IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

271 Pages V  « < 269 270 271  
Reply to this topicStart new topic
> Vos jeux du moment, le retour du topic terrible
Xeen
posté Samedi 14 Novembre 2020, 10:10
Message #5401


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Fini Hajimari no Kiseki (Trails of the Beginning ?) le week end dernier

je ne vais pas m'attarder sur la réalisation technique, la BO, le système de combat en général, la customization... Pas mal de choses sont déjà données dans le test de CS3 disponible sur ce site. Il n'y a pas eu de gros changements majeurs. Pour les combats, il y a désormais un nouveau système qui aide grandement en cas de situation désespérée, et qui a une méchante tendance à les simplifier. En gros, monnayant une jauge de charge, tous les persos peuvent attaquer l'ensemble des ennemis ennemis (y compris les héros ne participant pas au combat), reprendre la quasi totalité de la barre de le vie et se guérir de tous les malus, ou lancer un puissant sort.

Alors que chaque épisode de Cold Steel a fait partie de mon top de l'année lors de leur sortie respective, j'ai trouvé cet épisode sympathique mais pas franchement mémorable. Comparativement aux autres Trails, il est assez mineur. S'il fonctionne toujours sur le plan du gameplay, le reste suit beaucoup moins. Il s'adresse davantage aux fans de Trails qui jouent à cette série pour ses système de customisation / de craft et de combat... plutôt qu'à ceux qui suivent la série pour son lore, ses personnages, etc.

En fait, quand on parcourt Hajimari, on sent que Falcom ne voulait pas commencer un arc majeur sur PS4 et qui aurait ensuite continué sur PS5. Ce qui explique pourquoi cet "ARC 4" n'est qu'en un épisode. Du coup, on se retrouve dans le même cas que des séries comme Black Clover, Boruto... où l'animé tend à dépasser le manga.
Hajimari est donc un épisode "filler" et généralement dans ce cas, si fondamentalement c'est pas désagréable à regarder (ici jouer), on se pose la question de l'intérêt global.

Bien sûr, certains nouveaux protagonistes apparaissent, et quelques events ont leur importance pour raccrocher la conclusion de Cold Steel et le futur Arc 5 (ou réel Arc 4) mais l'histoire d'Hajimari est assez indépendante. Manque de pot, parce que l'un des gros problèmes de cet épisode vient de là, elle est archi-classique dans son déroulement et peu passionnante. Surtout quand la durée de cet épisode frôle les 100H.

Même si l'histoire est assez indépendante, n'en demeure pas moins que cet épisode s'adresse uniquement aux fans dans la mesure où la quasi-totalité des protagonistes principaux et secondaires sont issus des arcs Sky, Ao/Zero, et CS. On retrouve même des personnages de Ao/Zéro non présents dans Cols Steel. Côté héros, 3 petits "nouveaux" : Lapis, une fillette automate douée de conscience; et Swin et Nadia, deux jeunes assassins. En fait, Swin et Nadia sont déjà connus des fans, ou du moins leur background. A la condition qu'ils aient lu les romans disséminés dans l'épisode Cold Steel IV : "3 and 9".

Parmi les antagonistes, un majeur et récurent depuis l'arc Sky fait enfin sa véritable apparition, alors qu'il n'était jamais vraiment intervenu jusqu'ici (soit son nom était mentionné, soit on le voyait dans de très courtes séquences).

je ne vais pas m'étendre sur le scénario. Je vais simplement écrire que les héros des trois arcs doivent renverser une certaine personne qui a perpétré un coup d'état dans l'état de Crossbell.

En termes de progression, le jeu est constitué d'un prologue et de 5 chapitres. L'originalité de cet épisode est de nous faire partager le point de vue de trois équipes durant les chapitres 2 à 4, un peu comme Suikoden 3 : celui de Lloyd, celui de Rean, et d'un certain "C" (qui n'est pas le "C" croisé dans Cold Steel, mais un autre). Les trois points de vue doivent être achevés pour passer à un nouveau chapitre.
Mais au final, cela marche sans plus. Si l'objectif des trois team est de libérer Crossbell, il y a finalement peu d'interaction entre elles, même si elles sont amenées à se croiser à de très rares occasions. Elles progressent donc chacune globalement de leur côté. L'ennui c'est que les chapitres et points de vue sont assez inégaux en termes de rythme. A vrai dire, alors que Llyod est le héros principal de Hajimari, sa "route" est assez monotone. Et, finalement, on se rend compte très tôt que Rean est le vrai héros vu que les évènements de la seconde moitié du jeu le concerne.
Autre point négatif, une bonne partie de l'intrigue est dévoilée durant la moitié de l'aventure (l'identité de C est révélé très tôt, ce qui casse certains mystères du scénario), donnant l'impression ensuite qu'elle tire inutilement en longueur durant l'autre moitié.


A l'histoire principale est collé un donjon procédural appelé Boundless Corridor, auquel on peut accéder quand on veut. Sauf que ce donjon, particulièrement long et ne pouvant être achevé que post-game (on n'a pas accès à toutes ses sections durant l'histoire principale), permet de faire monter rapidement en puissance les héros et de récupérer du loot à l'excès. Par conséquent, on roule sur l'aventure principale à part quelques combats de boss. A noter qu'en plus d'équipements, orbes, items...le loot permet de débloquer plein de tenues et d'accessoire pour tous les persos (dont une majorité correspondent aux DLCs cosmétiques des épisodes de CS).

Comme les persos ont déjà des arts de base assez utiles, la customization ne sert pas à grand chose. Le loot permet aussi de crafter des armes puissantes, rendant les boutiques des villes inutiles. Après, autant CS4 nous introduisait la 50aine de persos jouables progressivement, autant là ils arrivent par gros blocs. ce qui motive pas non plus à customizer tout le monde. En plus, on n'est pas obligé de se servir de la majorité des persos (je crois en avoir même pas utilisé la moitié).

Une autre particularité de Hajimari est d'avoir séparée trame principale et contenu annexe. Toute la partie annexe a été intégrée dans le Boundless Corridor. Le donjon contient un hub central. Au fil de la progression dans ses étages, on récupères en battant des monstres puissants des orbes jaune, bleu et rouge. Les jaunes débloquent des persos uniquement jouable dans le donjon, les bleus des histoires secondaires (ou "épisodes), et les rouges des mini-games. Histoires secondaires et mini-games sont accessibles à partir du hub central. C'est aussi dans ce hub qu'on peut jouer au VM card. Parmi les mini-games : un shoot'em up avec des magical girls, une sorte de Virtual On, Pom, des mini-games sur une plage (avec possibilité pour Rean de draguer les héroines de CS, et au joueur d'utiliser son casque VR pendant ces phases qui sont à la première vue).

Par conséquent, l'histoire principale est encore plus linéaire que dans des épisodes comme CS3 (on a cependant accès à tous les lieux visités une fois le dernier chapitre atteint). Désormais, il n'y a plus de quêtes annexes proposées au cours des chapitres à proprement parler. En réalité, dans le hub central du boundless corridor sont proposés des missions à accomplir soit dans le donjon même, soit durant l'histoire principale. Il peut s'agir de pêcher x poissons, de trouver y recettes de cuisine, d'ouvrir z trésors... ainsi que de tuer m monstres avec un combo de deux personnages précis, qu'un personnage précis sonne le coup de grâce d'atteindre un certain niveau d'amité entre les personnages...

Si ce découpage peut donner l'impression d'un sentiment de liberté en progressant à l'envie dans l'histoire principale et en passant quand on le souhaite au contenu annexe, il a pour défaut de casser encore plus le rythme du jeu, qui peine déjà pas mal.

Concernant les histoires secondaires, il y en a au total un peu plus d'une quinzaine, pour une durée de 40 minutes à 1H chacune. Il s'agit également de fillers. Parfois elles relatent des évènements s'étant passés entre l'Arc CS et Hajimari, pafois des évènements se produisant au même moment que l'histoire principale. Pour la quasi-globalité d'entre elles, il s'agit encore de fillers plus au moins intéressants suivant le cas. On retrouve par exemple un classique tournoi entre le héros, un concours de cuisine (qui nous permet d'incarner un des élèves de la Thors Academy, Freddy). Parmi les histoires faisant un peu avancer le lore, le devenir de Cedric après les events de CS4, ou encore Emma qui en apprend davantage sur sa mère.
En général, ces histoires secondaires sont des séquences de dialogues entrecoupés de quelques (voir un unique) combats. 2-3 histoires proposent quand même d'explorer de très courts donjons.
Reste que le problème de ces histoires, c'est que c'est finalement du filler qui vient se rajouter encore au filler principal. D'où le sentiment de trouver le temps encore plus long.

------------------------------

Parallèlement, je suis sur le dernier tiers de Ghostrunner. je ne vais pas m'étendre dessus car les tests disponibles sont assez complet. Et je suis d'accord avec eux. Il fait partie des jeux de l'année pour moi. En fait cette année, je me rends compte que mon top 2020 va être assez typé cyberpunk / SF : Doom Eternal, FF7 Remake, Ghostrunner...

Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Samedi 12 Décembre 2020, 21:49
Message #5402


Gniouf niéééé gnuef
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 4 278
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



J'ai fini Atelier Ryza : Ever Darkness and the Secret Hideout en quelques 80 heures sur Switch.
J'ai adoré, ce sera probablement mon jeu de l'année.

Il y a plein de trucs qui clochent mais le jeu m'a vraiment scotché par son atmosphère légère, ses personnages attachants et son monde magnifiquement rendu.
En gros c'est l'histoire d'ados qui grandissent sur une île un peu isolée et qui ont des envies d'aventure, une histoire de passage à l'âge adulte sans grande prétention mais qui m'a semblé très efficace et touchante.

Graphiquement c'est vraiment très beau, les musiques aussi sont très jolies même si j'ai eu l'impression de les avoir déjà entendues des dizaines de fois dans d'autres RPGs, et le gameplay fait le boulot. On est dans un JRPG assez classique, on peut se déplacer librement dans des zones de taille moyenne pleines de murs invisibles (mais contrairement à Dragon Quest XI, Atelier Ryza a le bon goût d'être cohérent dans ce qu'il nous laisse faire ou pas, du coup je n'ai pas ressenti la même frustration que dans ce dernier) qui sont soit des endroits familiers et sûrs comme l'île où vivent les protagonistes ou encore la clairière où la petite bande finira par installer la planque secrète du titre dans lesquels on pourra ramasser des matériaux un peu moisis à l'envi ou des zones dangereuses, avec des monstres qui se baladent sur la carte, et où le nombre de trucs qu'on peut ramasser est limité par la taille de notre "panier". Il y a un système jour-nuit dans lequel une heure passe dès qu'on passe à une zone voisine (il existe aussi un système de fast-travel qui bouffe dans les trois heures à chaque déplacement mais qui permet d'aller presque n'importe où) mais il n'y a pas de calendrier fixe comme dans les anciens jeux de Gust du coup on peut prendre son temps sans s'inquiéter. Le système d'alchimie au cœur du jeu permet de fabriquer des tonnes de trucs comme des items à utiliser lors des combats, des équipements et autres armes ou encore des matériaux permettant de fabriquer d'autres trucs.
Concernant les combats on est dans une sorte de mix entre un ATB ce qui demande de réagir assez vite et un système à la Grandia où on peut mettre des bâtons dans les roues de ses adversaires. Il y a beaucoup de trucs à gérer et c'est vraiment compliqué à expliquer.

Dans les défauts je dirais que le système de combat est un peu bordélique et demande beaucoup d'attention et de familiarité avec l'interface pour finir par s'y retrouver (parce qu'au début c'est vraiment galère), mais comme les combats ne sont pas vraiment difficiles, c'est pas trop grave. Il y a aussi la manière dont l'histoire se déroule, à base d'événements saupoudrés de-ci de-là et qui peut devenir lourdingue, surtout que le jeu nous fait parfois faire des allers-retours, nous fait attendre quelques jours pour voir ce qui va se passer et que ce qu'on doit faire pour avancer n'est pas toujours clair juste en regardant les scènes (heureusement il y a un résumé du chapitre en cours dans le menu pause qui permet de savoir exactement comment faire avancer l'histoire). J'ai aussi souvent été ennuyé par le côté très dirigiste du jeu dans la majorité de son déroulement, à savoir que les zones accessibles, les recettes d'alchimie qu'on peut effectuer sont très limitées au départ et ne se débloquent qu'à des points précis de l'histoire. Il faut vraiment atteindre le dernier tiers pour pouvoir faire des trucs en dehors de ce que le jeu a prévu qu'on fasse dans le cadre de l'histoire.
Enfin, à partir d'environ la moitié du jeu, on commence à vraiment devoir faire le ménage dans son inventaire assez souvent. Ce n'est pas trop grave dans le sens où on peut se débarrasser utilement et facilement de ses items surnuméraires, mais ça peut être pénible d'avoir à se poser et sélectionner quelques centaines d'items à vendre/convertir à un moment où on est pris dans l'histoire.

Après rien de tout ça ne m'a vraiment gêné, j'ai adoré jouer à ce jeu de bout en bout, c'était toujours relaxant et agréable. J'attends la suite de pied ferme.
PS : Il y a aussi un mode photo plutôt bien fourni et fun, je pense qu'on peut s'amuser avec même sans être un pervers ! nerd.gif

9/10 !

Ce message a été modifié par R.Z. - Samedi 12 Décembre 2020, 21:51.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Jeudi 17 Décembre 2020, 11:05
Message #5403


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Je vais bientôt atteindre la 30H sur Cyberpunk sur une PS4 classique.

Franchement, cette version est loin d'être si catastrophique... A lire tout ce qui se dit sur les différents sites, c'est graphiquement inadmissible, injouable, ce qui est loin d'être le cas.

Il est vrai que la version (mais je pense que toutes sont toutes dans le même cas) aura besoin d'un sérieux coup de polish / patch pour éliminer certains bugs, mais bon cela viendra avec le temps.

Ceci-dit, techniquement et graphiquement, malgré ces couacs et des problèmes d'affichage de texture (dont on se fout un peu en jouant réellement car les environnements sont tellement détaillés qu'on n'y fait pas vraiment gaffe), le jeu est reste dans le haut du panier comparativement à d'autres productions ps4. Quand on voit ce que la PS4 est censé afficher techniquement pour ce titre, on peut comprendre qu'elle souffre de temps à autres. Et contrairement à ce qu'on peut lire ça et là, cette version reste peuplée de PNJ (suffit de se rendre dans les quartiers commerciaux, les bars et boîtes de nuit...). Après, je ne sais pas, mais il était évident que ce qu'on voyait dans les trailers tournaits sur un PC de course... ce qui est la cas à chaque fois qu'un studio communique sur un jeu multi (si les versions pc et console sont développées en //).

Et puis, des open worlds pour lesquels il y a eu pas mal de correctifs avant d'arriver à un résultat satisfaisant, il y en a eu. Pour tout dire, sur PS4, FFXV était dans un bien plus sale état à sa sortie que Cyberpunk.

A mon sens, cette version reste parfaitement acceptable, et surtout, elle n'empêche pas d'apprécier le jeu, qu'il s'agisse de son univers, de l'ambiance générale, du gameplay qui se rapproche d'un mix GTA-Deus Ex (avec pour une même mission, de très nombreuses alternatives pour la réussir suivant le profil de personnage qu'on se bâtit). En tout cas, cela ne mérite pas tout le délire actuel qu'il y a autour.


Ce message a été modifié par Xeen - Jeudi 17 Décembre 2020, 11:09.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Koobiac
posté Vendredi 18 Décembre 2020, 13:16
Message #5404


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 912
Inscrit : Dimanche 09 Avril 2006
Lieu : South Park (Colorado)
Membre no 2 253



Citation (Xeen @ jeudi 17 décembre 2020, 11:05) *
Je vais bientôt atteindre la 30H sur Cyberpunk sur une PS4 classique.

Franchement, cette version est loin d'être si catastrophique... A lire tout ce qui se dit sur les différents sites, c'est graphiquement inadmissible, injouable, ce qui est loin d'être le cas.

Il est vrai que la version (mais je pense que toutes sont toutes dans le même cas) aura besoin d'un sérieux coup de polish / patch pour éliminer certains bugs, mais bon cela viendra avec le temps.

Ceci-dit, techniquement et graphiquement, malgré ces couacs et des problèmes d'affichage de texture (dont on se fout un peu en jouant réellement car les environnements sont tellement détaillés qu'on n'y fait pas vraiment gaffe), le jeu est reste dans le haut du panier comparativement à d'autres productions ps4. Quand on voit ce que la PS4 est censé afficher techniquement pour ce titre, on peut comprendre qu'elle souffre de temps à autres. Et contrairement à ce qu'on peut lire ça et là, cette version reste peuplée de PNJ (suffit de se rendre dans les quartiers commerciaux, les bars et boîtes de nuit...). Après, je ne sais pas, mais il était évident que ce qu'on voyait dans les trailers tournaits sur un PC de course... ce qui est la cas à chaque fois qu'un studio communique sur un jeu multi (si les versions pc et console sont développées en //).

Et puis, des open worlds pour lesquels il y a eu pas mal de correctifs avant d'arriver à un résultat satisfaisant, il y en a eu. Pour tout dire, sur PS4, FFXV était dans un bien plus sale état à sa sortie que Cyberpunk.

A mon sens, cette version reste parfaitement acceptable, et surtout, elle n'empêche pas d'apprécier le jeu, qu'il s'agisse de son univers, de l'ambiance générale, du gameplay qui se rapproche d'un mix GTA-Deus Ex (avec pour une même mission, de très nombreuses alternatives pour la réussir suivant le profil de personnage qu'on se bâtit). En tout cas, cela ne mérite pas tout le délire actuel qu'il y a autour.


Peut-être que la différence est vraiment vraiment énorme quand tu passes d'un bon PC aux versions FAT One et PS4 huh.gif


--------------------

Citation (Koobiac @ vendredi 14 septembre 2012, 14:44) *
"un petit bayonetta 2 exclu Wii U et c'est parti" (7 jours avant l'annonce officielle :pacorabanne:)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Vendredi 18 Décembre 2020, 17:06
Message #5405


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Citation (Koobiac @ vendredi 18 décembre 2020, 14:16) *
Citation (Xeen @ jeudi 17 décembre 2020, 11:05) *
Je vais bientôt atteindre la 30H sur Cyberpunk sur une PS4 classique.

Franchement, cette version est loin d'être si catastrophique... A lire tout ce qui se dit sur les différents sites, c'est graphiquement inadmissible, injouable, ce qui est loin d'être le cas.

Il est vrai que la version (mais je pense que toutes sont toutes dans le même cas) aura besoin d'un sérieux coup de polish / patch pour éliminer certains bugs, mais bon cela viendra avec le temps.

Ceci-dit, techniquement et graphiquement, malgré ces couacs et des problèmes d'affichage de texture (dont on se fout un peu en jouant réellement car les environnements sont tellement détaillés qu'on n'y fait pas vraiment gaffe), le jeu est reste dans le haut du panier comparativement à d'autres productions ps4. Quand on voit ce que la PS4 est censé afficher techniquement pour ce titre, on peut comprendre qu'elle souffre de temps à autres. Et contrairement à ce qu'on peut lire ça et là, cette version reste peuplée de PNJ (suffit de se rendre dans les quartiers commerciaux, les bars et boîtes de nuit...). Après, je ne sais pas, mais il était évident que ce qu'on voyait dans les trailers tournaits sur un PC de course... ce qui est la cas à chaque fois qu'un studio communique sur un jeu multi (si les versions pc et console sont développées en //).

Et puis, des open worlds pour lesquels il y a eu pas mal de correctifs avant d'arriver à un résultat satisfaisant, il y en a eu. Pour tout dire, sur PS4, FFXV était dans un bien plus sale état à sa sortie que Cyberpunk.

A mon sens, cette version reste parfaitement acceptable, et surtout, elle n'empêche pas d'apprécier le jeu, qu'il s'agisse de son univers, de l'ambiance générale, du gameplay qui se rapproche d'un mix GTA-Deus Ex (avec pour une même mission, de très nombreuses alternatives pour la réussir suivant le profil de personnage qu'on se bâtit). En tout cas, cela ne mérite pas tout le délire actuel qu'il y a autour.


Peut-être que la différence est vraiment vraiment énorme quand tu passes d'un bon PC aux versions FAT One et PS4 huh.gif


Cela reste une question de graphisme essentiellement. Mais est-ce que tu as besoins d'avoir des graphismes vraiment superior pour profiter de l'ambiance et de l'univers. Pas vraiment en fait.

C'est un peu comme si je disais que les deux derniers Doom ou Ghostrunner n'ont pas leur place sur Switch, parce même si les jeux sont bien optimisés (enfin, c'est apparemment le cas des doom, je ne sais pas pour Ghostrunner), reste que graphiquement, t'auras pas le niveau de détail que tu as avec un PC. Et que donc, cela ne doit pas sortir dessus, que c'est scandaleux, que c'est injouable, etc.

Pour tout dire, tu as un site french qui a fait une preview de Persona 5 Shibuya Scramble qui sort sur PC, Switch et PS4, et les mecs te déconseillent de jouer sur console. Parce que graphiquement, comme le jeu a dix mois et n'est pas un AAA, tu verars sur console que cela a l'air vieillot. Et que le petit chouIa graphique en plus que t'auras sur PC, ben, c'est totalement indispensable pour vraiment profiter du jeu. A ce niveau de réflexion là, tu ne joues plus jamais sur console.

C'est un peu ce qu'il se passe vraisemblablement avec Cyberpunk parce qu'à priori, la version PC n'est pas non plus exemplaire en termes de loadings, et/ou de bugs.

Mais bon, des jeux open world de cet accabit qui sont nickels à leur sortie, il n'y en a pas des masses. Comme je l'ai écris avant, FFXV était moins en forme à sa sortie. Tu prends Xenoblade 2 sur Switch, il y avait de sacrés soucis : les persos qui popent au dernier moment, l'environnement entier qui prend plusieurs secondes à s'afficher... Il a fallu des correctifs. Avec le temps, ça s'est amélioré. Ben, là c'est pareil.

Parce que bon, les gens ralents parce que c'est buggé; mais le jeu aurait eu un nouveau report, cela aurait aussi gueulé; il aurait été annulé sur old gen : cela aurait encore plus gueulé.

En l'état, la version console old gen est correcte. Et tu peux profiter du jeu. Perso, je m'éclate dessus.

Après, c'est vrai que j'accorde pas beaucoup d'importance au graphisme, dans la mesure où un des meilleurs titres SF que j'ai fait entre 2019 et 2020, c'est celui-ci : https://www.youtube.com/watch?v=OkWdaz6Ut2s ). Mais techniquement pour de la PS4 FAT, c'est largement ok.

Si c'est pas le cas, alors cela veut dire qu'il n'ya aucun jeu multi qui tient la route sur console, parce que cela sera toujours plus beau, fluide... sur PC. Idem pour les jeux Sony (les GOW, Spiderman, etc), faut jouer sur PS4 Pro, pas sur console normale pour profiter pleinement des jeux. Et que dire alors de la quasi intégralité de la production japonaise qui est complètement à la rue en matière de graphisme et de technique.

Non, franchement, ce qui se passe autour du jeu depuis une semaine est vraiment délirant.

Go to the top of the page
 
+Quote Post
Firebrand
posté Samedi 19 Décembre 2020, 13:30
Message #5406


ND Award
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 2 796
Inscrit : Jeudi 08 Avril 2004
Lieu : Unys
Membre no 492



L'état du jeu semble tout de même assez préoccupant pour que Sony le retire du PS Store et rembourse les versions dématérialisées à qui le demandera. damnerd.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Samedi 19 Décembre 2020, 18:24
Message #5407


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Citation (Firebrand @ samedi 19 décembre 2020, 14:30) *
L'état du jeu semble tout de même assez préoccupant pour que Sony le retire du PS Store et rembourse les versions dématérialisées à qui le demandera. damnerd.gif


Il y a eu encore un patch sorti aujourd'hui.

Et si Sony s'intéressait réellement à l'état des jeux sortant. Il en resterait pas des masses sur le ps store. Je peux te dire que sont disponibles certains jeux dessus style My Time at Portia, qui ne propose qu'une seule sauvegarde qui s'efface aléatoirement quand tu quittes le jeu, et que je sache, il a jamais été retiré du store et jamais reçu de correctif.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Koobiac
posté Lundi 04 Janvier 2021, 11:29
Message #5408


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 912
Inscrit : Dimanche 09 Avril 2006
Lieu : South Park (Colorado)
Membre no 2 253



Citation (Firebrand @ samedi 19 décembre 2020, 13:30) *
L'état du jeu semble tout de même assez préoccupant pour que Sony le retire du PS Store et rembourse les versions dématérialisées à qui le demandera. damnerd.gif

C'est juste de la com' cette histoire de Sony, histoire de lécher le cul de ses acheteurs...

Citation (Xeen @ vendredi 18 décembre 2020, 17:06) *
Cela reste une question de graphisme essentiellement. Mais est-ce que tu as besoins d'avoir des graphismes vraiment superior pour profiter de l'ambiance et de l'univers. Pas vraiment en fait.C'est un peu comme si je disais que les deux derniers Doom ou Ghostrunner n'ont pas leur place sur Switch, parce même si les jeux sont bien optimisés (enfin, c'est apparemment le cas des doom, je ne sais pas pour Ghostrunner), reste que graphiquement, t'auras pas le niveau de détail que tu as avec un PC. Et que donc, cela ne doit pas sortir dessus, que c'est scandaleux, que c'est injouable, etc.Pour tout dire, tu as un site french qui a fait une preview de Persona 5 Shibuya Scramble qui sort sur PC, Switch et PS4, et les mecs te déconseillent de jouer sur console. Parce que graphiquement, comme le jeu a dix mois et n'est pas un AAA, tu verars sur console que cela a l'air vieillot. Et que le petit chouIa graphique en plus que t'auras sur PC, ben, c'est totalement indispensable pour vraiment profiter du jeu. A ce niveau de réflexion là, tu ne joues plus jamais sur console.C'est un peu ce qu'il se passe vraisemblablement avec Cyberpunk parce qu'à priori, la version PC n'est pas non plus exemplaire en termes de loadings, et/ou de bugs.Mais bon, des jeux open world de cet accabit qui sont nickels à leur sortie, il n'y en a pas des masses. Comme je l'ai écris avant, FFXV était moins en forme à sa sortie. Tu prends Xenoblade 2 sur Switch, il y avait de sacrés soucis : les persos qui popent au dernier moment, l'environnement entier qui prend plusieurs secondes à s'afficher... Il a fallu des correctifs. Avec le temps, ça s'est amélioré. Ben, là c'est pareil.Parce que bon, les gens ralents parce que c'est buggé; mais le jeu aurait eu un nouveau report, cela aurait aussi gueulé; il aurait été annulé sur old gen : cela aurait encore plus gueulé.En l'état, la version console old gen est correcte. Et tu peux profiter du jeu. Perso, je m'éclate dessus. Après, c'est vrai que j'accorde pas beaucoup d'importance au graphisme, dans la mesure où un des meilleurs titres SF que j'ai fait entre 2019 et 2020, c'est celui-ci : https://www.youtube.com/watch?v=OkWdaz6Ut2s ). Mais techniquement pour de la PS4 FAT, c'est largement ok. Si c'est pas le cas, alors cela veut dire qu'il n'ya aucun jeu multi qui tient la route sur console, parce que cela sera toujours plus beau, fluide... sur PC. Idem pour les jeux Sony (les GOW, Spiderman, etc), faut jouer sur PS4 Pro, pas sur console normale pour profiter pleinement des jeux. Et que dire alors de la quasi intégralité de la production japonaise qui est complètement à la rue en matière de graphisme et de technique. Non, franchement, ce qui se passe autour du jeu depuis une semaine est vraiment délirant.

Je te crois, pour moi les graphismes ne sont pas très importants (au fait j'ai adoré Nier Automata que j'ai testé grâce à ton avis ici et dieu sait qu'il est pas très beau damnerd.gif) Mais quand je lis certains avis/tests on a l'impression que le jeu est injouable (10 fps, bugs, freezes), 4 PNJ qui se battent en duel avec tous la même gueule ce qui gâche l'ambiance du jeu alors que tout ceci n'arrive pas sur les autres versions et tout ça ce n'est pas du graphisme...

Ce message a été modifié par Koobiac - Lundi 04 Janvier 2021, 11:30.


--------------------

Citation (Koobiac @ vendredi 14 septembre 2012, 14:44) *
"un petit bayonetta 2 exclu Wii U et c'est parti" (7 jours avant l'annonce officielle :pacorabanne:)
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Samedi 23 Janvier 2021, 01:56
Message #5409


Gniouf niéééé gnuef
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 4 278
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



Il y a à peu près une semaine j'ai décidé de ranger Hyrule Warriors : Age of Calamity et de passer à autre chose.
J'ai vraiment beaucoup aimé le jeu tant que l'histoire me tenait en haleine, par contre je trouve qu'il tombe un peu à plat une fois celle-ci terminée.

Dans les points positifs :
-Les personnages aux panoplies de mouvements variées et aux personnalités fortes.
-L'écriture qui arrive à bien les mettre en avant.
-La mise en scène réussie et d'un niveau supérieur à ce qu'on trouve habituellement dans les Zelda, enfin un "Zelda avec une histoire".
-Graphiquement c'est fidèle à BotW et franchement joli. J'ai même envie de dire que techniquement c'est pas mal du tout, pour un joueur pas trop regardant sur le framerate.
-Les combats contre les gros ennemis sont parmi les plus intéressants auxquels j'ai pu jouer dans un Warriors.
-Le ralenti rend l'utilisation des objets/pouvoirs beaucoup plus agréable que dans le premier Hyrule Warriors.
-La carte d'Hyrule qui permet d'avoir accès à beaucoup de choses en un seul endroit et d'éviter de se perdre entre les différents modes et menus rendant la progression très intuitive.
-Pas mal de secrets à trouver au cours des missions.

Dans les points négatifs :
-Des trous béants dans le roster, même si ce n'est pas tellement gênant. On voit le DLC arriver gros comme une maison (je n'ose pas imaginer qu'il n'y en ait pas, ce serait pire).
-Un contenu finalement faible pour un jeu de ce type.
-Le scénario qui bien qu'assez prenant tourne vite au fan-service limite cul-cul et s'éloigne trop de la promesse initiale d'une préquelle aux événements de BotW.
-La caméra qui se mange dès qu'on se retrouve acculé à un mur.
-Les missions au déroulement linéaire qui éliminent dans l'immense majorité des cas les éléments de stratégie habituellement présents dans les jeux de type Warriors. Les cartes particulièrement alambiquées s'y prêteraient d'ailleurs très mal pour la plupart. Sauf rares exceptions on n'a jamais à s'embêter avec le déroulement de la bataille ou les dangers guettant les bases alliées, on nettoie juste les zones traversées et on enchaîne les combats jusqu'à la cinématique de fin de mission. Pour moi c'est assez grave, et heureusement que les combats sont intéressants pour compenser la perte d'intérêt global des missions.
-Les missions dans les créatures divines d'une difficulté imprévisible et globalement à chier.
-La carte d'Hyrule finit par être horriblement encombrée et bien qu'on repère assez facilement les missions principales et qu'il y ait des menus pour les trouver facilement ainsi que les boutiques, retrouver une mission secondaire précise (dont on a parfois besoin pour recharger ses items ou chercher certains Koroks manquants)peut être une vraie plaie. J'avoue que ça me fait redouter l'éventuel DLC qui risquerait de rajouter encore des icônes.
-Les Koroks, bien que changeant de la formule habituelle des objets à collectionner des jeux Warriors, peuvent être vraiment difficiles à trouver. Je crois que je ne me serais jamais lancé là dedans sans guide.
-Des absurdités dans la progression et l'accès aux missions secondaires. Il arrive de devoir finir une mission avec un niveau recommandé particulièrement haut (aboule les rubis pour renforcer les personnages 20 niveaux en dessous de Link !) pour en débloquer une de niveau plus bas. WTF ?
-Beaucoup de grind à prévoir, surtout sur la fin pour débloquer les deux derniers personnages. Si on veut se lancer dans l'amélioration des armes et la mise à niveau du roster il faut beaucoup plus de rubis que ce que le jeu nous octroie en ne visitant son contenu qu'une ou deux fois.

Donc pour résumer, je me suis bien éclaté et je trouve le jeu hyper joli, par contre c'est aussi le Musô le plus bourrin auquel j'ai pu jouer jusque là, avec un linéarisation des missions qui tue un peu l'intérêt du jeu sur le moyen terme. J'aurais aimé retrouver l'aspect stratégique habituel au moins dans des à côtés, mais quand c'est le cas il est malheureusement simplifié à mort.


Sinon j'ai aussi fini par m'envoyer les deux autres épisodes de la Spyro Reignited Trilogy, à savoir Spyro 2 : Ripto's Rage et Spyro 3 : Year of the Dragon.
Donc maintenant j'ai un avis sur la trilogie des jeux Spyro initialement sortie sur Playstation !

En gros, le premier épisode, Spyro the dragon, fait un peu brouillon mais bénéficie d'une certaine originalité et d'une difficulté parfois mal réglée mais qui le rend intéressant à mes yeux.
J'ai surtout apprécié son univers inspiré de la fantasy et des contes de fées finalement plutôt original pour un platformer à mascotte. Je me suis d'ailleurs souvent demandé si on incarnait vraiment un "gentil" vu la nature des ennemis qu'on affronte (beaucoup d'humains notamment).
Par contre son côté "collectathon pur" où on ne fait vraiment que traverser un niveau en ramassant tout ce qui s'y trouve rend le début du jeu chiant comme la mort et le tout assez répétitif, surtout que la panoplie de mouvements de Spyro induit une similarité dans les défis à remplir tout au long du jeu.
Ça reste un jeu intéressant pour qui éprouve de l'intérêt pour le genre mais c'est difficile à recommander face aux productions plus modernes, ou même à des jeux contemporains de meilleure qualité (Mario, Banjo ...).
Le second épisode, Spyro 2 : Ripto's Rage, resserre vraiment les vis et se montre beaucoup plus carré et réglé que le premier épisode. Il y a beaucoup moins d'errance sur la difficulté et le jeu adopte une formule plus classique avec des objets à collectionner moins nombreux et des défis annexes mieux repérés dans les niveaux. Du coup il perd aussi en originalité. C'est aussi le cas pour son univers qui va dans la direction beaucoup plus classique des animaux anthropomorphes et qui semble oublier ce qui avait été établi dans le premier épisode. On peut par contre saluer de gros efforts de mise-en-scène avec des personnages récurrents, des mises en situation dans chaque monde etc.. Dommage que l'humour un peu trop bon-enfant tombe si souvent à plat.
Le jeu est donc réussi mais manque malheureusement d'originalité et de variété et bien qu'il n'y ait pas de défauts vraiment rédhibitoires on a vu beaucoup plus intéressant ailleurs.
Le troisième épisode, Spyro 3 : Year of the Dragon, lui, arrive enfin à mettre la série à un bon niveau. Il introduit de nouveaux personnages occasionnellement jouables et des zones annexes introduisant souvent un gameplay différent ce qui permet de varier un peu les plaisirs. Le jeu établit aussi un lien entre les univers des deux épisodes précédents et construit un ensemble cohérent. Contrairement aux deux premiers épisodes je ne me suis pas du tout fait chier dans celui-ci et il arrive sans problème à se hisser parmi les meilleurs platformers 3D tendance collectathon auxquels j'ai pu jouer, malgré une durée de vie limitée.

Globalement, concernant les remakes de ces trois jeux, je me dois de saluer la performance technique. c'est très propre graphiquement et je n'ai quasiment pas rencontré de bugs. Il y a des défauts récurrents, la manière de battre certains ennemis ne m'a jamais semblé naturelle (le monstre de trois mètres qui s'écroule parce que le petit dragon lui a cramé les orteils ... bof), la caméra est vraiment trop proche et se montre particulièrement pénible dans les phases à grande vitesse et les mouvements de Spyro limitent la verticalité des mondes, mais il s'agit quand même d'une collection intéressante qui, si on joue aux jeux dans l'ordre, finit en apothéose avec un troisième opus très réussi.


Sinon je me suis aussi mis à jouer à Final Fantasy VII (la version de base)... mieux vaut tard que jamais ?
Je ne suis pas sûr de tenir sur la durée par contre.

edit : Ah, et puis j'ai aussi passé dans les ... 2 petites heures ? Sur MacBat64, ce qui m'a permis de le finir à 100%
C'est donc un tout petit jeu mais c'est vraiment sympa comme hommage aux années 90 et surtout à la N64, je le recommande à petit prix.
J'avoue que j'en parle principalement ici histoire de ne pas l'oublier dans "votre année 2021 en tant que joueur" ... ph34r.gif
Mais sérieux, c'est sympa.

Ce message a été modifié par R.Z. - Mercredi 27 Janvier 2021, 00:50.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Lundi 22 Février 2021, 21:46
Message #5410


Gniouf niéééé gnuef
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 4 278
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



Comme ça fait quasiment un mois depuis le précédent message, je vais me permettre un double post. Désolé. mrgreen.gif

Je vais parler de Blue Fire que je viens de finir à 98.5% (j'ai dû oublier un coffre quelque part) en une vingtaine d'heures.
Le jeu m'avait fait bonne impression lors de son annonce lors d'un Indie World l'année dernière et cette impression s'est plutôt confirmée en y jouant.

Je me sens néanmoins obligé d'attaquer par ce qui est est probablement le plus gros défaut du jeu, vu qu'il est difficile de le décrire sans en faire mention :
Le jeu affiche un manque flagrant d'originalité que ce soit dans son univers ou son gameplay.
Beaucoup on vu un Hollow Knight mais en 3D dans le trailer et c'est indéniablement la première réflexion qu'on se fait en lançant une partie. La taille du personnage, sa façon de bouger, les musiques, les petites onomatopées des personnages non jouables qu'on rencontre, quelques design (notamment la reine dont on voit des statues partout ...), le système d'esprits pompé sur celui des badges, son âme/porte-monnaie à récupérer si on meurt comme dans HK/Dark Souls, des passages de la quête principale sur la fin et tout simplement l'ambiance générale sont tous des éléments qui évoquent immédiatement le chef d'œuvre de Team Cherry. Bien sûr le jeu s'en démarque parfois un peu, mais c'est souvent en allant piquer une idée autre part. On arrive dans des égouts qui évoquent plus Dark Souls que Hollow Knight, on se fait un donjon qui a l'air tout droit sorti d'un Zelda ou encore des séquences de plate-forme linéaires reprennent un système à la Super Mario Sunshine/Odyssey, mais au fond il n'y a presque rien qui confère au jeu un caractère propre sauf éventuellement la toute dernière zone à traverser, et encore.
C'est donc un peu gênant, mais d'un autre côté on a fait pire comme inspirations et même si c'est souvent un petit peu moins bien que l'original le jeu arrive dans la majorité des cas à rendre une copie satisfaisante et l'ensemble se révèle cohérent et agréable à jouer. En fait je dirais même que les rares fois où j'ai été destabilisé c'est quand le jeu ne respectait pas à la lettre les conventions de ses modèles, comme quand le fait de se reposer à un point de sauvegarde ne fait pas respawner tous les ennemis de la zone ...

Concernant le maniement du personnage, qui comme je l'évoquais plus haut rappelle beaucoup un Hollow Knight mais en 3D avec au fur et à mesure de l'avancée dans le jeu un accent mis sur l'horizontalité à la A Hat in Time ou Celeste, je l'ai trouvé étonnamment réussi et efficace. Malgré les distances impressionnantes qu'on peu traverser dans les airs (sur la fin du jeu on peu effectuer jusqu'à trois sauts, deux dash et une attaque tourbillon qui fait office de dernier saut, sans parler des courses sur les murs et autres rebonds ...) on est rarement perdus dans l'espace et on arrive assez facilement là où on le veut, même si c'est une plateforme étroite flottant dans le vide. Certains semblent gênés par la légèreté du personnage, mais personnellement ça ne m'a pas posé de problème. Les caméras peuvent parfois se montrer capricieuses, surtout quand on se retrouve trop proches du plafond ou dans des coins étroits mais ces cas de figure arrivent rarement.
Le level design est efficace et l'exploration m'a procuré énormément de plaisir. Même s'il ne me semble pas possible de faire du sequence breaking majeur, on peut quand même récupérer certains objets un peu plus tôt en se montrant ingénieux et créatif et c'est très plaisant.
Là où le jeu se mange un peu selon moi c'est dans les combats. Les développeurs on d'ailleurs l'air de s'en être rendu compte en disposant les ennemis avec parcimonie. Pour faire simple c'est bordélique à cause de la trop grande mobilité du personnage et de sa portée limitée notamment. Il y a un bouclier dont les conditions d'activation m'ont un peu échappé et qui permettrait d'activer des contres style Witch Time, sauf que c'est tellement plus efficace de dasher hors de portée et de revenir taper sur l'ennemi quand il a fini ses moulinets que je n'ai vraiment essayé que contre le dernier boss. En parlant de boss, le jeu doit en compter cinq ou six et ils sont en général ratés. Ni impressionnants visuellement, ni intéressants à combattre, j'aurais plutôt envie de parler de corvées qui récompensent un "bourrinage éclairé", dans le sens où on a mieux fait de taper dessus autant que possible tant qu'on ne se fait pas tuer que de se casser le fion à essayer de les battre proprement en essayant de vraiment comprendre ce qu'il se passe.

Enfin bref, malgré les combats pas folichons j'ai trouvé le jeu franchement agréable à faire, j'ai eu envie de compléter toutes les quêtes annexes et j'ai bien dû passer quelques heures à juste essayer d'atteindre des endroits difficilement accessibles pour le fun. Le jeu est vraiment agréable ... enfin, tant qu'il ne plante pas.
Je crois que c'est le jeu le plus susceptible au plantage auquel j'ai pu jouer sur la console. Ça ne m'a jamais fait perdre beaucoup de progression parce que le jeu sauvegarde à chaque coffre ouvert ou gros objectif accompli et qu'il est possible de sauvegarder manuellement à tout moment, mais les changements de zone ou les boîtes de dialogue m'ont parfois donné des sueurs froides. J'ai aussi rencontré quelques bugs dans les menus mais rien de bien méchant.
Sinon pour chipoter, je lui reprocherais peut être un manque de didactique dans l'introduction de certains éléments, mais les sanctions sont si minimes que c'est un détail.

Donc voilà, Blue Fire est un chouette petit Metroidvania 3D avec un accent mis sur la plateforme mais des combats ratés et qui manque d'originalité dans son caractère mais reste néanmoins une expérience que je recommande.
8/10

EDIT : Bon, comme ça ne fait pas encore un mois, je vais éditer ... mrgreen.gif

Depuis j'ai joué à : Final Fantasy VII sur Switch.
J'ai bien aimé, mais j'ai toujours le même problème avec cette série et ses évènements relous à foison, ses contenus secondaires accessibles durant des périodes précises et son ATB de merde. Mais c'était bien quand même, je comprends que ce soit culte.
8/10

Panzer Dragoon (remake).
Pas fini, un peu mou au départ mais c'est pas trop mal quand ça commence à obliger à regarder dans tous les sens.
7/10

Bowser's Fury.
Je vais le considérer comme un jeu à part, et c'est vraiment chouette ! Le très gros Bowser pimente vraiment l'expérience et arrive à ne pas être complètement relou sauf quand il doit l'être.
Je ne suis pas aussi émerveillé que beaucoup semblent l'être par son monde ouvert parce qu'il est plutôt petit et qu'il souffre du syndrome Wind Waker, au fond je ne le trouve pas réellement "plus grand" qu'un gros royaume dans Odyssey, mais j'adorerais certainement un "vrai" épisode de Mario avec un monde ouvert digne de ce nom s'il devait reprendre un principe similaire.
C'était plutôt court mais je me suis bien éclaté.
9/10

Super Mario 3D World.
Rassasié en terme de Mario 3D j'arrive à trouver le jeu hyper sympa sur Switch alors que je lui chiais dessus quand c'était le seul épisode disponible sur WiiU.
La pointe de vitesse supplémentaire y est peut être aussi pour quelque chose.
8/10

Sea of Solitude : Director's Cut.
Jeu d'exploration urbaine où on arpente les toits d'une ville inondée en essayant d'échapper à ou d'aider des monstres symbolico-métaphoriques pas spécialement subtils mais efficaces avec des thèmes abordés parfois difficiles (genre dépression, harcèlement ...). C'est bien mais plutôt court.
Je note que chez nous le jeu est disponible en cartouche là tout de suite pour environ 30€ alors que les Américains doivent passer par LRG ... ça, ça n'a pas de prix. mrgreen.gif
7.5/10

edit 2 (avril) : Bon, je vais encore éditer, un triplet ça fait beaucoup. C'est quand qu'il sort le prochain Trails pour que Xeen écrive quelque chose ? damnerd.gif

Yooka Layle and the Impossible Lair.
Donc ils on voulu faire un DKC chez Playtonic, et ça donne un DKC en moins bien. Le plus gros problème est la maniabilité pas complètement agréable et un peu approximative. Le concept de l'impossible lair, chouette sur le papier m'a finalement plus fait chier qu'autre chose. Je soulignerai aussi un certain manque de variété, il n'y a pas vraiment de séquence qui se démarque du reste du jeu et les décors sont assez semblables. Il y a aussi quelques problèmes de finition.
En points positifs le level design qui est vraiment chouette, avec plein de secrets intéressants à trouver et bien planqués. L'overworld à la Zelda est lui aussi très réussi. Et j'aime toujours autant les personnages.
7.5/10

Dreaming Sarah.
Il y a des gens qui ont fait un jeu très inspiré de Yume Nikki en platformer 2D. Ça marche à peu près sans casser trois pattes à un canard et ça reste gentillet par rapport à Yume Nikki qui pouvait être bien barré et très sombre. C'est très court.
5.5/10

Mystic Quest via Collection of Mana.
C'est un classique qui n'a pas forcément bien vieilli mais ça reste plaisant et largement jouable en 2021. Gros bémol pour Square qui n'a pas daigné inclure des manuels sur sa cartouche quasiment vide et nous met un QR code à la place.
7/10 ?

Ce message a été modifié par R.Z. - Jeudi 08 Avril 2021, 15:19.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Jeudi 06 Mai 2021, 18:57
Message #5411


Gniouf niéééé gnuef
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 4 278
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



J'ai encore fait un petit paquet de jeux, tous sur Switch (pour changer ...) :

Little Nightmares : Plutôt chouette, ça ne m'a fait que dans les cinq heures mais c'était bien et là encore je trouve que la longueur est bien dosée par rapport au potentiel du jeu. On incarne des gosses dans une sorte de bateau rempli d'ogres grotesques qui semblent vouloir les manger, avec une esthétique entre Tim Burton et Miyazaki et des graphismes vraiment jolis. Il y a quelques problèmes de lisibilité dans les décors et sur les actions à effectuer mais rien de trop grave. Je suis aussi tombé sur quelques bugs qui m'ont momentanément bloqué, mais c'est assez anecdotique. Par contre le gros bémol c'est les temps de chargement sur Switch, visiblement très mal optimisés. Il y a pas mal de séquences de poursuite typées die'n'retry où on peut mourir en quelques secondes et où on doit se taper au moins une demi-minute de chargement entre chaque essai. En plus ça redémarre sans prévenir, il y a parfois de quoi rager. Mais globalement ça reste intéressant. 8/10

Toree 3D : Mini jeu de plateforme 3D linéaire minimaliste à l'esthétique 32 bits vendu à moins d1€. On peut le torcher en 20 minutes mais on prend plaisir à relancer les niveaux pour du speedrun ou de la collection d'étoiles (l'équivalent des pièces d'un Mario, le seul truc à collectionner dans le jeu). Le feeling est au poil si ce n'est la caméra qui ne propose pas d'inverser le mouvement sur les axes et qui peut faire chier. Quoiqu'il en soit c'est un chouette petit bonbon au prix d'une bouchée de pain, un peu comme MacBat64 dont le héros fait d'ailleurs un caméo en perso jouable (et cheaté). 7.5/10
.
AER : Memories of Old : Les mecs qui ont fait ça, ils ont l'air d'avoir bien aimé Journey ... C'est l'aventure d'une jeune fille qui peut se transformer en oiseau et qui doit effectuer un pèlerinage dans un monde composé d'îles flottantes qui est parti en morceaux depuis un petit moment et peut être bien le sauver ce faisant. Esthétiquement ça fait donc très Journey mais en un peu moins bien. Le monde correspond un peut à ce qu'on pouvait attendre d'un Skyward Sword à l'époque en se basant sur Wind Waker, sauf que les cieux sont encore plus vides. Il y a des temples énormes où on ne peut pas voler, et en fait les actions du personnage sont tellement limitées qu'on ne peut vraiment qu'y actionner des interrupteurs. J'aurais presque envie de crier au scandale tellement ces structures sont démesurées et vides, désorientant facilement le joueur, mais finalement c'est probablement l'aspect le plus intéressant d'AER, de se perdre dans ces temples et de finir par comprendre ce qu'on y attend de nous. Ça et le lore à récupérer en lisant des tablettes éparpillées un peu partout et en trouvant des espèces de reflets du passé.
Pour être honnête je me suis un peu fait chier, même voler n'est pas particulièrement grisant et il n'y a vraiment pas grand chose à faire au final, à part aller où on nous le dit et inspecter le monde ouvert pour trouver du lore. Comme malheureusement il n'y a pas de log ou quoi que ce soit pour collecter ces données soit on est obsessionnel et on note tout, soit on s'en réfère à sa mémoire au risque de s'embrouiller, soit on s'en branle et on torche le jeu parce qu'on se fait un peu chier.
Je ne dis pas que c'est un mauvais jeu, mais je trouve qu'il a un peu raté son coup. 6/10

Inside : C'est vraiment la suite de Limbo. Ça se joue à peu près pareil sauf que maintenant c'est en 2.5D, une 2.5D hyper classe qui nous fait traverser des décors immenses et poétiques à tendance industrielle. Je crois que ça raconte l'histoire des pauvres primitifs capables de se déplacer uniquement en ligne droite qui seraient mis en esclavage par des gens capables de se mouvoir librement dans l'espace, ou un truc du genre. Ha ha. C'est pas bien long ou particulièrement intéressant du point de vue gameplay, mais visuellement ça déglingue. Bref, c'est une "expérience vidéoludique". 8/10

Picross S4 : Pas qu'il soit foncièrement pire que S3, mais il y a un moment où proposer une telle quantité de contenu destiné aux débutants dans des puzzle game qui sortent tous les quelques mois je trouve que ça commence à être lourd. Et c'est pas comme si le jeu présentait un quelconque intérêt au delà de la difficulté des puzzle. 5/10

Monster Hunter Rise : Globalement, c'est une grosse tuerie. C'est superbe graphiquement, le village et ses personnages sont vraiment les plus fun auxquels la série ait eu droit à ce jour, les nouveaux monstres sont chouettes, les insectes-grappin et les palamutes rendent l'exploration hyper agréable et il y a même une histoire assez sympa. En tant qu'habitué je regrette pas mal la grosse simplification sur tout ce qui est traque des monstres et gestion des items, mais autant je me sentais prêt à partir en guerre avant de vraiment y jouer, autant je m'éclate trop pour y penser souvent au final, même si ça me fait toujours quelque chose de ne pas avoir à embarquer des boissons froides pour aller chasser dans le volcan. Il y a aussi les missions de tower defense qui puent du cul à mon humble avis et dans lesquelles je m'engage à reculons. Mais sinon c'est génial.
Je dois néanmoins avouer qu'après quelques 75 heures de jeu je commence à un peu m'en lasser. Il faut dire qu'en HR ça commence à vraiment sentir le grind forcé à plein nez. Je pense que je vais passer à autre chose une fois que j'aurais eu le fin mot de l'histoire.
9/10

Ce message a été modifié par R.Z. - Jeudi 06 Mai 2021, 19:00.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Jeudi 13 Mai 2021, 09:04
Message #5412


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Citation (R.Z. @ lundi 22 février 2021, 22:46) *
edit 2 (avril) : Bon, je vais encore éditer, un triplet ça fait beaucoup. C'est quand qu'il sort le prochain Trails pour que Xeen écrive quelque chose ? damnerd.gif


L'actu 2021 premier semestre est calme me concernant, ça devrait bouger un poil plus cet été.

En termes d'indé, j'avais fait Narita Boy à sa sortie (que j'avais trouvé mou et peu intéressant en termes de gameplay, mais qui propose une esthétique léchée et une très bonne BO, particulièrement le morceau Riding The ServoHorse : https://www.youtube.com/watch?v=ErEoLgdmEXA).

Là en ce moment, je suis :

Sur le remaster de Saga Frontier et de le remake de Nier Replicant, dont j'avais fait les originaux à leur sortie respective. Forcément, les nouvelles versions sont largement meilleures que les orginales. Cependant, même si la version remaster de Saga Frontier est plus "accessible" que la version PSX, notamment parce qu'on peut désormais fuir les combats (le niveau de difficulté des combats étant totalement aléatoire, genre on peut achever un combat en quelques et mourir instantanément lors du suivant), cela reste un titre peu évident à appréhender en termes de gameplay (vu qu'il n'y a aucun tutoriel, quelqu'un qui connait pas déjà le jeu peut être très vite largué).
Nier Replicant demeure un très bon RPG mais sur certains aspects, on sent le poids des âges : les allers-retours pour les quêtes annexes d'une zone à l'autre de la carte (surtout quand il y a un paquet de temps de chargement entre zones); La seconde moitié du jeu qu'on doit faire 3 fois (même si cela va de plus en plus vite d'un run à l'autre).

Et sur RE Village.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
R.Z.
posté Jeudi 20 Mai 2021, 13:20
Message #5413


Gniouf niéééé gnuef
Icône de groupe

Groupe : Membres
Messages : 4 278
Inscrit : Lundi 25 Février 2013
Membre no 17 428



Citation (Xeen @ jeudi 13 mai 2021, 10:04) *
Et sur RE Village.


Ah ben tiens, curieux d'avoir un avis impartial là dessus !
Pour les deux autres il y a si peu de chances que j'y joue ...

Sinon ces derniers temps j'ai fini :

Golf Story : Si on aime le golf c'est de la bombe, sinon je ne suis pas sûr qu'on accroche.
En tout cas c'est très plaisant, un mode aventure mignon avec un humour plutôt sympa et un jeu de golf assez solide.
8/10

Jenny LeClue, Detectivù : Un jeu d'aventure mignon où on incarne une gamine à la grosse tête très bien fichu techniquement et qui part dans des directions inattendues. Je lui ai trouvé un petit côté Oxenfree, en moins sérieux (et moins pénible à jouer aussi ...). Dommage que ça finisse en cliffhanger bizarre. C'est à se demander comment ils vont gérer la suite, en espérant qu'il y en ait bien une.
7.5/10
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Xeen
posté Lundi 31 Mai 2021, 22:36
Message #5414


Hardcore Gamer
****************

Groupe : Membres
Messages : 1 517
Inscrit : Mercredi 20 Août 2008
Lieu : Montpellier
Membre no 8 103



Citation (R.Z. @ jeudi 20 mai 2021, 14:20) *
Citation (Xeen @ jeudi 13 mai 2021, 10:04) *
Et sur RE Village.


Ah ben tiens, curieux d'avoir un avis impartial là dessus !



Je ne suis pas un vrai fan de RE.

Même si j'ai fait la majorité des épisodes canoniques (à l'exception du 3 Nemesis), plus Code Véronica, c'est une série que j'apprécie davantage au fil de ces revirements / changements (même si RE6 m'avait pas franchement convaincu, mais pour des raisons narratives liées à des copy-paste d'environnements d'une scénario à l'autre). Disons que les anciens RE, les "vrais" selon les fans, ne m'ont pas marqué plus que cela. J'ai jamais vraiment non plus considéré RE comme du survival horror (ok pour le survival; mais l'horror... pas vraiment). Le seul épisode qui en est véritablement un selon moi est le 7ème épisode.

RE8 est, en termes de gameplay, comparable à RE4 et RE5, mais avec une vue première personne. On retrouve tous les éléments de ces épisodes (comme les marchands, à qui on peut vendre divers objets trouvés pour customiser et améliorer son armement). Globalement, donc, rien de vraiment neuf sous le soleil.

Structurellement, après une introduction linéaire, le jeu s'articule autour d'un village faisant office de hub central d'où sont accessibles 5 donjons au bout desquels il s'agira d'affronter un boss, et se conclut sur un épilogue également en ligne droite puis un boss final particulièrement classe.

Apparemment, RE7 fut jugé trop effrayant par le public (c'est pourtant le but) et cela aurait eu des répercussions sur cet épisode. A l'image du reste de de la saga, RE8 n'a pas grand chose d'horrifique. On est icic sur un jeu ouvertement orienté action et exploration. Une exception cependant avec le second donjon qui se veut être un clin d'oeil au titre horrifique annulé de Kojima (P.T), avec une ambiance pesante et oppressante, où l'horreur est surtout suggérée (sauf à un moment bien flippant).

En fait, RE8 m'a plus fait pensé à une sorte de compte de fée horrifique ou un Castlevania des temps modernes, notamment pour son bestiaire : zombies, loups-garous, vampires, créatures mi-humaines mi-mécaniques créées par une sorte de docteur Frankenstein.

Si cela ne semble pas évident aux premiers abords, cet épisode est niveau lore très cohérent avec le reste de la saga. A vrai dire, il est en lien avec la quasi-totalité des épisodes canoniques. Toutefois, il est préférable justement de bien connaître le lore car RE8 est très avare en explication. C'est le joueur qui de lui-même recolle tous les morceaux avec les précédents épisodes pour comprendre les tenants et aboutissants. Autrement, le scénario paraîtra confus.
L'histoire nous sert une grosse révélation sur Ethan (le protagoniste principal) dans sa dernière heure (et qui explique pas mal de choses en regard des évènements de RE7 et RE8), et elle se conclut sur un cliffhanger qui pourrait annoncer du très lourd pour le futur RE9 (normalement, RE7/8/9 est censé si je me souviens bien être une sorte de trilogie).

Si l'aspect horrifique est laissé de côté, RE8 jouit en revanche dune très bonne mise en scène. Et l'enrobage complet est particulièrement classe et stylisé, que ce soit les environnements, les ennemis affrontés... Les 5 antagonistes ont tous un charisme certain (mention spéciale évidemment pour Lady Dimetrescu, mais aussi pour Karl Heisenberg).

Globalement, je trouve que RE8 fonctionne et j'ai passé un très bon moment dessus (après, je dois dire que j'avais pas suivi son actu, j'ai du seulement lire les quelques infos données à son annonce), et il fait partie des épisodes que je préfère. Par contre, et c'est là que je vois que je l'ai apprécié, je le trouve plutôt court. En mode normal, pour un run, il faut compter 8H - 10H. Il est dommage d'ailleurs que le jeu accuse une baisse d'intérêt pour les donjons 3 et 4 (lié à l'intérêt porté par les environnements dans lesquels on évolue).
Au final, je rejoins l'avis général concernant ce titre.

---------


A part ça, je me suis repris Megaten Nocturne HD (version PS4). Ayant fait la version originale japonaise sur PS2, je découvre les éléments de la version occidentale Lucifers' Call avec cet remaster. Globalement, je trouve pas grand chose à redire dessus sur cette version, l'esthétique épurée du titre, même à l'époque, demeure toujours aussi classieuse. En fait, graphiquement, je ne trouve pas qu'il ait particulièrement vieilli. Par contre, j'ai l'impression qu'en termes de difficulté, le remaster (et certainement la version L' Call) est plus accessible que l'original.

J'ai également récupéré World's End Club.
Go to the top of the page
 
+Quote Post

271 Pages V  « < 269 270 271
Reply to this topicStart new topic

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : samedi 12 juin 2021, 17:44