IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

264 Pages V  « < 262 263 264  
Reply to this topicStart new topic
> Vos jeux du moment, le retour du topic terrible
Xeen
posté Aujourd'hui, 12:47
Message #5261


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 458
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Creature in the well (STEAM, Switch)

https://www.youtube.com/watch?v=7frppvEWcQw

Des tests sont disponibles sur JVCom et GK il me semble.

Grosso-modo, le jeu n'est pas un mix hack'n flash/flipper comme vendu. C'est plutôt en fait un mix jeu d'aventure - Zeldalike / casse-brique, avec un côté manic shooter.

Le côté Zelda, c'est l'exploration de huit donjons (9 avec le prologue) au sein d'une montagne, chaque donjon étant décomposé en plusieurs salles, avec à l'extérieur de la montagne un hub central / village avec 2-3 maisons explorables.

Chaque salle des donjons contient un puzzle mais sa résolution reste optionnelle. En effet, le passage d'une salle à l'autre est conditionné par l'alimentation en énergie de la porte séparant les deux salles, la quantité d'énergie à fournir différant d'une porte à l'autre.

Le gameplay est le suivant : le robot qu'on incarne doit, dans chaque salle traversée, balancer des boules d'énergie, générées par des dispositifs, sur des éléments électroniques de la pièce ressemblant à des bumpers, des murets, etc. Le contact entre la boule et le bumper fait :que le robot acquière de l'énergie qu'il va dépenser en alimentant les portes; et va charger l’élément touché. Quand la boule touchant l'élément, elle se met à ricocher. Elle rebondis également au contact des mures de la salle. C'est pour cette raison que le jeu est assimilé à un flipper, mais dans la forme, cela ressemble plus à du casse-brique.
Résoudre un puzzle consiste à alimenter tous les éléments de la salle. Si le puzzle est résolu, un générateur apparaît dans la pièce, qu'on peut également alimenter pour récolter encore plus d'énergie.

Si les premières salles sont assez simples, cela se complique par la suite. Par exemple, il peut s'agir d'alimenter avec la balle les éléments de la salle dans un ordre précis, et en selon le cas temps limité (certains éléments demandent à être alimenté en moins de 2 secondes par exemple).

A cela s'ajoute des bumpers pouvant balance des rayons lasers sur le robot, des canons pouvant lui tirer dessus, etc. C'est là où apparaît le côté manic shooter car l'écran peut alors devenir relativement surchargé en boulettes, entre les nôtres et celles ennemies. Et c'est là où on comprend également que la gestion du dash et des déplacement au travers de la salle devient primordiale.

Le robot possède deux actions : la première consiste à concentrer la balle pour viser, la seconde tirer. A noter d'ailleurs que le robot peut se servir des tirs ennemis comme boules d'énergie.

Au cours de l'exploration dans les donjons, le robot acquière diverses armes qui vont s'avérer plus ou moins utiles selon le puzzle. Un électroaimant permet par exemple d'attirer les boules directement vers le robot lors de la "concentration" ; une hache permet quand à elle, au moment de frapper la boule d’énergie, de la diviser en trois, permettant d’atteindre un plus grand nombre d'éléments ; une autre arme permet de donner plus de force à la boule, faisant que les éléments se chargent plus vite ; etc.

Chaque donjon se conclut par un boss, plus précisément une succession de puzzles (3 à 4) à résoudre mais pour lesquels le côté manic shooter / esquive de tir devient prépondérant.

En termes d'intérêt, si le titre a pour lui une certaine originalité, il souffle le chaud et le froid sur la plupart de ces aspects, faisant qu'il est sympa mais pas transcendant.
La patte graphique a un certain charme et rappelle un peu Fury mais les donjons ont tendance à tous se ressembler (mêmes si quelques éléments de décor prouvent que l’environnement est différent, on est plus face à de simple changements de palette de couleurs). La BO est planante et apaisante, mais les morceaux sont peu nombreux. Tous les donjons ont le même morceau.
Chaque donjon introduit un nouvel élément de gameplay mais finalement, beaucoup de salles restes calquées d'un donjon à l'autre; ou du moins l'élément faisant l'identité du donjon n'est pas assez significatif.

Enfin, pour ce qui est de la durée de vie, et en supposant qu'on finisse le jeu à 100% en découvrant tous les secrets du jeu (certaines salles proposent un "puzzle caché" donnant accès à une pièce secrète dans laquelle peut être entreposée une nouvelle arme par exemple), il faut compter 5H. Moins donc en rushant (je dirais 3H30).



--------

Continué Blasphemous.

Je suis presque à la fin (il me manque plus que quelques quêtes annexes à faire avant de battre le boss final). La seconde moitié est meilleure en termes de graphismes, d'ambiance, d'environnements. Par contre, je trouve toujours cela mou/pataud. Sorti de l’esthétique gothique/malsaine/iconographie chrétienne, je ne lui trouve effectivement rien de spécial vu la flopée de Metroidvania existant.


Ce message a été modifié par Xeen - Aujourd'hui, 12:55.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

264 Pages V  « < 262 263 264
Reply to this topicStart new topic

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : lundi 23 septembre 2019, 16:35