intrigue familiale très intéressante qui s'installe doucement.
Mais alors tout ce qui se passe dans le monde virtuel, ya des fois où j'ai failli craquer : c'est niaiiiiiiiiiiiiiiiiis ! Au secours. Ils ont imaginé un univers qui, d'ici 10 ou 20 ans, serait parfaitement envisageable par rapport à l'internet des services et des institutions, le lieu de convergence, mais pour que ça résonne bien manga ils te balancent des histoires de combats métaphoriques complètement improbables, sur fond de geeks qui appuient sur 50 000 touches différentes simplement pour gérer des avatars de combat. Autant le principe d'AI virale et conquérante, ça tient la route, autant le monde virtuel décrit dans le film n'est pas crédible à 50%, il y a beaucoup trop de principes qui requerraient des modes de programmation auto-génératifs. Dans l'absolu on s'en branle, mais sur le coup c'est tellement gros que ça m'a agacé compte-tenu du réalisme de tout le reste et du pragmatisme de l'intrigue principale.

Gros carton rouge pour l'avatar de ce putain de lapin de combat, à qui j'aimerais bien foutre des baffes, et surtout évidemment à son propriétaire, là encore gros cliché de la japanimation, le gosse qui met sa vie dans un putain de jeu vidéo de merde, et qui semble se crever au combat alors qu'il ne fait que pianoter de façon ridicule sur un clavier pour faire à peine mieux qu'on ne ferait avec un gamepad leo.png n'importe quoi, y'a des baffes qui se perdent, sale merdeux taz.gif
À l'inverse, le coup du saignement de nez du héros lors de la résolution d'une énigme mathématique, j'ai pas trouvé ça choquant parce que le type a un "super-pouvoir" tout à fait cohérent, et son implication dans la résolution du problème n'est pas trop grotesque (si bien sûr on considère qu'il est l'homme le plus intelligent du monde et qu'aucun autre des 6,5 milliards d'habitants, y compris les scientifiques du MIT, de la NASA, de toutes les armées du monde et des millions de hackers de haut niveau qui peuplent le monde, n'ait trouvé de meilleure solution que la poignée d'imbéciles qui composent une famille japonaise tout ce qu'il y a de plus banal ptdr.gif ptdr.gif)

Sinon dans l'ensemble l'animation est très bonne, la trame scénaristique variée et bien menée, et puis en fin de compte la confrontation réel/virtuel et tradition/modernité soutient de façon efficace, originale et variée le propos majeur du film sur les liens familiaux (et sociaux en général).
Et c'est super plaisant de voir un animé traiter aussi bien la peur (consciente ou non) grandissante de l'humanité face au tout-technologique. Si ça n'en est pas directement inspiré, il y a en tout cas probablement des dizaines de ponts à faire avec Matrix.

Bilan : thématique et déroulement très intéressants, mais je n'ai pas du tout aimé le traitement de l'univers virtuel (sauf sur le plan de l'animation).


EDIT : dernière phrase corrigée ("virtuel" à la place de "visuel", ce qui change pas mal la phrase).
Toxicloac
I beg to differ, sir !

Pour l'univers virtuel, il s'agit de kawaii pour faire du kawaii. Il existe au Japon un courant artistique post-moderne nommé "superflat" qui influe directement sur l'esthétique du monde de Oz.
Elle mélange la culture-populaire locale, l'imagerie des mangas et des dessin animés, les iconographies mignonnes/kawaii, la superficialité de la société de consommation et l'influence de l'occident sur l'orient. Car il faut dire que l'imaginaire otaku et la conception de l'industrie de l'entertainment en terme de manga, anime, jouet et jeu vidéo sont les enfants d'une influence américaine post-WW2. Ça se voyait assez tôt, en allant de l'inspiration Disney chez Osamu Tezuka ) la tripotée de console Pong fabriqué dans le pays.

La société japonaise connait un clivage culturelle (tradition, modernité, mon cul sur la commode) qui se ressent beaucoup dans la mentalité nationale, notamment la façon dont le kawaii est omniprésent dans la quotidien japonais comme échappatoire à leur névrose et le fantasme d'une perte des responsabilités sous une société à haute-pression. Le kawaii fut l'un des principaux refuge du Japon post-bombe nucléaire, un refuge intimement lié à son syndrome paradoxal de culpabilité et de victimisation qui a été tant et tant analysé par les intellectuels du monde. Si tu regardes Paranoia Agent de Satoshi Kon, tu comprendras plus clairement ce que je dis.

Le mouvement superflat (et Takashi murakami en tête) arrive à très bien jouet avec ce kawaii paradoxal, et Hosoda depuis ses premiers films, n'a jamais caché sa fascination pour cet esthétique reflétant la modernité nippone, depuis le monde virtuel de Digimon : Our War Game jusqu'à Summer Wars en passant pour l'île illusoire de One Piece le film 6 , la fabrique du temps dans la Traversée du Temps mais surtout son spot pub pour Louis Vuitton et Murakami, Supeflat Monogram, où une petite fille découvre un monde à la fois infini et cloisonné et assurément chamarré et folâtre après s'être fait manger par un gros nounours (un peu creepy dis comme ça, mais la paradoxe superflat reste entier).
Il existe très peu d'équivalent en live-action d'exploitation véritable d el'imagerie supeflat. On peut même la réduire à deux: Akihabara Witch Princess et Speed Racer des Wachosky brother and sister.

Ça tombe bien vu que le monde virtuel de Oz est un monde de liberté, d'insouciance, où tout le monde est beau, gentil, et où tout fonctionne bien, mais qui du coup peut faire monter un parfum d'oisiveté à s'en faire tourner la tête jusqu'à oublier le reste, un peu comme une utilisation abusive du kawaii pour se déresponsabiliser. Mais le monde virtuel est au final vu comme un vecteur de rassemblement humain, une occasion finalement de mieux faire prendre conscience de la place de chaque être humain dans cette communauté qu'est le Monde, entouré de son world wide web.

Prenons Love Machine. On peut voir ce virus une personnification de l’irresponsabilité. Tout chez lui, à la fois dans son attitude et son histoire est rattaché à ce concept. Irresponsabilité de Wabisuke qui a créé ce programme sans se soucier de ce que sa mauvaise utilisation peut causer et qui lui même n’arrive pas à faire face à sa famille, irresponsabilité du gouvernement qui l’a lâché en plein Oz juste pour voir ses performances, irresponsabilité dans son attitude qui se met à voler les avatars des gens de Oz et à jouer avec les systèmes importants du programme juste par jeu et domination.
Cette même oisiveté qui s’oppose à la dignité d’une famille unie donc responsable, d’une communauté qui doit avoir conscience de son propre poids ou simplement de la personnalité sérieuse de Kazuma qui prend très au sérieux sa façon de "jouer" dans Oz (il combat online pour la performance et la compétition, pas pour rire. Son côté serious business que tu ne semble pas apprécié en devient là plus pertinent, en mon sens).

Et puis, on sait justement que c’est cette même irresponsabilité dut à l’anonymat sur le net qui peut rendre certains internautes imbuvables et infréquentables, de la même façon que renier ses propres responsabilité vis à vis ses proches nous éloigne d’eux inexorablement.
Mais ce n'est pas mieux qui ceux qui prennent ces réseaux trop à la légère et se rendent aveugle des enjeux mondiaux, moraux et humain qu'elles entrainent, sous prétexte qu'elles vivent dans le "monde réel des grandes personnes qui ont des choses importantes, non mais donc ! On paye nos impôts, nous !" (voir la scène où les mères de familles ne comprenent pas pourquoi le héros et sa bande sont ci abattus et comment un "simple jeu" peut apporter autant de péril)

Ainsi, quand on voit comment la grand-mère arrive à rassembler autant de gens par téléphone comme un grand réseau pour calmer la crise, et que plus tard Natsuki arrive à fédérer à elle seule tout les autres membres de Oz par encore assimilé par Love Machine ; les faisant prendre conscience qu’ils forment une communauté mondiale et pas juste quelques anonymes à part, ou comment les femmes de la famille se rendent compte que les hommes n’étaient pas en train de "jouer" sur le net avec leurs avatars mais bien de se battre contre Love Machine pour de vrai, ou quand simplement la santé de la grand-mère était lié à son téléphone portable...
rien que ces moments du film montre bien que cette ambivalence virtuel/réel n’est aucunement séparatiste, car si les évènement dans un des mondes aura une conséquence dans l’autre, alors cela prouve que les liens dans un des mondes est, pareillement, aussi important que dans l’autre. Par ces exemples là, je cois justement que le discours de Hosoda est limpide et bien véhiculé, sans avoir besoin d’être trop explicite et de la coller à la face des spectateurs.

D'ailleurs, l'accroche sur l'affiche japonaise du film est "Notre force, ce sont nos liens". L'affiche ne précise pas quel lien car il s'agit de tout les liens. Il arrives aujourd'hui tout les jours de voir des vrais couples de longue durée qui se sont rencontrés via des sites de rencontres en ligne, et nombreux sont les joueurs de mmo qui ressentent le besoin de voir en vrai les copains de faction ou de guilde lors d'IRL party. Moi-même, j'avoue m'être fait un vrai ami en trainant sur un forum de roleplay au lycée.
Ce n'est au final pas une histoire de " peur (consciente ou non) grandissante de l'humanité face au tout-technologique ", au contraire. Ces inquiétudes étaient encore viable dans les années 90 et début 2000, mais Summer Wars, sorti en 2010, a sut apporté un vrai discours moderne et actuel sur la mise en réseaux et les communautés du net en le rattachant à des préoccupations on ne peut plus intimes et humaines, et non pas déshumanisée donc.
Zegema
Sucker Punch: putain quelle merde... Les scènes d'action sont très réussies, comme d'hab avec Snyder, mais alors le reste est d'une merditude absolue (début du film qui ressemble à un loooooong trèèèèès mauvais clip de 20min avec des (mauvaises) reprises de vieux tubes (ils ont osé saccagé les Pixies, merde ....), actrices pas crédibles, décors en carton). Putain, j'aurais dû aller voir Black Swan plutôt que ce nanar avec un scénar à deux balles...
mikeztarp
J'ai vu Black Swan il y a quelques jours, et je confirme. mrgreen.gif
Myaah
Ouais, Black Swan, tout ce forum devrait le forum, ne serait ce que pour l'excuse de certaines scènes qui ne peuvent que plaire aux hormones en folie qui traînent ici nerd.gif
quackshot
Citation (Myaah @ Thursday 31 March 2011, 20:11) *
Ouais, Black Swan, tout ce forum devrait le forum


Vive l'éducation nationale nerd.gif
Myaah
"Le voir"

Ma pensée est allée trop vite nerd.gif ou alors je suis trop fatiguée par les monstres avec qui je passe ma journée nerd.gif
mikeztarp
Et dire que tu es censée leur enseigner cette langue, si c'est pas malheureux... nerd.gif


PS : en dehors des scènes sexy avec Natalie Portman - ce qui justifie quand même entièrement de voir un film leo.png - c'est quand même du Darren Aronofsky avec des musiques mythiques (le Lac des Cygnes) arrangées par Clint Mansell.
Ziell
Petit feedback sur une partie de l'œuvre de Park Chan-Wook.


Il y a un mois, j'ai regardé Old Boy. Je le confondais souvent de titre avec Hell Boy, autant dire que je n'avais aucune idée de quoi il parlait. Je l'ai visionné après l'avoir vu classé, dans un top àlakon, comme un des films les plus choquants. M'étant déjà tapé la plupart des films qu'on met dans ces tops, je me suis enfin laissé tenter.
Sur le coup, j'ai été assez déçu par le film. C'est bien simple : tout son intérêt, selon de nombreux avis, résiderait sur le « putain, c'était donc ça » de la fin, sauf qu'en ce qui me concerne, j'ai compris qu'il s'agissait de sa fille 10 minutes après qu'il l'ait rencontrée. Pourtant je ne suis pas particulièrement perspicace côté ciné, mais je ne vois vraiment pas comment on peut ne pas s'en douter, tout porte à penser qu'il s'agit d'elle, par son absence tout au long du film comme par le fait que la fille se propose d'elle-même de l'aider à la retrouver.
Mais trois choses me font, avec du recul, adorer le film :
  • Tout d'abord, le fait qu'on y soit perdu. Tout cet effort qu'on met, au début, à essayer de comprendre de quoi ça parle, qui est qui, pourquoi-comment-où-quand. Au début on est complètement paumé, et ça n'est pas la distance qui nous sépare de la Corée du Sud qui en est responsable, c'est le souhait du réalisateur, qui nous brouille l'esprit, nous nique les neurones avant de balancer les révélations par paquets dans la seconde partie du film. Autant ça donne d'abord le sentiment que le film n'est pas bien écrit (c'est peut-être le cas d'ailleurs), autant je trouve qu'il y a quelque chose de jouissif dans le fait d'être largué, dépossédé de sa compréhension, et qui-plus-est : largué dans un pays dont on ne comprend pas tous les codes, avec un jeu encore un peu différent de l'actoring ultra-théâtral des nippons.
  • Ensuite, l'aspect choquant du film. Le truc, c'est que pendant le visionnage, choqué, je ne l'ai pas été. Déjà parce que je n'ai pas été surpris comme c'était apparemment prévu. Ensuite, et c'est là que ça prend son intérêt : parce que l'inceste montrée dans le film n'a rien d'ignoble, elle est même plutôt belle. Oui ils sont père et fille, mais ils sont l'un pour l'autre devenus de parfaits inconnus, donc leur union est-elle réellement répréhensible ? Après bien sûr il y a la question de l'hypnose qui pose problème dans la dimension naturelle de cette union...
  • Enfin, et ça me permet de faire la transition avec le 3e film de la trilogie : la BO. Elle est fantastique, et à la fin du film je me suis repassé une dizaine de fois plusieurs séquences (notamment le suicide du big boss), puis j'ai laissé le film de côté. Mais la semaine dernière, j'ai réécouté certaines pistes et je suis devenu complètement accro à plusieurs pistes. Du coup, grâce aux related videos de Youtube, ça m'a emmené vers...

Sympathy for Lady Vengeance. C'est bien simple : la BO est fantastique. Sans rien connaître du film que son affiche et synopsis tarantinesque (truffau-esque ?), je me suis bouffé en boucle toutes les pistes de cette BO qui mélange renaissance (plusieurs pistes sont basées ou issues de la RV 684 de Vivaldi) avec les touches médiévales de certains instruments joués « à l'asiat' », ainsi que des chants lyriques assez proches de l'enka japonaise.
Donc je me suis mis la BO dans la tronche toute la semaine, et j'ai finalement regardé le film hier soir.
Encore une fois, un gros brouillon dans la première moitié, puis des coups d'éclat dans la seconde et une intrigue qui se révèle bien plus glauque que prévue. Même méthode que pour Old Boy, le fait d'être extrêmement perdu pendant une bonne partie du film et d'essayer de recoller les morceaux lorsque tout se dévoile très vite rend le film assez addictif.
Et l'expérience d'être devenu accro à la BO avant de regarder le film était vraiment géniale, je m'en auto-congratule (damnerd.gif). J'ai profité à fond du film (au casque) et c'est marrant de comparer les scènes à ce que tu t'imaginais à force d'écouter les pistes, quand tu connais déjà le synopsis et l'affiche du film.

Bref, un post bien long (ça faisait longtemps) pour vous recommander vivement cette méthode de visionnage pour ce film précis, si vous avez aimé Old Boy. Dans l'absolu, Sympathy for Lady Vengeance n'a rien d'un très bon film, mais on peut se mettre dans des conditions favorables pour l'adorer et j'ai trouvé l'expérience plutôt chouette punk.gif


Petit post-scriptum : le premier film de Park Chan-Wook que j'ai regardé était en fait Thirst (Bak-Jwi en VO), les mythes du vampire et de Roméo & Juliette, revisité à la coréenne... non, à la Park. Même topo : on est hyper perdu au début du film, puis ça finit par s'assembler et prendre forme, mais on ressort quand même du film avec un énorme sentiment de WTF. Je ne vais pas m'étendre plus dessus car mes souvenirs sont flous (je l'ai vu il y a à peine 1-2 mois pourtant) mais je le recommande très, très chaudement, sauf bien sûr si vous avez détesté les autres films de PCW. Je pense qu'en terme d'écriture, c'est le meilleur à ce jour.


Je n'ai jamais apprécié d'être largué dans un film autant que dans les films dont je viens de vous parler, d'où mon envie latente d'écrire dessus. Donc méga old-dick vu que tout le monde a vu Old Boy depuis belle lurette, mais si ça peut pousser certains amateurs à se pencher sur Sympathy for Lady Vengeance et à me donner leur avis dessus, ça sera déjà ça punk.gif
mikeztarp
J'ai vu Rio en troidé (j'avais pas le choix), c'était sympa. Pas particulièrement mémorable, et la 3D sert à que dalle, mais ya une bonne ambiance. Le doublage VF (j'avais pas le choix non plus) était bon mais j'aurais quand même préféré voir la VO, ne serait-ce que parce que will.i.am chante. ^^

Le moment mémorable du film le singe qui envoie un sms avec un smiley ":(|)" ptdr.gif (pas un vrai spoiler vu que c'est montré dans le trailer, mais je mets le tag quand même par principe).


Edit : obligé de mettre des guillemets autour de mon smiley, sinon le forum m'y insère un sad.gif...
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2020 Invision Power Services, Inc.