IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

256 Pages V  « < 254 255 256  
Reply to this topicStart new topic
> Vos jeux du moment, le retour du topic terrible
Firebrand
posté Mardi 15 Janvier 2019, 15:44
Message #5101


ND Award
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 2 698
Inscrit : Jeudi 08 Avril 2004
Lieu : Unys
Membre no 492



Vus tes objets, je te confirme que tu as fait le 1er, le 3ème, le 4ème et le 5ème (2ème possible mais pas sûr sans précision). wink.gif
L'épée bleue est appelée "Epée Blanche". Y'en a une autre, pas évidente à localiser.
Alors oui, y'a bien un truc important à faire avec un arbre, garde bien cet indice en tête. mrgreen.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Suliven
posté Mardi 15 Janvier 2019, 21:56
Message #5102


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 604
Inscrit : Samedi 08 Mars 2003
Membre no 7



haaa Zelda 1... c'est clair qu'il a pris un méga coup de vieux
Et encore... bien que très connu je vais quand même mettre une balise spoiler
une fois la 1ère aventure fini et Ganon mort, une 2nd monde s'ouvre avec 8 nouveaux donjons et là ça devient un immense n'importe quoi, comme le donjon planqué sous un arbre... genre du te retrouver à tenter de bruler les milliers d'arbres qui peuple Hyrule pour le trouver
Mais je crois que mon plus gros blocage dans un donjon était un **** de mur où l'on pouvait passer à travers

Au moins c'est un jeu qui marque, je ne l'ai fini qu'une fois mais je me rappelle encore d'un paquet de coin où j'ai galéré en tournant en rond pendant des jours... des semaines....

Ce message a été modifié par Suliven - Mardi 15 Janvier 2019, 21:58.


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Vendredi 18 Janvier 2019, 10:09
Message #5103


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 402
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



YIIK. Je verrai si le titre est ou non décevant (les tests sont particulièrement divisés).

En revanche, pas mal de gros soucis de finition et surtout de bugs.

Je suis sur la version PS4 et comme d'habitude avec certains jeux indés, on a encore affaire à des problèmes liés à la langue définie dans les paramètres de la console.

En gros, si la PS4 est paramétrée en français, absence totale de musique. On n'a que les bruitages (cela me rappelle Detention pour lequel il était impossible de sauvegarder avec une console paramétrée en français).

En attendant un éventuel patch, pour contourner le bug et avoir la musique, il faut passer sa console en anglais (anglais "United Kingdom", je ne suis pas sûr que le anglais "USA" fonctionne).

Je ne sais pas si le problème existe sur la version Switch mais c'est possible. Pour le jeu Angels of Death, il fallait bien, avant qu'un patch ne paraisse, passer sa console en japonais pour contourner un bug lié à des dialogues ne s'affichant plus.

Go to the top of the page
 
+Quote Post
Mortifuce
posté Vendredi 25 Janvier 2019, 12:01
Message #5104


Link d’Argent
*****

Groupe : Membres
Messages : 306
Inscrit : Mardi 20 Février 2018
Membre no 22 303



Je suis retourné sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild.
Oui oui, 2 ans après.
Oui oui, après plus de 200h de jeu.
J'avais commencé le mode expert, et comme je ne savais pas trop à quoi jouer, je me suis dit : "Pourquoi pas Zelda".
Je me demandais si je n'allais pas m'ennuyer à refaire la même chose... Je lance le jeu, je retrouve Link, de dos, à cheval, à contrejour sur un soleil couchant. La magie est toujours là, intacte.
Les monstres sont plus agressifs, mais j'ai 200h d'expérience de jeu, je fais attention aux armes, trop fragiles, que je prends ; je réactive une tour, découvre une région puis je traque toutes les noix avant de m'intéresser aux quêtes. Je retrouve les sanctuaires, me creuse la tête sur des énigmes, déjà faites, mais il y a 2 ans...
J'ai fini le Prélude, j'ai été au village Cocorico, au village d'Elmith ; prochain objectif : les Bois Perdus, pour retrouver la lame purificatrice, histoire d'avoir une arme solide en permanence. Puis je pourrai m'attaquer aux créatures divines.

Côté nouveautés, pour l'instant, je m'ennuie un peu sur la Switch. Ces derniers temps j'ai surtout joué à des jeux à plusieurs (Super Mario Bros, Mario Party), mais des jeux qui ne me tentent pas seul.
J'attends des nouvelles côté Dragon Quest (Dragon Quest XI s, Dragon Quest Builders 2), j'attends avril pour redécouvrir les FF, mais je vais devoir traverser 3 mois de désert vidéoludique...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Vendredi 25 Janvier 2019, 13:13
Message #5105


Terroriste expert ès détournements
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 3 488
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



Moi je m'éclate bien Sur Travis Strikes Again : No More Heroes.

Je ne sais pas si on peut vraiment le recommander à tout un chacun, mais pour les fans de NMH et des autres jeux de SUDA51 (de The Silver Case à Shadows of the Damned, je crois que les références s'arrêtent là) c'est un vrai bonheur. Mention spéciale à la nouvelle intro fournie en MàJ avec Dan Smith de Killer7 en featuring.
Déjà le gameplay BTA bien que répétitif est moins moisi qu'il n'en a l'air. Avec des ennemis un peu poilus on est rapidement puni si on fait trop n'importe quoi et de manière étonnante les quelques subtilités de chaque niveau arrivent à prodiguer l'impression d'un renouvellement.
Et puis la bonne surprise c'est que l'histoire qui avait pourtant l'air particulièrement ridicule vue de loin arrive à se montrer sacrément intéressante et dérangeante autant en terme de déroulement, avec la multiplication des méthodes de narration dans le plus pur style Grasshopper, que de background, introduisant des adversaires très intéressants dont on se doute qu'on les reverra dans un éventuel NMH3 et enrichissant considérablement l'univers de la série.

Enfin bref, je suis très agréablement surpris par ce jeu que j'ai acheté avec un beaucoup d'appréhension sur sa qualité et principalement en tant que fanboy de Goichi Suda. Il s'avère finalement assez solide en terme de gameplay, conséquent en terme de contenu et vraiment riche pour tout ce qui est histoire et background.
Vraiment indispensable pour les fans. punk.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Ziell
posté Lundi 28 Janvier 2019, 18:10
Message #5106


Suicidal schizo
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 8 946
Inscrit : Dimanche 16 Mars 2003
Lieu : Paris
Membre no 66



J'ai fini Wasteland 2 en décembre, en une grosse cinquantaine d'heures. Version Mac correctement optimisée —ça reste très relatif à raison de 25-30 fps, mais j'ai cru comprendre que même sur PC ça n'a jamais été la grande joie. C'est super moche et le character design est à chier (je déteste les chapeaux, et j'aime encore moins lorsqu'une vingtaine de portraits est utilisée tout au long du jeu pour illustrer une centaine de NPC).
En dépit d'un univers assez intéressant malgré la redite de la thématique, j'ai passé bon nombre de dialogues car les NPC manquent souvent de charisme ou l'histoire, de teneur. En arrivant à la fin du jeu on a quand même un gros sentiment de déjà-vu... Ouf, la durée de vie est raisonnable. Le jeu se découpe en deux grandes régions, je commençais à trouver le temps long à la fin de la première, heureusement la seconde est moins longue, on s'éternise pas et la fin arrive (relativement) vite. Les combats sont assez agréables même si l'aspect tactique passe assez vite en retrait : il est très difficile de positionner son escouade de façon dispersée sans y passer des plombes ; autre grand problème, en mode Temps Réel il aurait fallu pouvoir donner plusieurs instructions d'affilée (façon STR). Par ailleurs si on n'équipe son équipe qu'avec des fusils d'assaut et de précision, ça devient vite trop facile (passées les premières heures où les munitions sont vraiment rares). Du coup je me suis forcé à garder quelques spécialistes des armes blanches pour garder un peu de challenge... En revanche j'ai pour une fois trouvé l'argent assez bien géré, il n'y a que sur la fin du jeu que je me suis senti tel Crésus, mais le reste du temps j'utilisais régulièrement mes thunes pour acheter des munitions, ce que je ne faisais que rarement dans Fallout.
La mise en scène est un peu voire très nulle. Parfois, vaut mieux pas du tout de cinématiques, que des cinématiques moisies... Là-dessus, WL2 choisit la laideur ET l'incohérence, avec certains écrans statiques ultra cheap qui tombent à plat et deux cinématiques (une vidéo sympathique au début, une anim 3D dégueu au milieu). Ça sent vraiment les manques de moyen, le jeu expédié, ou un peu des deux... Ça donne lieu à une fin assez minable façon téléfilm M6 où on te raconte textuellement les conséquences (ultra-binaires) de tes choix au fil du jeu. Ah oui, j'ai oublié de le préciser : dans Wasteland 2, on est gentil, ou on est neutre, mais impossible de faire des choix moralement mauvais. Ce n'est pas Fallout (où l'on part en temps que "sauveur" certes, mais ensuite on peut passer du côté obscur grâce au karma et à certains choix, notamment auprès des guildes), il vaut mieux le savoir avant de se lancer dedans —ce n'était pas mon cas et je n'ai jamais joué à Wasteland 1, donc même si j'ai tendance à être du côté du bien dans les RPG, j'ai trouvé le jeu très dirigiste, et l'illusion du choix, ce n'est clairement pas ce que j'attendais de la suite du père spirituel de Fallout. Je devrais me faire Tyranny pour compenser, tiens.
Bref, c'était pas génial mais au moins c'est fait. hibouc.gif Je ne sais pas si j'attends vraiment le 3e épisode. D'un côté on a vu que Brian Fargo avait encore sorti un jeu à moitié fini avec Bard's Tale IV, et en même temps le bonhomme reste attachant et il a forcément un peu plus de sous maintenant qu'il est passé sous l'aide de Microsoft. Visuellement on repart sur de la 3D, avec à priori des environnements beaucoup plus jolis mais je reste méfiant ; la 2D me manque sur les top-down ambitieux.


Là je suis en train de boucler Hollow Knight sur Switch, qui est une putain de claque. Pas mécontent de rôder ma télé OLED dessus vue la prééminence des décors sombres, par contre pour la Katka Hachedéère on repassera : le jeu est en 720p même en docké, c'est dramatique pour une DA aussi fantastique cryingsmiley.gif La BO est encore meilleure que le jeu, dont j'aime beaucoup l'univers même s'il est (volontairement) très cryptique : sans jeter un œil au Wikia du jeu je passerais à côté des 3/4 de l'histoire. Le jeu reste plaisant même sans tout saisir à l'histoire (de toute façon lors d'un premier run il me semble impossible d'y comprendre quoi que ce soit avant au moins les 3/4 du jeu), le "lore" est dévoilé par des tablettes et NPC lors de rencontres facultatives. Le character design et les NPC sont tellement réussis qu'en trouver le maximum devient vite nécessaire même quand ils ne filent rien, c'est assez rare pour être souligné en ce qui me concerne (surtout après Wasteland 2 et sa population insipide).
Côté progression le jeu est parfaitement rythmé, il y a un très grand nombre d'éléments à collecter. Je comprends que certains se soient découragés à cause des cartes du monde parfois difficiles à choper, je dois avouer que j'ai cherché de l'aide sur internet pour certains emplacements car je ne voulais pas y passer des plombes.
La maniabilité est excellente et au fil des upgrades on peut se sentir à l'aise soit avec l'arme principale (l'aiguillon), soit avec les sorts qu'on collecte ; ou encore, alterner sans difficulté puisque le profil du joueur se configure en équipant des artefacts (les "charmes"). Le nombre limité d'emplacements pour les charmes qu'on peut porter simultanément offre une dimension réellement stratégique au jeu et notamment aux affrontements de boss. Il y a beaucoup de charmes mais peu d'emplacements pour les équiper, il faut donc faire des choix et le setup idéal n'existe pas.
J'ai mis une bonne quarantaine d'heures à arriver près de la fin, j'en suis à 101% de complétion (le maximum est 112% il me semble), et je galère comme un porc devant le vrai boss final Radiance depuis 4-5 heures. L'idée de finir le jeu sur Youtube m'a traversé l'esprit une bonne cinquantaine de fois ces dernières heures mais 1) la honte d'avoir fait ça pour God of War 1 n'est toujours pas effacée, et 2) c'était une trop belle aventure pour que ça se finisse comme ça. grrr.gif Je me donne encore une paire d'heures pour persister. nerd.gif
Je reste estomaqué de découvrir que ce bijou est issu d'une campagne Kickstarter (d'une part) qui n'a récolté que 35 000 balles (c'était en 2014, forcément), et qu'ils ont fait ça principalement à trois. J'espère qu'ils nagent suffisamment dans l'or et les diamants pour pouvoir prendre tout le temps qu'il leur faudra pour un futur jeu.

Ce message a été modifié par Ziell - Mardi 29 Janvier 2019, 00:03.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Draco
posté Samedi 02 Février 2019, 15:48
Message #5107


King of Aquilonia
Icône de groupe

Groupe : Administrateurs
Messages : 13 478
Inscrit : Lundi 10 Mars 2003
Lieu : Marseille
Membre no 8



J'ai terminé Assassin's Creed Odyssey (Niveau 70, toutes les quêtes et DLC sortis à ce jour). Si j'avais détesté la série depuis Black Flag, je suis heureux de retrouver un épisode qui a su se remettre en question en offrant un vrai jeu d'action et d'aventure au cœur de la Grèce antique. Un peu répétitif dans ses quêtes secondaire, le jeu est énorme, regorge de détail, offre une histoire principale sympas et d'excellents doublages en français. Je regrette et ne comprendrais jamais pourquoi les romances sont aussi pourraves alors que le jeu est +18 ? On voit rien, on assiste à rien... là ou The Witcher proposait de vrais trucs. Du coup je regrette quand même que ce tous n'ait pas poussé de nombreuses choses à commencer par ces romances inutiles.

Énorme durée de vie au passage et magnifique épopée dans laquelle on rencontre tout les grands de la Grèce antique d’Hérodote, en passant par Socrate et Hippocrate. Un beau boulot d'Ubisoft, même s'il y aurait à dire sur les nombreuses quêtes secondaires inutiles et chiantes, les romances pourraves, et les graphismes qui bien que magnifiques sont très en dessous de ce qu'il aurait été convenu de proposer sur PC, machine ou j'ai fait le jeu.


--------------------


"Sache, Ô Prince, qu'entre l'époque où les océans ont englouti l'Atlantide et ses cités étincelantes, et l'avènement des fils d'Aryas, il fut un âge de légende où de lumineux royaumes s'étendaient sur le monde tels des manteaux bleus sous les étoiles.
La Némédie, Ophir, la Brythunie, l'Hyperborée, Zamora avec ses femmes aux cheveux noirs et ses mystérieuses tours arachnéennes. Zingara et sa chevalerie, Koth, accolé aux terres pastorales de Shem, la Stygie aux sépultures gardées par les ombres, l'Hyrkanie dont les cavaliers portaient de la soie et de l'or. Mais le plus fier de tous les royaumes était l'Aquilonie, qui régnait en maître sur l'ouest fabuleux. Alors vécut Conan, le Cimmérien, aux cheveux noirs, au regard sombre, épée au poing, voleur, pillard, guerrier, aux mélancolies titanesques, aux joies colossales, pour fouler du pied les trônes les plus nobles sous sa sandale."
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Hier, 20:51
Message #5108


Terroriste expert ès détournements
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 3 488
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



Ayant fini de jouer à Travis Strikes Again pour le moment, après un peu d'hésitation quant à la suite du programme et ce que j'allais insérer dans ma Switch, je me suis mis à Poi qui traînait sur mon étagère depuis bientôt un an que je l'ai commandé en promo sur CDiscount (Un peu en dessous de 20€ je crois).

Ayant joué à Yooka Laylee juste avant, il est difficile de ne pas faire un parallèle entre les deux tant ils s'inspirent chacun des fleurons de la plateforme 3D parus sur N64. Là où Yooka Laylee effectue un copier-coller plutôt convaincant de Banjo Kazooie (sans pour autant améliorer la formule en quoi que ce soit et en arrivant à créer des tares inédites [oui j'ai peut être été un peu trop gentil dans ce que j'ai écrit dessus probablement en réaction au bashing que je voyais à son encontre]), Poi choisit de singer Super Mario 64., autant sur les aptitudes de ses héros que sur la structure du jeu (avec son Hub et ses niveaux que l'on démarre avec un objectif précis et qui parfois changent un peu en fonction) et y arrive selon moi, un peu moins bien.

Du point de vue de la maniabilité, Poi s'en sort plutôt bien mais donne le sentiment d'être plus mou, lent et approximatif que Mario, ce qui peut décevoir, frustrer et rendre quelques rares passages un peu pénibles. Je n'ai par contre presque jamais eu à me plaindre de la caméra que j'ai trouvé exemplaire l'immense majorité du temps.

Concernant son univers il faut bien avouer que Poi donne dans le très très générique. Entre ses personnages vraiment quelconques (des bonhommes sans rien de remarquable), sa réalisation très neutre (des modèles oscillant entre du 128 bits et de la N64, un pseudo cell-shading inspiré de WW mais qui ne va pas au bout de ses idées) et ses items lambda (on collecte des médailles ... des médailles d'explorateur ... perdues par un explorateur qui les avait lui-même trouvées à l'époque ... ?) il n'y a pas beaucoup de choses auxquelles on pourrait s'accrocher. Le jeu ne joue pas non plus la carte de l'humour, tout est très premier degré et je crois n'avoir rencontré qu'une unique "blague" tout au long de mon aventure. Il y a aussi un ou deux petits clins d'œil à Mario qui pourraient en faire sourire certains et quelques créatures au look un peu déjanté, mais juste un peu. Bref, rien qui ferait une impression durable.
Les environnement eux aussi font dans l'ultra basique en revisitant les classiques plaine/volcan/désert/caverne/glace des jeux de plateforme sans jamais vraiment oser donner une réelle identité ou originalité à aucun d'entre eux. Finalement les seuls décors un peu marquants sont à mon avis le hub situé dans le ciel dans lequel on peut voltiger librement qui se remplit peu à peu d'îles flottantes et le tout dernier segment du jeu.
Reste qu'il se dégage tout de même un charme bon enfant de l'ensemble qui m'a fait ressentir une sorte de nostalgie. Les artworks qui trahissent quelquefois un certain amateurisme donnent aussi l'impression que le dessinateur a fait vivre ses personnages et s'y est attaché, et ce côté touchant transparaît dans le jeu qui baigne dans une sorte d'onirisme enfantin léger et bienveillant. Les musiques relaxantes et plutôt agréables soulignent bien cet aspect de l'univers.

Concernant son contenu même, Poi est un jeu assez court et plutôt facile. Il y a quatre mondes principaux de taille semblable à ceux de Super Mario 64, un cinquième monde coupé en deux qui a l'air d'avoir été rajouté sur une mise à jour, plein de petits défis de diverses natures accessibles depuis le hub (parcours, voltige, mini-jeux ...) et une section finale que j'ai trouvée assez sympa. L'ensemble s'avère agréable à jouer et remplit bien son rôle de "jeu d'aventure-plateforme 3D à l'ancienne".
Au niveau des défauts, le jeu propose quelques boss qui sont tous, sans exception, ratés, reposant sur des patterns trop basiques et souffrant parfois d'un manque de lisibilité dans leurs réactions. Ses ennemis génériques sont aussi parfois un peu trop pénibles et la relative imprécision du gameplay fait qu'on n'est jamais sûr de parvenir à les éliminer efficacement.
Mais ces défauts ne sont pas vraiment rédhibitoires et ne perturbent pas vraiment l'aventure qui reste agréable.
Reste que contrairement à Yooka Laylee par exemple, Poi n'arrive jamais à donner l'impression de se hisser au moins au niveau de son illustre modèle (Super Mario 64).

J'ai fini le jeu à 100% en 10 heures et quelques minutes sans avoir vraiment été impressionné par quoi que ce soit mais j'y ai quand même passé un bon moment.
Il valait bien ses vingt euros, il en vaudrait probablement vingt-cinq voire trente en poussant un peu, au delà j'aurais été déçu.

Ce message a été modifié par R.Z. - Aujourd'hui, 13:55.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

256 Pages V  « < 254 255 256
Reply to this topicStart new topic

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : lundi 18 février 2019, 19:55